Philadelphie a torpillé Brooklyn cette nuit – 122-100, score flatteur pour les visiteurs, dans un match où les Nets ont totalement implosé. L’occasion pour les Sixers de signer un record.


Brooklyn n’était plus. Après un Game 4 âprement disputé qui les avait vu tomber à 1-3 dans la série, les Nets ont lâché mentalement à Philadelphie. Joel Embiid et ses coéquipiers ont ouvert le match sur un cinglant 14-0, bientôt transformé en 23-3 puis en 30-6 à quelques minutes de la fin du premier quart-temps.

A la mi-temps, Jimmy Butler avait inscrit plus de points (9) que D’Angelo Russell, Jarrett Allen, Jared Dudley, Spencer Dinwiddie et Demare Carroll cumulés (8). Surtout, le score sans appel (60-31) en faveur de Philly constitue un double record de franchise. En effet, jamais les Sixers n’avaient eu une telle avance à la mi-temps d’un match de playoffs au cours de leur riche histoire. A l’inverse, jamais les Nets n’avaient accusé un tel retard.

A lire également : Curry, Thompson et Kerr réagissent à l’affaire Walton

La boucherie a continué dans le 3ème quart-temps, avec un score de 95-59 à quelques secondes de l’entame du dernier acte. A ce moment de la partie, Brett Brown avait déjà mis ses cadres au repos, à l’image d’un Joel Embiid qui n’aura joué que 20 minutes. Le temps d’inscrire 23 points et de prendre 13 rebonds, excusez du peu.

Dans un quatrième quart-temps sans intérêt, les Sixers ont tranquillement laissé leur banc s’amuser un peu. Aucun joueur n’a joué plus de 27 minutes pour les Sixers, une gestion parfaite alors qu’une série autrement plus coriace s’annonce face aux Raptors lors du prochain tour. Les Canadiens ont eux aussi étrillé le Magic (115-96) pour s’adjuger la série 4-1 et poursuivre leur route dans les pas d’un excellent Kawhi Leonard.

Philly a fait le taf après une frayeur lors du Game 1, terminant la série sur une excellente note. Place à la suite, qui s’annonce alléchante.

Mais aussi : La folle anecdote de Jason Terry sur Giannis

Actualités Basket USA Facebook