NBA – Quand Kobe prenait un nombre insensé de tirs… et dépitait ses coéquipiers

0

C’est connu, Kobe Bryant pouvait parfois avoir une fâcheuse tendance à basculer dans l’individualisme. Et un soir de 2002, face à Boston, le Black Mamba est allé trop loin.

Pour Kobe Bryant, rien n’est plus important que shooter sur un terrain de basket. Véritable artiste parmi les solistes, le Black Mamba n’a jamais caché qu’il préférait parfois prendre des tirs contestés plutôt que trouver des coéquipiers ouverts.

Il faut dire que Kobe a un niveau d’exigence sans précédent, ce qui le pousse souvent à se montrer très dur et sans pitié avec les joueurs de sa propre équipe. Demandez à Smush Parker.

A l’automne 2002, les Lakers affrontent Boston dans un véritable classique entre les 2 franchises les plus titrées de l’histoire. Blessé, Shaquille O’Neal est out ce soir-là, et Bryant ne voit qu’une solution pour venir à bout de Celtics pourtant modestes : arroser à tout va. Brian Shaw, son coéquipier de l’époque (puis assistant-coach), se souvient :

Je suis quelqu’un qui dit les choses. Plusieurs fois, j’ai dû confronter Kobe sur le fait qu’il ne passait pas la balle. Je me rappelle d’un match en particulier, contre Boston. Shaq était blessé et Kobe a pris 47 tirs dans le match. Il a fini à 17 sur 47. Il n’a pas pris 30 tirs, il a raté 30 tirs.

Lire aussi | 40 choses que vous ne saviez pas sur Kobe Bryant

Après le match, les journalistes rentrent dans le vestiaire et lui demandent s’il pensait qu’il devait prendre autant de tirs pour compenser l’absence de Shaq. Kobe a regardé le gars droit dans les yeux et a dit : « Non. J’avais l’impression que j’avais plus de chances de marquer à un contre 5 que mes coéquipiers grand ouverts ».

Et il a dit ça sans sourire, le plus sérieusement du monde.

Phil Jackson est furax, d’autant que le plan de Bryant a foiré : les Lakers ont été battus 98-95 par Boston, et cela en dépit (ou à cause ?) du mode arrosage automatique de l’arrière.

Le Zen Master tente alors un électrochoc en mettant Kobe face à ses responsabilités devant tout le monde… en vain. Shaw raconte :

A l’entraînement le lendemain, Phil Jackson met l’extrait de l’interview dans la séance vidéo, et dit : « Vous pensez quoi de ce que votre coéquipier dit à votre propos ? »

Rick Fox est devenu émotionnel, il a dit : « A ton avis ? ». Kobe a regardé Rick et lui a dit : « Énerve-toi tant que tu veux, c’est vraiment ce que je pense ».

On aime ou on aime pas, mais le leadership de Kobe était définitivement à part. Les 5 bagues légitiment le tout, et heureusement pour ceux parmi les champions qui ont subi les foudres du Mamba.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.