Eurocup – Présentation des groupes : Nouvelle ère pour l’Asvel ?

LDLC Asvel en Eurocup. Faire mieux que le Top 16.

A une semaine du début de la nouvelle saison de l’Eurocup, présentation des groupes de la compétition. Voici maintenant le Groupe C de l’équipe de Tony Parker : LDLC Asvel comme le veut sa nouvelle appellation.


Groupe C

  • Dolomiti Energia Trento
  • LDLC Asvel-Villeurbanne
  • Partizan Belgrade
  • Turk Telekom Ankara
  • Valencia Basket
  • Zénith Saint-Pétersbourg

Il faudra s’habituer, l’ASVEL c’est terminé. Il faut maintenant parler du LDLC Asvel. Un naming censé, petit à petit, envoyer le club lyonnais dans une nouvelle dimension. A un an de son intégration au sein de l’Euroleague, le club continue de se structurer sous le contrôle de Tony Parker et son équipe. Avant ce passage vers le cercle restreint des 18 membres de la première coupe d’Europe, il faudra batailler en Eurocup. L’objectif est de faire « mieux que la saison dernière » selon les mots de Gaëtan Muller. Pour cela, la Green Team va devoir affronter le groupe le plus relevé (sur le papier) de la compétition.

 
Sortir indemne du groupe de la mort !

Comme pour les groupes précédents, nous nous sommes penché sur l’expérience des différentes équipes. Sur le papier, le Groupe C affiche au total 3866 matchs (Euroleague et Eurocup) disputés par l’ensemble des joueurs des 6 équipes (contre 2253 pour le Groupe A, 2221 pour le Groupe B et 2527 pour le Groupe D), ce qui en fait le groupe le plus relevé.

La saison passée, l’Asvel avait rejoint le Top 16 en terminant à la première place de son groupe, avant de connaitre une élimination aux portes des quarts de finale. C’est donc cette étape qu’il faudra franchir cette saison. Pour se faire, les lyonnais devront valider des succès face à des adversaires prestigieux comme Valence ou le Zénith Saint-Pétersbourg, mais aussi Trento, le Turk Telekom et le Partizan de Belgrade.

Du côté Villeurbannais, on mise sur la stabilité. Deux vraies arrivées qui apporteront de l’expérience (Bilan, Kalnietis), un retour, celui de Livio Jean-Charles (mais blessé pour deux mois) et un nouveau coach, Zvezdan Mitrovic, qui débarque de Monaco. L’équipe pourrait souffrir à l’intérieur avec les absences (Kaba, Jean-Charles) mais semble un peu plus équilibré que la saison dernière.

Le LDLC Asvel débutera sa campagne européenne par un (très) gros morceau puisqu’ils se rendront à Valence, un adversaire encore en Euroleague la saison passée. Pour ce premier test, la Green Team va retrouver Louis Labeyrie, l’une des recrues du club espagnol (avec la prolongation de Thomas et Tobey). La dernière fois que Valence a disputé l’Eurocup, elle a terminé en Finale contre Malaga (défaite 2-1). Clairement l’un des favoris pour le titre.

Deux autres équipes apparaissent fortes dans ce groupe. Tout d’abord il y a le Zénith Saint-Pétersbourg de l’américain Brandon Jennings. L’ancien NBAer revient en Europe et voudra retrouver du plaisir à faire son métier. Capable de planter 56 points en NBA, il peut s’affirmer (s’il en a la détermination) comme un atout offensif majeur au sein du club russe. Le renouvellement de l’effectif (7 arrivées) peut cependant être un désavantage. Le Turk Telekom Ankara a de quoi jouer les premiers rôles dans ce groupe C. L’équipe de Burak Goren est expérimenté (1067 matchs) avec des recrues habituées aux compétitions européennes (Redding, Landesberg, Gabriel, Stimac) et des anciens comme Ender Arslan (243 matchs d’Euroleague) et Serhat Cetin encore présents pour défendre fièrement les chances du club turc.

Enfin, deux clubs largement à la portée de l’Asvel mais tout aussi redoutables : le club italien de Trento est le moins expérimenté du groupe (263 rencontres) et devrait être mené par le duo US Hogue-Marble en attaque. Ce dernier est un rookie dans la compétition malgré son expérience avec l’Aris Salonique. Pour sa troisième année consécutive en Eurocup, Trento a dû composer avec les départs de certains cadres : Sutton, Guitierrez et Shields.

Le Partizan Belgrade suit une toute autre direction. 5 joueurs sont arrivés (Gegic, Landale, Paige, Nikolic, Zagorac) et ce sont 5 renforts qui peuvent apporter tout de suite. Landale vient de le prouver durant l’ABA SuperCup (22 d’évaluation contre Podgorica), Aleksej Nikolic arrive de Bamberg où il a disputé 51 rencontres d’Euroleague en 3 ans, Rade Zagorac voudra prouver qu’il a bien sa place dans le haut niveau et Marcus Paige pourrait remplacer Nigel Williams-Goss sur et en dehors du terrain. La dernière recrue est Amar Gegic (1998), un prospect qui ne demande qu’à apprendre. Pour le reste, le club a prolongé Novica Velickovic (31 ans et 143 matchs de Coupe d’Europe) son capitaine emblématique ainsi que Bandja Sy et peut se reposer sur un effectif jeune mais talentueux (Marinkovic, Percarski, Aranitovic).

