NBA – Le gros trash-talking de Michael Jordan contre 3 journalistes en 1989

Michael Jordan cthe Shot
(DR)

La seule chose qui rivalise avec les talents de basketteur de Michael Jordan, c’est son talent pour le trash-talking. Personne n’était à l’abri d’un petit mot ravageur de His Airness, pas même les journalistes… Trois d’entre eux en ont fait l’amère expérience un soir de 1989.

Publicité

En même temps qu’il construisait sa légende balle en mains, Michael Jordan s’est bâti l’image d’un trash-talkeur hors-pair. D’ailleurs, nombreuses sont les anecdotes hallucinantes sur His Airness dans ce domaine.

Et ce qui le distingue des autres grands experts en la matière, c’est que MJ n’épargnait personne. Que ce soit ses partenaires à l’entrainement, quitte à en venir aux mains avec eux, ses adversaires, ou les arbitres, tous étaient susceptibles de recevoir un petit mot déplacé de la part du n°23.

Publicité

Visiblement, les journalistes aussi y avaient parfois le droit. Sam Smith, ancien journaliste et auteur du best seller ‘The Jordan Rules », récit vécu de l’intérieur de la saison 1990-91 des Bulls, a vécu cette expérience marquante.

C’était en 1989, au soir du match 5 du premier tour de playoffs entre les Cavaliers et les Bulls, et Michael Jordan avait visiblement très mal pris le fait que les journalistes aient pronostiqué à l’unanimité une victoire de Cleveland dans cette série. Il ne s’est pas privé pour pointer du doigt leurs erreurs.

Lire aussi | Quand Michael Jordan, presque 40 ans au compteur, trash-talkait Kobe Bryant au sol

Publicité

Le match 5 décisif était sur le point de démarrer, et j’étais avec deux autres journalistes. Il y avait celui du Sun Times, Lacy Banks, Kent McDill du Herald, et moi. Lacy avait pronostiqué une victoire des Cavaliers en 3 matchs, Kent une victoire des Cavs en 4 matchs, et moi en 5 matchs.

La rencontre est sur le point de commencer. Michael arrive vers nous, il pointe Lacy du doigt et lui sort : « nous nous sommes déjà occupés de ton pronostic ».

Ensuite il regarde Kent, et lui dit : « nous nous sommes déjà occupés de toi aussi ».

Pour finir il me regarde, et me lance : « Aujourd’hui, on s’occupe de ton cas.

Publicité

Parce qu’un Michael Jordan sur-motivé par un bon trash-talking est un Michael Jordan inarrêtable, il a en effet donné tort à Sam Smith, et pas de n’importe quelle manière. Il l’a fait en sortant « The Shot », l’un des plus gros buzzer-beaters de sa carrière, concluant ainsi une série où il tourne à 39.8 points de moyenne et 8.2 passes… Un moment d’anthologie, dans une série d’anthologie.

Publicité

Même si Michael Jordan n’était pas encore arrivé au sommet de son art à ce moment, parier contre lui était déjà dangereux. Comme tout grand joueur, il n’a jamais été aussi fort que quand tout le monde le donnait perdant.

Publicité

Les dernières actualités