Mondial – Gregg Popovich réagit à la victoire miracle de Team USA

0

Miraculés dans la fin de match face à la Turquie, les Américains ont eu très chaud. Forcément, la réaction de Gregg Popovich face à la presse était attendue.

Ils ont survécu. A la faveur d’un choke incroyable des Turcs dans les derniers instants (4 lancers ratés dans les 10 dernières secondes) et du sang-froid de Khris Middleton, les Américains sont venus à bout de la Turquie.

Une grosse frayeur pour Team USA, qui confirme là une certaine fragilité et un statut de favori plus que jamais remis en cause dans une compétition internationale.

Habitué aux fins de match à couteaux tirés comme hier, Gregg Popovich était dans ses petits souliers après la partie :

C’était un match incroyable, comme nous le savons tous. Ça aurait pu basculer des deux côtés. Nous acceptons la victoire, mais ça aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. L’équipe que nous avons affronté ce soir a montré toute son expérience et mis en lumière les améliorations que nous devons faire au niveau de notre exécution. Nous ne sommes pas encore au point à ce niveau. Nous essayons encore de nous améliorer de ce côté.

Lire aussi | Des premières nouvelles de Jayson Tatum

La défaite des Etats-Unis aurait constitué un petit séisme, mais les Américains se sont sortis du bourbier, s’offrant ainsi une frayeur qui pourrait leur servir de coup de pied aux fesses pour la suite du tournoi.

Une bonne partie des joueurs du (jeune) effectif de Team USA découvre le basket FIBA et son style différent, ce que n’a pas manqué de rappeler malicieusement Ricky Rubio à Donovan Mitchell après le match en envoyant un SMS à son ancien coéquipier et bon pote : « Welcome to FIBA Basketball ».

Au delà de Team USA, c’est toute l’hégémonie de la NBA qui semble de plus en plus contestée, à tel point que le MVP de la ligue Giannis Antetokounmpo n’a inspiré aucune crainte au Brésil, dont le coach s’est même permis des propos assez irrespectueux envers le Greek Freak après la partie.

Pop le sait, ses troupes sont passées proches d’une défaite sacrément embarrassante. Le message est au moins clair : dans ces Mondiaux ultra-ouverts, personne n’est à l’abri. Pas même Team USA.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.