WNBA – « Si Brittney Griner s’agenouille pendant l’hymne, elle devrait être renvoyée en Russie »

Le président russe Vladimir Poutine possède un avis bien arrêté sur le dossier tendu de l'intérieur WNBA Brittney Griner, détenue sur son territoire
Dmitry Osipenko (DR) / WNBA (DR)

Après 10 mois d’emprisonnement en Russie, Brittney Griner a enfin regagné les États-Unis ces dernières heures. Une nouvelle qui ne réjouit pas tout le monde, en témoignent ceux qui espèrent déjà voir la star WNBA regagner le pays de Vladimir Poutine !

Publicité

La nouvelle était attendue de pied ferme par un nombre incalculable de personnes depuis des mois, et est enfin tombée ce jeudi. Prisonnière depuis la mi-février en Russie pour détention de drogue, Brittney Griner a été rapatriée aux États-Unis par l’administration Joe Biden, bien qu’elle soit désormais physiquement méconnaissable. Une sorte de cadeau de Noël en avance de Vladimir Poutine en échange d’un terrifiant criminel, qui fait évidemment couler beaucoup d’encre outre-Atlantique.

Une politique menace cash Brittney Griner à son retour

Si les communautés NBA et WNBA se réjouissent du retour de Griner chez elle, celui-ci ne fait pas pour autant l’unanimité au sein de l’opinion publique américaine. Certains reprochent ainsi à l’intérieur star de Team USA sa prétendue haine envers son pays, et l’attendent dès lors au tournant. C’est par exemple le cas de Lavern Spicer, qui n’a pas cherché à mâcher ses mots au moment de réagir à cette actualité :

Publicité



Brittney Griner ferait mieux de rester debout et de se montrer très attentive avec sa main sur le cœur à chaque fois qu’elle entendra l’hymne maintenant. Si elle s’agenouille encore pendant, elle devrait être renvoyée directement en Russie.

Des propos qui n’ont rien pour surprendre au vu de leur autrice.

Publicité

Candidate républicaine pour représenter la Floride au Congrès américain, Spicer a pris pour habitude de secouer les réseaux sociaux avec ses prises de parole très souvent controversées, et qualifiées d’« extrémistes » par certains. La dernière en date, qui cherche avant tout à critiquer Joe Biden pour le rapatriement de Griner, n’a donc pas fait exception, et a fait naitre des commentaires tout aussi incisifs à son égard :

C’est quoi le p*tain de problème chez vous ?

Publicité

Le cas Brittney Griner continue de faire débat aux États-Unis, où quelques personnalités ne faisaient en aucun cas de sa libération une priorité. Lavern Spicer va même jusqu’à agiter le spectre d’un retour en Russie auprès de la joueuse américaine !

Déclarations NBA 24/24 WNBA

Toute l'actu NBA