NBA – « Le pire, c’est qu’il va faire perdre 10 ans à notre équipe, on s’en remettra jamais »

Les joueurs français Rudy Gobert et Evan Fournier pourraient bientôt défendre les couleurs d'une seule et même franchise NBA
NBA (DR)

Lorsqu’un énorme trade se produit en NBA, les dirigeants choisissent bien souvent un « quitte ou double », en sacrifiant l’avenir pour gagner dans l’instant présent. Malheureusement pour un Français expérimenté de la ligue, les choses ne se passent pas franchement comme prévues depuis son arrivée. Et certains fans commencent (déjà) à perdre patience…

Publicité

Hypothéquer l’avenir pour gagner maintenant, en balançant joueurs et picks de drafts des prochaines années ? C’est une technique certes utilisée en NBA, mais particulièrement risquée. Les Lakers en sont l’exemple parfait, eux qui ont tout donné ou presque pour récupérer Anthony Davis. Bien sûr, le titre a été gagné en 2020, mais la franchise californienne est maintenant dépourvue de picks de draft, et son roster vieillissant inquiète. La démarche valait-elle le coup ? Chacun a son avis sur la question.

Lors de la dernière intersaison, ce sont les Wolves qui ont tenté un coup similaire en s’attirant les services de Rudy Gobert, en fin de cycle à Utah. Pour s’offrir le Français, la franchise du Minnesota n’a pas lésiné sur les moyens, en se séparant de multiples picks, ainsi que de précieux joueurs appréciés du vestiaire. L’objectif : faire passer un cap à Minny, afin d’en faire un prétendant au titre. Pour l’instant, c’est raté.

Publicité

Rudy Gobert sabré, les fans craignent le pire

Après une vingtaine de matchs, de nombreux suiveurs des Wolves semblent avoir déjà abandonné l’idée de voir le big man français être l’homme providentiel attendu. Et sur les réseaux, les tweets assassins tels que ceux ci-dessous n’en finissent plus de se multiplier :

On se souviendra du trade de Rudy Gobert aux Wolves comme le pire de l’histoire



Le pire avec ce trade de Rudy Gobert, c’est que ça va faire perdre 10 ans à la franchise. On était si proches de passer un cap que c’est très néfaste pour la franchise si ça ne fonctionne pas… On ne s’en remettra jamais

Publicité

Si le pessimisme semble de mise chez de nombreux fans des Wolves, tâchons tout de même de considérer le positif. D’une part, Gobert est un All-Star et multiple DPOY, capable sans aucun doute d’encore élever son niveau de jeu au sein de ce roster. Le Frenchie sait qu’il peut et doit faire mieux, il y travaille, et il n’est pas exclu que la mayonnaise finisse par prendre de manière nettement plus significative.

Surtout, l’annonce de la grosse blessure de Karl-Anthony Towns ouvre un nouveau champ des possibles au pivot. Libéré de cette étrange line-up à deux pivots, Rudy va pouvoir retrouver ses sensations dans la raquette, et, pourquoi pas, commencer à être le joueur à 30 millions de dollars annuels que les T-Wolves espéraient il y a quelques mois. C’est en tout cas tout ce qu’on lui souhaite.

Publicité

Arrivé avec lourdes attentes sur les épaules, Rudy Gobert n’a pas franchement réussi à faire taire les détracteurs pour ses premières semaines à Minneapolis, bien au contraire. Espérons que le Français puisse parvenir à inverser la tendance avant le retour de Karl-Anthony Towns. Lui comme son équipe en ont bien besoin.

Minnesota Timberwolves NBA 24/24 Rudy Gobert

Toute l'actu NBA