Publicité

NBA – Les 5 signatures archi sous-cotées de l’été qui vont faire du bruit

L'intérieur NBA des Chicago Bulls, Lauri Markkanen, tente un tir à 3 points devant l'arrière star des Dallas Mavericks, Luka Doncic
NBA.com (DR)

Derrière les noms les plus évidents que sont Kyle Lowry, DeMar DeRozan ou Lonzo Ball, quelques free agents de choix ont paraphé un contrat dans une nouvelle équipe relativement discrètement. Voici dès lors les 5 recrues passées quelque peu inaperçues, qui pourraient pourtant rapporter gros à leur franchise.

Publicité

5. Kelly Olynyk ➡️ Detroit Pistons

L'intérieur NBA des Detroit Pistons, Kelly Olynyk, ici sous les couleurs des Houston Rockets
(crédit : Cato Cataldo)

Certes, les 37 millions sur 3 ans déboursés par les Pistons pour attirer Kelly Olynyk à Detroit peuvent paraitre démesurés. Pourtant, l’intérieur de 30 ans, auteur d’un excellent passage à Houston ces derniers mois (19.0 points, 8.4 rebonds, 4.1 passes, 39.2% à 3 points), pourrait s’avérer précieux sur place. Grâce à sa capacité à écarter les défenses adverses, il pourrait en effet offrir de belles lignes de drive pour les arrières prometteurs que sont Cade Cunningham et Killian Hayes.

Publicité

4. Gorgui Dieng ➡️ Atlanta Hawks

L'intérieur NBA des Atlanta Hawks, Gorgui Dieng, ici sous les couleurs des San Antonio Spurs
(crédit : Logan Riely)

Légèrement disparu de la circulation depuis son départ des Wolves, Gorgui Dieng n’en reste pas moins une solution backup de choix pour les Hawks. Derrière un Clint Capela indiscutable dans le starting five des Hawks, le Sénégalais devrait pouvoir parfaitement combler la grave blessure d’Onyeka Okongwu. Son nouveau shoot à 3 points, qui l’a vu tourné à 42.9% derrière l’arc la saison dernière (1.8 tentative par match), ne sera par ailleurs pas de trop, qui plus est au prix de la mid-level exception.

Publicité

3. Rudy Gay ➡️ Utah Jazz

(crédit : Mark Sobhani)

À 35 ans, et malgré des dernières saisons moins impressionnantes que par le passé, Rudy Gay restait l’un des agents libres les plus convoités du marché. Au prix d’une mid-level exception, le Jazz a réussi à mettre la main sur lui, et pourra l’utiliser de bien des façons. À l’aise aux postes 3 et 4, l’ailier pourra même être employé en tant que pivot sur du small-ball, à la manière d’un Nicolas Batum. Sa défense et son adresse à 3 points devraient quoi qu’il en soit faire le bonheur de Utah.

Publicité




2. Otto Porter Jr. ➡️ Golden State Warriors

L'ailier NBA des Chicago Bulls, Otto Porter Jr., mains sur les hanches lors d'un match face aux Portland Trail Blazers
(crédit : Sam Forencich)

Outre le retour ultra-médiatisé d’Andre Iguodala à Golden State, l’arrivée d’Otto Porter Jr. pourrait se révéler tout aussi, voire plus précieuse. À seulement 28 ans, l’ailier a signé un contrat minimum pour rejoindre les Warriors. La faute à des blessures à répétition sur les deux dernières saisons, qui ne font cependant pas oublier son haut niveau lorsque son physique le laisse tranquille. Capable de flamber de loin (40.2% en carrière), et de défendre sur plusieurs positions, l’ancien Bull pourrait devenir LE bon coup de l’intersaison.

Publicité

1. Patty Mills ➡️ Brooklyn Nets

Le meneur NBA des Brooklyn Nets, Patty Mills, ici sous les couleurs des San Antonio Spurs
(crédit : Sam Forencich)

En la personne de Mike James, les Nets ont trouvé un bon meneur backup sur la fin de saison dernière. Néanmoins, en réussissant à enrôler Patty Mills grâce à leur taxpayer mid-level exception, ils ont certainement réalisé un bel upgrade. Encore étincelant durant les JO (23.3 points, 6.3 passes, 39.3% à 3 pts), le shooteur australien devrait offrir des minutes de qualité en sortie de banc, derrière l’intouchable duo Kyrie IrvingJames Harden.



Tous dans leur registre, ces joueurs signés cet été ont tout pour se placer comme des steals de la free agency. À eux de justifier l’investissement réalisé par leur nouvelle franchise, ou de montrer qu’ils méritaient plus !

Feed NBA 24/24