NBA – Troublantes révélations sur les privilèges de Harden à Houston

James Harden a fait le buzz sur Twitter a cause d'une photo embarrassante de lui face aux Celtics
Fox Sports (DR)

Depuis maintenant près de 3 semaines, James Harden fait un caprice pour partir le plus vite possible des Rockets. Un insider a fait des révélations incroyables sur l’étendue des pouvoirs de Harden à Houston et en effet, le mot « caprice » prend tout son sens…

Publicité

Après ses vacances prolongées, James Harden est de retour malgré lui à Houston. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas revenu avec un large sourire, mais plutôt en traînant les pieds. Voilà maintenant plusieurs semaines qu’il a demandé à quitter les Rockets, et au final il est encore là.

Ses envies d’ailleurs ne se résument plus aux Nets désormais, puisque d’autres franchises ont rejoint la liste. Quoi qu’il en soit, il veut bien aller n’importe où hors du Texas. Une réaction assez étonnante, surtout lorsque l’on entend les révélations de Tim MacMahon (ESPN) sur les privilèges que Harden a eu à Houston, dans le podcast de Brian Windhorst. Fans des Rockets, vous n’allez pas apprécier.

Publicité

James Harden a eu le droit de décider qui va et vient à Houston depuis pratiquement tout le temps qu’il y est. Il voulait Dwight Howard et ensuite il voulait que Dwight Howard parte. Chris Paul, puis Chris Paul dehors. Russell Westbrook. Russell Westbrook dehors. Il voulait que Kevin McHale parte et McHale est parti. On peut continuer la liste.



Comme beaucoup de superstars, il avait le droit de dire quel serait le programme en déplacement. Il a déterminé le programme d’entraînement. Il a eu quelques jours de congé : « James veut aller à Vegas, donc tu ne vas pas t’entraîner ce jour-là. » Au retour du All-Star break, le premier entraînement est passé d’obligatoire à « pour les volontaires » parce que « James devait aller se calmer un peu à Vegas ».

Publicité

La première fois que les Rockets ont dit non à James Harden, c’était : « Non, nous n’allons pas t’envoyer à Brooklyn si nous n’aimons pas ce potentiel trade ». Leur culture c’est que peu importe quel était son caprice, il l’obtenait. C’est ce sur quoi leur culture était basée. J’ai parlé à un ancien membre du staff des Rockets et il m’a dit : « Oui, il va nous faire un caprice, car il n’a jamais entendu « non » auparavant ».

Ces révélations sont-elles si surprenantes ? Oui et non. Les Rockets sont la franchise de James Harden depuis qu’il est arrivé en 2012, c’est bien connu. Cependant, ses caprices pouvaient aller très loin, jusqu’à prendre le contrôle total de la franchise sur les décisions et de décider s’il voulait s’entraîner ou aller faire la fête.

Publicité

La réputation du Barbu déjà bien écorchée n’a pas fini d’en pâtir. James Harden est furieux de ne toujours pas avoir réussi à atteindre les Finales NBA avec les Rockets en 8 ans, avec plusieurs superstars à ses côtés. Peut-être qu’une remise en cause s’impose.

Houston Rockets James Harden NBA 24/24

Feed NBA 24/24