NBA – JR Smith dévoile un drôle de symptôme de sa dépression

0

Au purgatoire pendant très longtemps avant d’être appelé par les Lakers, JR Smith ne cache pas qu’il a connu la déprime. Avec un symptôme qui ne laisse aucune place au doute…

Publicité

Il a beau être riche, célèbre et champion NBA, JR Smith n’est pas immunisé contre le coup de blues. Mis au placard fin novembre 2018 par Cleveland, Swish pensait voir son chemin de croix prendre fin à l’été 2019 lorsqu’il a été coupé par la franchise de l’Ohio. Mais patatras : personne ne s’est alors manifesté.

La suite ? De longs mois de galère pour le fantasque arrière, qui avoue qu’il a connu la dépression. Pire encore, l’ancien des Cavs pensait tout simplement que sa carrière était terminée et que plus personne ne le rappellerait jamais.

Victime d’un moral en berne, Smith a traversé une période compliquée, sans oublier de se maintenir en forme et de travailler sans répit. Mais les signes de déprime étaient là, et notamment un qu’il a confié aux médias ce lundi :

Lire aussi | JR Smith se fait déjà remarquer chez les Lakers

JR Smith questionné sur le fait de savoir s’il pensait que sa carrière était terminée :

« Oui. J’ai traversé une période de grande dépression. Je ne voulais même plus jouer à 2K… C’était dur. C’était très dur.

Publicité

Délaissé par les franchises, Swish avait trop de douleur à lancer sa console pour « jouer » à la NBA. A la place, il s’est donc réfugié dans le travail, et ça a fini par payer avec le coup de téléphone des Lakers.

Revenu des abysses, Smith passe ainsi de chômeur à candidat potentiel à une nouvelle bague chez un top contender, et il entend bien saisir sa chance : d’après les premiers retours, ses entraînements sont de grande qualité pour l’instant.

Déprimé au point de ne même plus jouer à 2K : JR Smith a connu une sale période faite de doutes et d’ombre. Welcome back, Swish.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.