NBA – « Avant qu’il devienne musulman, j’ai essayé de le planter à la mi-temps »

NBA Hakeem Olajuwon
NBA (Youtube)

Les vestiaires NBA sont parfois le théâtre d’altercations et de bagarres violentes, comme lorsque les Wizards de Gilbert Arenas ont failli s’entretuer dans une fusillade… Mais d’autres drames ont été évités de justesse, comme cette tentative d’attaque au couteau à la mi-temps d’une rencontre !

Publicité

Depuis toujours, la NBA a été marquée par des personnalités assez dingues et délirantes. L’exemple le plus marquant reste celui de Dennis Rodman, qui se comportait comme une véritable rockstar lors de son passage chez les Bulls, avec des vacances à Las Vegas pendant la saison régulière, des apparitions dans des grands shows de catch en plein coeur des Finales, des soirées intimes dans la salle d’entrainement… Concrètement, il vivait sur sa propre planète tout en aidant Michael Jordan à bâtir sa légende.

Mais il n’est pas le seul personnage haut en couleur passé par la ligue ces dernières années. On peut aussi penser à Ron Artest, au coeur de la plus grande bagarre de tous les temps lors de son passage à Indiana, auteur du coup de coude le plus malsain aussi, sur James Harden lors des playoffs 2012… Et que dire de Gilbert Arenas, qui a failli provoquer une fusillade dans son propre vestiaire ?

Publicité

L’énorme bagarre entre Cedric Maxwell et Hakeem Olajuwon

D’ailleurs, ce dernier est aujourd’hui un consultant respecté, il anime son propre podcast, et il a reçu l’un des trublions des années 90′, Cedric Maxwell, champion avec les Rockets. « Mad Max » a une nouvelle fois prouvé pourquoi il méritait son surnom, en expliquant pourquoi il avait failli planter Hakeem Olajuwon à la mi-temps d’un match… Visiblement, la foi a fait changer le pivot aux pieds d’or.



Hakeem Olajuwon est une belle personne depuis qu’il est devenu musulman. Avant qu’il se convertisse il était très difficile à gérer. Un jour nous étions à Seattle, et le tunnel pour aller sur le parquet était immense. À la mi-temps j’étais remonté contre moi-même, je devais avoir mis 4 ou 5 points, je crachais de partout par terre, et lui était derrière moi. J’ai commencé à marmonner que mes coéquipiers ne me faisaient jamais la passe, qu’ils devaient me laisser attaquer.

Publicité

Il a commencé à me dire que je devais être professionnel, arrêter de me plaindre… Ce n’est pas ce que je voulais entendre alors je l’ai insulté. Quand il est rentré dans le vestiaire, il est venu devant ma place et m’a mis une énorme gifle. J’étais presque KO. J’ai attrapé ma chaise en me relevant, j’ai cassé une vitre, attrapé un bout de verre et j’étais prêt à le planter. La police a du entrer dans le vestiaire et sortir les pistolets.

Dans les vestiaires NBA tout n’est pas toujours tout rose, il arrive aussi à des coéquipiers d’en venir aux mains, poussés par la frustration d’une rencontre. Ce soir là, Cedric Maxwell a bien failli commettre l’irréparable en tentant de se venger avec un bout de glace tranchant et en blessant sérieusement l’un des meilleurs joueurs de l’époque. Hakeem The Dream n’en a pas l’air, mais il a été un leader autoritaire dans le vestiaire des Rockets.

Publicité

Cedric Maxwell a eu une terrible idée à la mi-temps de cette rencontre entre les Rockets et les Sonics, mais la police s’est interposée. De toute manière, si ce n’était pas les forces de l’ordre, ses coéquipiers auraient protégé le franchise player.

Déclarations Hakeem Olajuwon NBA 24/24

Toute l'actu NBA