Voilà deux semaines qu’Isaiah Thomas a plié bagages en direction de Los Angeles. Déboussolé par ce trade précipité, le néo-Laker avait dasn un premier temps tenu à remercier les Cavaliers. Seul son agent était monté au créneau pour remettre en cause ce trade. Longtemps blessé, il n’a participé qu’à 15 rencontres avec Cleveland et se retrouve désormais en sortie de banc. Il s’est confié sur ESPN à propos de ce transfert et de son avenir à Los Angeles.

La trade deadline des Cavaliers aura bel et bien marqué la saison. En échange de Larry Nance Jr. et Jordan Clarkson, Cleveland se séparait de Channing Frye et d’Isaiah Thomas. 15 petits matchs et puis s’en va. Pour IT pas le temps de s’adapter aux systèmes, ni de démontrer réellement son apport aux côtés de LeBron. Ce mouvement-là, il ne l’a pas vu arriver…

« Je ne pensais pas qu’ils appuieraient sur la détente si vite, en 15 matchs. Encore une fois, c’est le business. Et les Cavs étaient bien en panique… » déclare Thomas avant d’ajouter. « On perdait… beaucoup. Je pense qu’ils avaient besoin de changer, et ils ont clairement nettoyé la maison. »

Ce « business » orchestré par Koby Altman, general manager des Cavs obligeait Thomas à déménager pour la deuxième fois en une saison. Pire encore, c’est un rôle de sixième homme qui l’attend en Californie. Une aventure écourtée dans l’Ohio, mais pas de rancœur envers la franchise malgré le peu de confiance qu’elle lui a accordé.

« On ne prend pas en compte que [Cleveland] avait 8 ou 9 nouveaux joueurs (…) En plus, j’étais out pendant 7 mois. Je devais retrouver le rythme et le timing qui étaient les miens. » affirme Isaiah Thomas. « Ca n’a juste pas marché, et voilà ce qui arrive… »

Présent dans la All-NBA Team la saison dernière, Thomas est maintenant la doublure de Lonzo Ball. Cette situation lui donne envie de se surpasser pour les Lakers jusqu’à la fin de la saison. Free agent cet été, IT veut prouver qu’il serait utile pour Los Angeles sur le long terme.

« J’espère être ici longtemps, sachant que je suis agent libre cet été. Sinon, je vais jouer les 25 derniers matchs à plein cœur et montrer aux Lakers pourquoi je dois rester à long terme. »

Isaiah Thomas nous fait bien comprendre que Cleveland appartient au passé, et entrevoit même un possible futur avec les Lakers.