NBA – « Michael Jordan n’est que mon 5ème adversaire le plus dur à jouer »

Michael Jordan en colère
(DR)

Au sommet des classements de valeur d’innombrables observateurs et anciens joueurs, Michael Jordan possède toujours de fervents opposants, dont un le fait à peine figurer dans le Top 5 de ses adversaires les plus coriaces.

Publicité

Tout le monde ne s’accorde pas sur l’identité du GOAT de la NBA, mais un consensus est souvent trouvé pour placer Michael Jordan dans le Top 2, voire sur le podium de ce classement all-time. C’est sans compter sur Isiah Thomas, qui persiste et signe au moment d’exclure la légende des Bulls de ses rankings historiques.

Et l’ancien meneur de Detroit ne s’arrête pas là. Dès que l’occasion d’envoyer quelques mots doux à son ancien rival sur les parquets se présente, il la saisit illico. Invité du Club Shay Shay, il a sans grande surprise laissé MJ au fin fond de son Top 5 des adversaires les plus difficiles à vaincre.

Publicité

Il faudrait jeter un coup d’œil sur les bilans des face-à-face, mais je dirais Magic (Johnson), Kareem (Abdul-Jabbar), (Larry) Bird, Dr. J (Julius Erving), et ensuite, je mettrais Jordan.

Publicité

Icône de la décennie ’80, dans laquelle His Airness n’a pas véritablement connu le succès avec Chicago, Thomas a assez logiquement préféré ses affrontements avec des Magic, KAJ, Bird et Dr. J dans leur prime. L’ordre de cette liste n’est donc pas forcément outrant, mais a malgré tout fait l’objet de quelques justifications de son auteur.



Je jouais un sport différent. Donc je ne prends pas en compte tous les dons génétiques et tout ça. Quand je parle de basket, je m’intéresse à l’endurance mentale. Je ne pouvais pas sauter plus haut que les autres, je n’étais pas plus grand que les autres, pas plus lourd que les autres, mais je pouvais être plus malin que les autres.

Publicité

Plus malin, il l’a longtemps été lorsqu’il affrontait Chi-Town, à l’image de ses partenaires des Pistons qui sont régulièrement sortis victorieux de leurs rencontres face à MJ et compagnie durant ces fameuses années. Dès lors, une fois encore, il délaisse ce dernier et son équipe dans son classement de valeur des dynasties des ‘80s.

Il faudrait mettre les Lakers et les Celtics en 1ère et 2ème position, ou faire une 1ère place bis. Tout dépend si vous aimez la glace au chocolat ou à la vanille ! Et Philly, avec la période où il y avait Moses (Malone) et Dr. J, ils méritent leur respect. On ne pouvait pas matcher leur talent, mais en tant qu’équipe, en tant qu’unité, je dirais qu’on était aussi bons.

Publicité

Les Bulls ont quant à eux dû attendre la fin de cette ère, et le début des années 1990 pour enfin accéder au graal. Une ère à laquelle ils ont contribué à mettre un terme, en s’offrant justement le scalp de Detroit, puis de Los Angeles en 1991. À l’époque, Jordan était sans doute passé de la 5ème à la 1ère place des adversaires les plus coriaces du Baby-Faced Assassin.

Pour le reste, le numéro 23 doit se contenter du 5ème rang du classement d’Isiah Thomas. Pas sûr que tout cela le chagrine au plus haut point.

Déclarations Isiah Thomas Michael Jordan NBA 24/24

Feed NBA 24/24