Kawhi Leonard désormais parti du côté du Canada et des Raptors, on commence à y voir plus clair concernant la demande des Spurs auprès des franchises.

Dès lors que la demande de trade de Kawhi Leonard est passée dans le domaine public, le téléphone des Spurs a forcément beaucoup sonné. Environ 5 à 10 franchises auraient contacté la franchise texane au sujet de leur ailier. Elles sont cependant peu nombreuses à avoir discuté sérieusement d’un trade.

Parmi elles et c’est tout sauf une surprise : les Philadelphie Sixers. La franchise basée en Pennsylvanie, qui rêve de dominer l’Est maintenant que le King est parti, a mené beaucoup de discussions avec les Spurs pour venir récupérer Kawhi Leonard. Côté Sixers, trois noms étaient intouchables : Ben Simmons, Joel Embiid et un peu plus surprenant : Markelle Fultz.

Surprenant, car certains membres du front office ne seraient pas très patients concernant Fultz qui a connu une première saison en NBA plutôt compliquée. Des problèmes au tir, une blessure à l’épaule et voilà et que les interrogations fusent sur l’ancien meneur des Huskies.

Zach Lowe, journaliste à ESPN, est donc venu donner quelques nouvelles sur le déroulement des négociations entre les deux parties. L’axe principal de l’offre de Philly tourne autour de Robert Covington, Dario Saric et le premier tour de draft de Miami en 2021, non protégé. Une demande qui ne plaisait visiblement pas à San Antonio. On ne sait pas si la franchise texane était intéressée par Markelle Fultz, mais pour qu’un accord intervienne, les Sixers devaient forcément impliquer Ben Simmons ou Joel Embiid dans le trade ! Demande évidemment refusée catégoriquement par Brett Brown et ses dirigeants.

Les Spurs ne voulaient pas spécialement miser sur le futur durant les négociations. Gregg Popovich ne veut pas passer ses dernières années au sein de la ligue à reconstruire. Ainsi dans toutes les négociations, il fallait un joueur majeur en retour afin de rester compétitif. Avec DeMar DeRozan, la demande des Texans a donc été écoutée.

Et pourtant, San Antonio a régressé sa demande ces derniers jours. En effet, plus les jours passaient et plus les négociations étaient compliquées pour les Spurs, il fallait donc en finir. Aller de l’avant comme dirait Gregg Popovich. Ce changement de discours a permis aux Spurs de discuter avec plusieurs nouvelles franchises, mais pas les Sixers, ni les Celtics.

Avec DeRozan, San Antonio rêve toujours de playoffs l’an prochain. Gregg Popovich ne compte pas sortir le tank pour ces dernières années en NBA. Rassurez-vous cependant, le Pop’ n’a pas prévu de raccrocher prochainement.