NBA – Les 4 erreurs de Magic dans la gestion des Lakers

0

Une inter-saison ratée, des choix douteux, Magic Johnson est en train de perdre en crédibilité à cause de 4 erreurs majeures. Décryptage.


Saison décevante pour les Lakers : l’objectif playoff n’a pas été atteint, et le bilan est quasiment le même que celui de l’année dernière à la même époque. Un raté peut être dû à la mauvaise gestion de l’effectif par Magic Johnson. Voici les 4 erreurs de gestion de Magic depuis son arrivée, en février 2017.

1. Ajouter LeBron James sans l’entourer

L’arrivée de LeBron James en Californie l’été dernier avait suscité une grande vague d’optimisme chez les fans des Lakers. Ceux-ci ont pourtant vite déchanté en voyant le nom des autres recrues.. Magic Johnson et Rob Pelinka ont visiblement estimé que, comme avec Cleveland, le seul LeBron suffirait à porter les siens jusqu’aux playoffs. Raté. En l’absence de joueurs confirmés pour épauler le King, les Brandon Ingram, Lonzo Ball ou autre Kyle Kuzma ont été automatiquement lancés dans le grand bain, sûrement un peu trop vite. Une recette qui n’a clairement pas fonctionné.

Après la victoire face aux Rockets, LeBron James a parlé de sacrifice envers les Lakers pour accrocher les playoffs

2. Trader D’Angelo Russell

Le front office doit s’en mordre les doigts. Les Lakers ont laissé partir D’Angelo Russell à l’été 2017 contre quasiment rien. Brook Lopez avait certes débarqué en Californie, mais l’expérience n’avait pas convaincu, et le big man était loin du niveau et de l’utilité qu’il affiche désormais à Milwaukee depuis. D’Angelo est maintenant le leader et All-Star d’une équipe qui se dirige droit vers les playoffs pendant que les Lakers ont galéré toute l’année. L’équipe s’est potentiellement passé des 20.7 points (43,2% aux tirs) et 7 passes du meneur. Ça fait mal !

A lire également : Jimmy Butler voit grand pour les Sixers

3. Ne pas prolonger Julius Randle

Même frustration que pour D’Angelo Russell avec Julius Randle. Les Lakers n’ont pas prolongé le contrat de l’intérieur qui posait pourtant 16.1 points et 8 rebonds tous les soirs. Los Angeles a préféré prendre Michael Beasley, sans doute bien moins cher que Randle qui a filé aux Pelicans cet été. Selon les derniers bruits, le coaching staff avait bien prévenu Magic Johnson qu’il faudrait faire le maximum pour conserver l’intérieur, mais l’ancien meneur du Showtime n’en a fait qu’à sa tête. Cette saison, Randle s’éclate, et avec des stats de 21 points (52,3% aux tirs) et 8.7 rebonds, il peut prétendre à toucher un gros chèque l’été prochain.

4. Être trop présomptueux

On n’accusera pas Magic Johnson d’avoir pris les choses à la légère, mais le boss des Lakers a certainement pensé qu’il serait plus facile d’attirer des stars pour entourer LeBron à Los Angeles. En vain. Paul George a re-signé du côté d’OKC, quand DeMarcus Cousins a rejoint les Warriors. L’épisode du trade avorté pour Anthony Davis montre aussi ce sentiment de supériorité peut être ressenti par Magic Johnson, dont la stratégie a braqué des Pels bien décidés à ne surtout pas céder The Brow aux Angelinos. En marge de ce fiasco, Magic s’est mis une bonne partie du vestiaire à dos en essayant d’échanger de très nombreux joueurs pour attirer AD. La cerise sur le gâteau.

Excellent joueur ne rime pas forcément avec excellent exécutif, et malheureusement pour lui, Magic Johnson est en train de le prouver. Pas le droit à l’erreur cet été.

Mais aussi : Quand Kawhi Leonard se moque de la défense de Paul George

NBA
Partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.