NBA – Gregg Popovich a recruté un détective privé pour surveiller ce joueur !

Gregg Popovich des Spurs
innocent Network (DR)

Figure iconique de la NBA, Gregg Popovich cumule de nombreuses histoires légendaires à son actif. L’une d’entre elles a pourtant de quoi sidérer, puisqu’elle implique le recours du mythique coach à un détective privé pour… traquer l’un de ses propres joueurs. On vous explique.

Publicité

Demandez à quiconque sa liste des plus grands entraineurs de l’histoire, et le nom de Gregg Popovich ne mettra pas longtemps à être mentionné. Il faut dire qu’avec 5 bagues au doigt, 3 distinctions de Coach of the Year, et un statut de légende vivante à San Antonio, Pop n’a plus grand chose à prouver à rien ni personne. Si les fans de NBA sont habitués à le voir assis sur le banc de touche des Spurs depuis toujours, plus rares sont ceux qui savent qu’avant ça, le tacticien a occupé un poste d’assistant puis de GM au sein de la franchise texane.

C’est à cette occasion, à la fin des années 1980, que Popovich, dont le caractère était déjà bien trempé, a utilisé une technique peu orthodoxe pour contrôler un joueur… et le mettre à la porte. Son identité ? Vernon Maxwell, futur double champion NBA avec les Rockets

Publicité

Pop sans pitié : « Fais tes valises, je te transfère »

De passage au micro de Gilbert Arenas dans le No Chill Podcast, Maxwell a raconté l’histoire sans détours :

Je ne pouvais pas faire ce qu’il me demandait. Moi je viens de Floride, là j’ai débarqué à San Antonio et des gars me cherchaient des noises partout où j’allais, donc j’ai commencé à me battre et à en mettre KO dans la rue. Donc Pop m’a dit : « Les boites de nuit, c’est terminé. La prochaine fois que t’y vas, je viens te chercher par la peau des fesses ».



Le soir-même, six heures plus tard, j’étais au bar d’une bote de nuit. Pop m’a appelé le lendemain, de bon matin. Il m’a dit : « Hey, viens à la salle, je veux te voir ». J’y vais, et il me dit : « Je t’avais dit ». Il se trouve qu’il avait pris un détective privé pour me suivre la veille. J’étais très loin de m’imaginer ça. Il m’a dit : « Tu peux commencer à préparer tes valises, j’essaie de trouver une équipe qui veut de toi ». Il m’a rappelé un peu plus tard et m’a dit : « Tu vas à Houston ». Et voilà comment j’ai quitté les Spurs.

Publicité

Si l’anecdote peut surprendre voire choquer à première vue, il convient de savoir que cette technique est finalement assez répandue en NBA. Les top prospects de Draft sont par exemple soumis, souvent sans le savoir, à des vérifications sur leur entourage et leurs habitudes de la part de détectives privés. Lorsqu’il avait demandé son trade des Rockets il y a quelques années, James Harden avait également été suivi de cette manière par une équipe qui souhaitait le recruter.

De son côté, Maxwell préfère aujourd’hui rigoler de cette histoire. Tête brûlée à son arrivée dans la ligue, l’arrière a ensuite connu d’autres incidents de comportements durant sa carrière, dont une bagarre avec Gary Payton alors qu’ils étaient dans la même équipe, et une arrestation par la police en possession de drogues. Pas franchement le genre de joueur dont Gregg Popovich raffole, on en convient.

Publicité

Pop ne plaisante pas, et s’il faut recruter un détective privé pour prendre un joueur qui ment en flagrant délit, alors bingo. Une anecdote culte de plus à ajouter à la collection du mythique tacticien !

Gregg Popovich NBA 24/24 San Antonio Spurs

En direct : toute l'actu NBA