Publicité

NBA – « J’ai essayé de brutaliser Steph Curry, ça n’a pas marché… »

Le plus dur pour Stephen Curry dans son retour
Randy Vazquez

Se prendre une trentaine, voire une quarantaine de points sur la figure par Stephen Curry peut frustrer plus d’un défenseur NBA. Certains ont donc parfois eu envie de le mettre à terre de façon moins propre, à l’image d’un ancien joueur de la ligue. Malheureusement pour lui, cela ne semble pas avoir fonctionné…

Publicité

Absent durant quasi l’intégralité de la saison passée (5 matchs disputés), Stephen Curry est revenu en force en 2020-21. Avec 31.8 points à 48% au tir dont 42% à trois points, le meneur de Golden State représente une équation impossible à résoudre pour l’ensemble des défenses de la ligue. Ses performances lui permettent même d’être dans la discussion pour le MVP, malgré le bilan moyen de GS (37-33, 8ème à l’Ouest).

Mais du coup, si les méthodes conventionnelles ne fonctionnent pas, comment faire ? Les plus tordus d’entre nous diront qu’il faut user de tactiques… plus musclées. C’est d’ailleurs ce qu’a tenté de faire Raja Bell, ancien arrière de Phoenix et de Utah. Celui-ci a raconté lors du podcast Damon, Ratto & Kolsky qu’il avait failli commettre un attentat sur le Chef :

Publicité

Ray Ratto : Vous lui mettriez une corde à linge ?

Raja Bell : En fait, j’ai essayé la 1ère fois que j’ai joué contre lui. J’ai essayé de le malmener. Mais ça n’a pas marché… Contrairement à certains gardiens qui dansent vraiment avec le ballon… Steph n’est pas tant que ça ballon en main … en tant que défenseur, vous êtes seulement aussi bon que l’aide que vous obtenez … Je ne sais pas comment vous voulez le défendre, c’est impossible.



Fort de 12 saisons et près de 800 matchs dans la grande ligue, Bell n’était pas le dernier des défenseurs. L’ancien Jazzmen était notamment connu pour offrir un vrai challenge à un certain Kobe Bryant, qu’il prenait en mission défensive à chaque affrontement entre les deux hommes. L’entendre dire cela est donc un réel compliment pour Curry.

Publicité




Le retraité met au passage le doigt sur aspect essentiel du jeu du Warrior : les déplacements loin du ballon. Si Steph est un expert du pull-up de (très) loin, il est au moins tout aussi redoutable en catch-and-shoot, agissant de cette façon comme un arrière plutôt qu’un meneur. Son coach Steve Kerr l’a d’ailleurs rapidement compris, profitant notamment de la qualité de passe d’un Draymond Green pour maximiser le talent de son franchise player.

Résultat, son adversaire direct se retrouve à devoir courir derrière lui durant tout le match, s’épuisant ainsi assez vite, Baby Face Assassin étant toujours en mouvement. Un casse-tête insoluble, qui prouve que le n°30 de la Baie est bien l’un des meilleurs joueurs offensifs de tous les temps. Cela ne devrait pas changer la saison prochaine, au vue du niveau affiché par le bonhomme, alors qu’il a déjà 33 ans.

Publicité

Rien ne semble pouvoir arrêter Stephen Curry, pas même les grosses fautes passibles d’expulsion. On espère tout de même que ce genre d’actions ne se répètera à l’avenir. Perdre à nouveau le Chef sur blessure serait une catastrophe pour la NBA.

Déclarations Golden State Warriors NBA 24/24 Stephen Curry

Feed NBA 24/24