NBA – La saison de Jordan à 35 ans vs celle de LeBron à 35 ans, qui a fait mieux ?

Lebron James et Michael Jordan
New York Post (DR)

Alors que LeBron James vient de terminer sa 17ème saison NBA à 35 ans, une comparaison avec celle de Michael Jordan au même âge peut être dressée. Et elle se veut plus que disputée.

Publicité

#Year17, #WashedKing… Depuis octobre dernier, LeBron James ne cesse de mentionner ces hashtags à quasiment chacun de ses posts sur les réseaux sociaux. Un moyen pour lui de se donner un surplus de motivation pour faire mentir ceux qui le pensaient terminés, et incapable de mener une équipe vers le titre à 35 ans.

Depuis ce dimanche, il peut donc jubiler en sachant qu’il est parvenu à son but. Champion et MVP des Finales, le King a prouvé qu’il avait encore tout d’une superstar, et qu’il faisait toujours bien partie des meilleurs joueurs de la ligue. Tant et si bien qu’hormis Michael Jordan, peu de joueurs peuvent tenir la comparaison dans leur niveau de performance à un tel âge. Mais lequel des deux hommes à livrer le meilleur exercice ? Focus.

Publicité

LeBron James

Pour ses premiers mois dans cette saison 2019-20, LeBron James doit composer avec l’arrivée d’un autre homme fort du côté de Los Angeles. Il laisse ainsi quelques responsabilités à Anthony Davis, et tente avant tout, en accord avec son entraineur, de s’économiser au maximum en vue de la postseason. Cela ne l’empêche pas de livrer des stats assez dingues.

Au terme de la saison régulière, ses moyennes ultra-complètes de 25.3 points, 7.8 rebonds, 10.2 passes, 1.2 interception et 0.5 contre lui valent une bonne place dans la course au trophée du MVP. Ce dernier lui échappe finalement au profit de Giannis Antetokounmpo, à son plus grand regret. Sa mission de remporter le titre n’en devient alors que plus capitale.

Publicité

Il augmente drastiquement son niveau de jeu lorsque son équipe le requiert, et domine des Finales dans lesquelles les Lakers sont sacrées au bout de 6 matchs. Élu MVP des Finales, il conclut donc son exercice avec ce trophée, une bague de champion, une sélection dans la All-NBA First Team et en tant que meilleur passeur de la ligue.



Michael Jordan

La trajectoire suivie par Michael Jordan au cours de la saison 1997-98 se veut résolument différente, et ce, dès son entame. His Airness ne bénéficie en effet d’aucun traitement de faveur de la part de son coach, et dispute les 82 rencontres de saison régulière, avec en moyenne plus de 39 minutes par match !

Publicité

Ses stats de 28.7 points, 5.8 rebonds, 3.5 passes, 1.7 interception, 0.5 contre se veulent assez similaires à celles de LeBron, mais lui valent de son côté le titre de MVP au détriment de Karl Malone. Mais puisque la dernière danse de ses Bulls ne peut pas uniquement se conclure sur ce trophée individuel, MJ fait tout pour porter son équipe vers le trophée Larry O’Brien.

Il doit donc augmenter de façon significative sa moyenne de points en playoffs, notamment pour se défaire de Pacers accrocheurs en finales de conférence. Vainqueur du Jazz en Finales grâce à un shoot historique, il réalise lui aussi le doublé titre – MVP des Finales. Deux récompenses qui viennent s’ajouter à un titre de meilleur scoreur de la ligue, et une sélection dans la All-NBA First Team et la All-NBA Defensive First Team.

Publicité

(crédit : Fadeaway World)

Si l’on s’en tient strictement au palmarès présenté à l’issue de leur saison respective, Michael Jordan possèderait donc une légère avance sur LeBron James. Mais là encore, de par l’écart minime entre les deux hommes, le verdict final repose avant tout sur la sensibilité de chacun.

Les dernières actualités