En difficulté offensivement depuis une semaine, Frank Ntilikina reste très important dans le jeu des Knicks. Si le Français peine en attaque, sa défense change la donne à elle toute seule.

Promu dans le cinq de départ après une pré-saison réussie, Frank Ntilikina connaît des fortunes diverses depuis son début de saison. Sur son mois d’octobre, le jeune français tournait à 8.8 points, 3.6 passes et 2.3 rebonds de moyenne, le tout à plus de 38% au tir. Des statistiques encourageantes pour la suite à l’image de ses 17 points face aux Warriors et ses 16 unités quelques jours après dans le derby de New York. Il avait d’ailleurs reçu les louanges de Stephen Curry.

Mais malheureusement pour lui, la suite est pour l’instant peu glorieuse. Son temps de jeu a baissé de 30 minutes à 20 minutes de moyenne, la faute à un retour sur le banc. Son mois de novembre pour le moment ? 4.4 points, 2.9 passes et 1.4 rebonds de moyenne, à 29% au tir. Emmanuel Mudiay est plus présent et Trey Burke marque des points. David Fizdale, le coach, n’hésite d’ailleurs plus à mettre Frank sur le banc lorsqu’il veut plus de shoots, comme face au Magic.

Abandonner un équilibre défensif pour miser sur l’attaque, voilà le choix effectué par le coach des Knicks. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela n’est pas franchement payant. New York n’a gagné qu’un seul match sur les huit derniers. Pire encore, le visage affiché n’est pas emballant et les Knicks ont pris plusieurs claques, notamment face au Magic, 115-89.

La statistique qui démontre l’importance de Frank dans le jeu ? La voici. Lorsque le Français joue plus de 30 minutes, les Knicks ont un bilan de 3-2. Lorsqu’il joue moins de 30 minutes, les New-yorkais ont un mauvais bilan de 1-10. Un hasard ? Certainement pas.

Hier encore, Ntilikina n’a joué que 8 minutes dans la première mi-temps pour un différentiel de +12 sur le parquet, malgré aucun tir tenté. Pour donner un contre-exemple, Mudiay a joué 12 minutes et il a marqué 9 points. Son différentiel ? – 7. Si notre jeune français connaît des lacunes évidentes en attaque, le tout est largement compensé par une présence défensive indéniable.

Cette séquence face aux Pelicans devrait déjà vous convaincre. Et il s’agit ici que d’un seul échantillon.

Pour autant, et même si Fizdale ne peut pas nier l’apport défensif de Ntilikina, le meneur est puni par son manque d’agressivité. Hier, le Français a passé 22 minutes sur le parquet, pour un seul tir pris et 0 point. C’est bien trop peu pour un joueur qui doit prendre ses marques offensivement.

Il faut toutefois nuancer ces statistiques. Désormais sur le banc, Ntilikina a vu son utilisation être modifiée par son coach. Auparavant, l’ancien de la SIG était souvent associé à des joueurs comme Vonleh, Hardaway, Dotson ou encore Robinson. C’est d’ailleurs avec ces joueurs que le meneur a montré son meilleur jour. Avec eux, Frank a l’occasion de s’exprimer offensivement et peut prendre des tirs. Mais sa confiance a rapidement baissée en sortie de banc.

Depuis son changement de rôle, Ntilikina passe le plus clair de son temps sur les parquets avec un joueur comme Trey Burke, ou encore Allonzo Trier. Deux joueurs doués offensivement, notamment en isolation – après tout Trier est surnommé « Iso Zo », mais aucun des deux n’est un bon créateur, ni bon défenseur. Cela pénalise forcément les autres joueurs, dont Frank.

Banc ou cinq majeur, il est évident que Frank Ntilikina doit apprendre à se montrer plus agressif et surtout prendre confiance en soi. Le peut-il ? Ce sera l’un des gros enjeux pour le Français durant le reste de la saison. David Fizdale l’a déjà rappelé, rien n’est gravé et le Français pourrait rapidement être associé à des joueurs comme Dotson et Robinson dans le cinq. Les récents changements ne paient pas et pourraient paradoxalement profiter au meneur français.

Les opportunités seront encore nombreuses pour le Frenchie, qui attaque ou non, possède déjà une grosse influence sur le jeu des Knicks.

A lire également : Comment Frank Ntilikina a éteint Trae Young