L’ailière des Los Angeles Sparks a annoncé qu’elle ne jouerait pas aux côtés de la Team USA lors de la FIBA World Cup. 

Je suis une de ces personnes. Une fois que c’est fait, c’est fait

C’est par ces mots que Candace Parker a justifié son refus de jouer la FIBA World Cup avec Team USA. La cause de cette décision remonte à 2016, peu avant les Jeux Olympiques de Rio. Motivée à participer afin de faire vivre l’aventure olympique à sa fille, Lailaa, Parker n’avait finalement pas été retenue par Geno Auriemma. La joueuse de Los Angeles n’était pas sûre de participer à ces J.O. à cause d’une blessure au genou, qui lui avait fait manquer les Championnats du Monde en 2014. Elle avait également manqué un camp d’entrainement en février 2016 après s’être engagée avec un club étranger. Une non sélection qui a blessé la joueuse, qui a depuis refusé de revenir jouer pour sa sélection nationale.

J’ai été blessé parce que j’ai eu l’impression d’avoir subi tant de blessures, donné tant d’heures à Team USA. Puis d’un seul coup, ça peut être comme ça, peu importe ton jeu, tu ne fais plus partie de l’équipe.

Après la victoire de l’or à Rio, Auriemma a démissionné, comme prévu, après deux participations aux Jeux. Il a été remplacé par Dawn Staley, ancienne joueuse de WNBA. Malgré ce changement de coach et même si Auriemma ne faisait pas parti du comité de sélection en 2016, Candace Parker a tout de même refusé de jouer avec les États-Unis. Une question de mental, plus qu’un hypothétique différent avec la nouvelle sélectionneuse.

Je pense que Dawn Staley est un entraîneur extraordinaire. Elle est géniale. J’aurais aimé pouvoir jouer pour elle. Ça n’a rien à voir avec elle, mais pour moi, mentalement, je ne serais plus capable de représenter USA Basketball.

Des événements qui ne seront pas oubliés, que ce soit pour Team USA ou pour Candace Parker, qui voulait absolument faire vivre une expérience à sa fille. À présent, les États-Unis vont devoir faire sans une de leurs stars, qui fut entre autres déterminantes dans les victoires de 2008 et 2012. 

À lire également : Le Canada fera sans Kayla Alexander