NBA – LaMelo et Lonzo Ball dégommés : « voilà pourquoi ils ne sont pas n°1 pick »

Lonzo LaMelo
(DR)

Lonzo et LaMelo Ball ont réussi un exploit assez incroyable : les deux frères ont été sélectionnés dans le Top 3 de la Draft NBA. Pourtant, certains ne sont pas encore satisfaits, estimant qu’ils auraient pu faire mieux en étant n°1. Un célèbre analyste les a détruit pour cette raison…

Publicité

LaVar Ball doit être un homme heureux ce jeudi, au lendemain de la draft. Lui qui annonce depuis des années que ces 3 fils seraient des stars en NBA, il doit se réjouir de voir son petit dernier rejoindre les Hornets, franchise dans laquelle il sera le joueur le plus médiatisé et de très loin.

Si le patron de la famille Ball doit avoir une petite pensée pour LiAngelo, qui n’a malheureusement pour lui pas percé, le bonheur de voir les deux autres sélectionnés dans le Top 3 de la draft doit largement compenser. En réalisant un tel exploit, « Zo » et « Melo » ont d’ailleurs écrit l’histoire de la ligue !

Publicité

Mais pour certains, comme Skip Bayless, cela n’est pas suffisant. D’après lui, le meneur des Pelicans et celui des Hornets auraient eu le talent pour aller chercher le titre de n°1 ! Mais ils manqueraient tous les deux d’un élément important pour s’imposer au plus haut niveau : l’envie ! Il s’explique dans son émission Undisputed.



LaVar a détruit son ainé Lonzo avant même qu’il n’arrive en NBA, en disant qu’il serait meilleur que Stephen Curry. Pour ce qui est de LaMelo, il n’est pas né pour devenir le n°1 de la draft. Lui et son frère manquent de quelque chose qui est primordial en NBA

Publicité

Est-ce que vous voyez la rage de vaincre dans leurs regards ? Est-ce que vous voyez une obsession de dominer les autres dans leurs yeux ? Ils jouent au basket comme certains jouent à NBA 2K. Ils sont gâtés. Si LaVar vient de Compton, eux viennent des beaux quartiers de Los Angeles. Je ne vois pas d’envie.

Skip Bayless réussit donc à reprocher à des enfants la richesse de leurs parents. Parce qu’ils viennent des beaux quartiers, Lonzo et LaMelo ne ressentiraient pas ce besoin de jouer au basket avec la rage de s’en sortir. Si leur environnement joue peut-être sur leur mentalité, une fois sur le terrain, il ne fait aucun doute qu’ils veulent gagner et briller, comme tout le monde.

Publicité

Le constat établi par Skip Bayless est froid, et LaMelo pourrait bien lui donner tort. Dans une franchise sans réelle star, le dernier de la fratrie aura une belle chance de briller et d’atteindre son plein potentiel.

Feed NBA 24/24