NBA – Les rookies ciblent les grosses différences avec la NCAA

0

Le traditionnel questionnaire auquel les rookies continue de révéler ses enseignements. Zion Williamson, RJ Barrett et compagnie ont ainsi évoqué la question des plus grosses différences entre la NCAA et la NBA.

Comme chaque été, la NBA organise un grand sondage où les rookies répondent à de nombreuses questions. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les principaux résultats condensés dans cet article.

Autre domaine intéressant, les jeunes pousses de la ligue ont également été amenées à définir les plus gros ajustements qu’ils devront faire entre la NCAA, qu’ils quittent (pour la plupart) et la NBA, qu’ils rejoignent.

Pour 40% d’entre eux, le principal ajustement qu’ils devront faire concernera la vitesse ainsi que le rythme du jeu. Ce critère devance trois autres éléments :

  • Les caractéristiques physique (athlétisme, taille et force de l’adversaire) : 21%
  • Les horaires et la durée de la saison : 21%
  • Le mode de vie et la gestion du temps : 12%.

Lire aussi | Steph Curry complètement snobé par les rookies

Les nouveaux arrivants jugent donc la vitesse de jeu comme étant la différence principale avec la NCAA. Mais les rookies ne sont pas les seuls à le penser, c’est aussi le cas de Ken Pomeroy, qui administre un site de statistiques sur la ligue universitaire.

Selon lui, le rythme de jeu moyen en NCAA était de 69 possessions par équipe pour 40 minutes par match la saison dernière. Si l’on ramène à 48 minutes, les joueurs universitaires auraient disputé environ 83 possessions. A titre de comparaison, ce nombre s’élève à 100.7 sur la saison NBA, soit une différence d’environ 18.

Gagne un voyage à New York sur l'appli Parlons Basket

Cette différence n’est en aucun cas surprenante. Depuis quelques années, les franchises NBA ont décidé d’adopter un style de jeu plus dynamique avec notamment des tirs à trois-points pris rapidement sur les possessions. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les Pelicans souhaitent jouer avec le rythme le plus important de l’histoire.

Si les rookies souhaitent ainsi réussir dans la grande ligue, ils vont devoir s’adapter à ce rythme de jeu et imiter notamment Luka Doncic, dont l’intégration a été rapide et efficace la saison dernière.

Les rookies semblent lucides sur la principale différence entre la ligue universitaire et la NBA. A eux de travailler pour que cet ajustement ne leur pose pas trop de problèmes la saison prochaine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.