Nous sommes le 14 avril 2010 et les Warriors, encore sous leur ancien logo, jouent leur dernier match de la saison à Portland. Malgré un bilan catastrophique cette année-là pour les Dubs (26-56) et une place en playoffs assurée pour leur adversaire du jour, ce match sans enjeu aucun ne va pas du tout se passer comme prévu. Flashback.

2009-2010. Les Warriors passent la saison à galérer dans tous les sens du terme. L’horrible bilan final de 26 victoires et 56 défaites est à mettre au compte des nombreuses blessures touchant l’équipe, elle-même sans grande stabilité au niveau de l’effectif. Le seul joueur atteignant les 80 matches joués s’appelle Stephen Curry, rookie mais aussi lueur d’espoir pour la franchise. Il terminera d’ailleurs dans la All-Rookie Team cette saison-là.

Ce dernier match de saison régulière, le 14 avril 2010 contre Portland, ne déroge pas à la règle : seuls 6 joueurs sont aptes à jouer ce soir-là, les autres étant tous blessés. Comme le règlement NBA interdit une équipe de jouer avec moins de 8 joueurs, le coach de l’époque, Don Nelson, demande à Anthony Morrow et Ronny Turiaf, blessés à ce moment-là donc, de se préparer quand même.

Les 8 joueurs sont là, valides ou non, et le match peut donc commencer. Le 5 majeur se compose donc de Stephen Curry, Monta Ellis, Anthony Tolliver, Reggie Williams et Chris Hunter, le seul véritable 6ème homme disponible étant Devean George, un ailier. Chaque joueur s’apprête donc à jouer beaucoup, beaucoup, beaucoup. Mais les problèmes commencent à 5 minutes et 27 secondes de jeu, puisque Hunter se blesse au genou et se voit forcé de retourner sur le banc. George fait alors son entrée.

La suite du match s’annonce mal pour les hommes de Nelson, qui doivent à tout prix éviter blessures et fautes éliminatoires s’ils veulent terminer le match et la saison dignement. Étonnement, les Warriors s’en sortent bien, menés par un très bon Curry qui distribue, assisté par Monta Ellis lui aussi en forme. Jusqu’ici tout va bien, se répète certainement le coach. Oui, mais ! Le match tourne mal pour les Warriors alors qu’il ne reste que 5 minutes à jouer : Devean George commet sa 6ème faute et doit logiquement quitter le parquet alors que les siens mènent de 4 points.

Le problème ? Seuls des joueurs blessés (mais en tenue) restent disponibles. Cependant, la règle indique que lorsqu’un joueur récolte une 6ème faute et que toutes les options de changement possibles sont épuisées, il peut rester sur le terrain selon plusieurs conditions, comme par exemple une faute technique à l’équipe entière.

A lire également : Stephen Curry, le premier MVP unanime de l’histoire

En effet, Ronny Turiaf et Anthony Morrow peuvent théoriquement jouer, et Hunter n’est pas disqualifié puisqu’il est lui aussi blessé. Malgré les négociations lancées par Don Nelson, expliquant qu’il ne peut pas faire jouer ses gars blessés, les arbitres ne veulent rien savoir et le public de la Rose Garden Arena non plus. Nelson tente de convaincre les arbitres de laisser jouer Devean George, en vain. Le coach décide alors malgré lui de remettre Hunter sur le terrain, malgré sa blessure. Le malheureux essaie, mais ne peut vraiment pas jouer une seconde de plus. George, lui, ne peut toujours pas légalement retrouver le parquet. Le public perd patience, frustré par le score sur le tableau d’affichage, et par les tentatives de « triche » des Warriors. Alors, d’abord Ronny Turiaf puis Anthony Morrow entrent sur le paquet quelques secondes et font passer leur blessure pour subie pendant la partie, les forçant à quitter le terrain.

Voilà, toutes les cartouches sont épuisées, George peut revenir sur le terrain et terminer cette étrange soirée. Le banc est littéralement vide à côté de Coach Don. Rappel des faits : les Warriors sont 13èmes de la Conférence Ouest alors que les Blazers sont playoffables grâce à cette 6ème place. Alors logiquement, Golden doit laisser passer ce match à galères… Mais non ! Dans les 3 dernières minutes, les Warriors remontent la pente et Curry inscrira 11 points dans ce court laps de temps. Victoire 122 à 116 pour Golden State, à 5 contre 10, après une saison déplorable, et face à des joueurs prêts à lutter en playoffs quelques jours plus tard.

Curry termine le match avec 42 points, 8 passes, 9 rebonds et 2 interceptions, à 52% au tir, dont un 4/6 à 3pts. Monta Ellis inscrit 34 points à 58,3% au tir, et Anthony Tolliver réalise un double-double à 19 points et 15 rebonds, également à 58,3% au tir. Un match très particulier pour clore cette saison la tête haute chez les Warriors, Don Nelson est conquis :

Ils pensent que c’est le plus grand match dans lequel ils ont joué, à faire ce qu’ils ont fait. Et vous savez quoi? Ils ont sûrement raison.

Mais aussi : Quand Milwaukee refusait le transfert de Stephen Curry