NBA – Danny Green donne la clé pour gagner des titres

Danny Green Anthony Davis LeBron James

Gagner des titres, Danny Green connaît. On peut donc lui faire confiance lorsqu’il révèle la clé du succès.

Publicité

Champion en en 2014 avec San Antonio et en 2019 avec Toronto, Danny Green s’est constitué un joli petite palmarès. Toujours précieux des deux côtés du terrain dans son éternel rôle de 3&D, l’arrière est devenu un vétéran, qui apportera tout son savoir aux Lakers.

En cas de titre, il deviendrait un des rares joueurs à gagner 3 bagues avec 3 équipes différentes, une belle prouesse qui témoigne forcément d’un certain talent et d’un certain QI basket.

Publicité

Alors comment gagner en playoffs ? Danny Green a la réponse, et il est difficile de le contredire au regard de ses expériences passées. Il s’explique pour USA Today :

A l’évidence, les superstars font toujours ce qu’elles ont à faire. Les équipes qui gagnent en playoffs gagnent quand les role players montent d’un cran. En général, ça détermine jusqu’à où vous allez aller [en post-season] et à quelle fréquence vous allez gagner. Quand les role players montent d’un cran et jouent correctement. Ce sont les équipes qui gagnent et qui sont les dernières debout.

Publicité




Lire aussi | Snoop Dogg crée un scandale à l’université de Kansas

En la matière, Green s’y connait, lui qui a été si précieux chez les Spurs comme chez les Raptors par sa capacité à rentrer des shoots à trois points mais aussi à limiter le meilleur extérieur de l’équipe en face avec sa défense sans relâche.

Toronto, d’ailleurs, a aussi pu compter sur Fred VanVleet, autre role player qui a eu un rôle absolument déterminant durant les playoffs et les Finales, et sans lequel les Canadiens n’auraient peut-être pas ramené le trophée Larry O’Brien à la maison.

Publicité

Reste maintenant à appliquer tout ça pour Green et consorts. Si LeBron James et Anthony Davis devraient – sans trop de surprise – répondre présents, les chances de titre des Angelinos reposeront probablement sur la capacité du fameux « supporting cast » à gérer la pression et à se montrer constant au haut niveau.

Green bien sûr, mais aussi Avery Bradley, qui impressionne déjà au training camp, Dwight Howard, Alex Caruso, Rajon Rondo et toute la clique devra se mettre au diapason, sans oublier le rôle crucial de Kyle Kuzma en troisième star.

Publicité

Avec son vécu et sa légitimité, Danny Green connaît les ingrédients qui mènent au titre. A lui de s’assurer que ses coéquipiers mettent tout ça en place.

En direct : toute l'actu NBA