Des joueurs à suivre ?

Sur le podium du meilleur jeune de l’Euroleague la saison dernière, Alberto Abalde (22 ans, 2m02) va encore progresser et il faudra le surveiller encore cette année. En 2017-2018, l’espagnol tournait à 7.6 points, 2.1 rebonds, 1.7 passe pour 6.9 d’évaluation en 25 matchs d’Euroleague (dont 9 titularisations). Comme évoqué plus haut, on regardera des près les performances de Brandon Jennings en Russie. Bientôt trentenaire, il serait dommage de voir ce garçon uniquement comme un talent gâché. Il a déjà joué 16 matchs d’Eurocup avec Rome en 2008-2009. L’Europe lui ouvre une deuxième fois ses portes, à lui d’en profiter. Son duo avec Sergey Karasev peut faire quelques étincelles sur les parquets. Direction la Turquie ou le duo T.J Campbell (ex-Nanterre)-Sylven Landesberg mérite le coup d’œil. Landesberg est expérimenté (96 matchs d’Euroleague) et sort d’une grosse campagne de Champions League avec l’Estudiantes (16.8 points, 2.8 rebonds, 2 passes et 11.6 d’évaluation). T.J Campbell est lui toujours tourné vers l’offensif avec ses 14.9 points (44.9% à 3 points) dans le championnat de Turquie la saison dernière, accompagné de 5.5 passes et 3.1 rebonds. Marko Pecarski (18 ans) sort d’un énorme EuroBasket U18 avec la Serbie : champion, MVP de la compétition avec une moyenne à 24.7 points, 11 rebonds, 2.3 passes et 1.1 interception, il a clairement mené les jeunes serbes vers le titre. Il va débuter sa deuxième campagne d’Eurocup avec le Partizan Belgrade (4.8 points, 3 rebonds en 2017-2018) où il devrait gagner quelques minutes dans la rotation. Chez le LDLC Asvel, si l’apport de Mantas Kalnietis attire les regards, ce sont bien les jeunes du groupe de Zvezdan Mitrovic que l’on veut voir à l’œuvre (Briki, Sow, Maledon).

Les français de l’étranger !

Antoine Diot (Valencia Basket) : Presque un an que l’on a pas vu le champion d’Europe 2013 sur un parquet. Absent depuis septembre 2017 à cause d’un problème au genou gauche, il a subi une arthroscopie en novembre qui a donc mis fin prématurément à sa saison. Il y a deux ans, Diot valait 8.7 points, 1.6 rebond, 4.4 passes, 1.6 interception et 10.5 d’évaluation en 14 rencontres.

Antione Diot devrait retrouver les parquets cette année

Louis Labeyrie (Valencia Basket) : Une saison seulement après avoir rejoint la SIG Strasbourg, Louis Labeyrie a décidé de quitter l’Alsace pour prendre la direction de l’Espagne et Valence : un contrat de deux ans et un retour en Eurocup (il a joué 25 matchs en deux saisons avec le Paris-Levallois) pour le joueur originaire du Val-d’Oise (Gonesse). En Champions League la saison dernière, il apportait 11.2 points, 7.1 rebonds et 1 passe de moyenne en 17 rencontres. Toujours une punchline en stock, Labeyrie a rejoint un club de haut niveau où il devra faire ses preuves. Son énergie devrait lui permettre d’avoir un vrai rôle dans l’équipe de Jaume Ponsarnau.

Nouveau club pour Labeyrie cette saison

Bandja Sy (Partizan Belgrade) : Le petit frère de l’Amiral se sent bien en Serbie. Prolongé dès le mois de mars par le Partizan Belgrade, il avait disputé 6 matchs d’ABA League pour 9.7 points, 5.8 rebonds en 25 minutes de moyenne. A 28 ans, il fait presque office de vétéran dans cette équipe où il apportera son explosivité et ses qualités athlétiques.

Prolongé au mois de Mars, Sy sera encore au Partizan cette saison

Dans un groupe particulièrement relevé, le LDLC Asvel va devoir réussir quelques grandes soirées pour s’ouvrir les portes du Top 16 et espérer aller le plus loin possible cette saison. Attention, les adversaires des lyonnais sont eux aussi déterminés. Valence visera clairement le titre alors que le reste du groupe est complétement ouvert. Une longue bataille s’annonce et l’expérience du duo Bilan-Kalnietis sera importante.

A lire également : Le Fenerbahçe remporte le Tournoi de Zadar !

 

Feed NBA 24/24