NBA – 10 chiffres qui comptent pour les Lakers

0

Premiers de la conférence Ouest à l’aube du All-Star Weekend, les Lakers font clairement partie des favoris au titre. À l’occasion de ce break, voici 10 chiffres qui illustrent la bonne santé des Angelinos.

Publicité

La pause du All-Star Weekend est souvent utilisée comme un révélateur des forces en présence en NBA, et permet de tirer des premiers bilans fournis de la saison de chacun. En tête de la conférence Ouest avec une confortable avance, les Lakers font partie des franchises pour lesquelles il est facile d’avancer qu’elles réalisent un exercice de qualité. Toujours pas convaincu par le niveau de LeBron James et ses coéquipiers ? Voilà 10 chiffres, proposé par The Athletic, qui devraient vous faire changer d’avis.

51 – Le nombre de matchs disputés par LeBron James

À l’heure où plusieurs équipes et stars prennent un maximum de précautions pour s’assurer qu’elles ne contractent pas de graves blessures avant les playoffs, LeBron James fait exception. À 35 ans, et après une saison ternie par quelques problèmes physiques, des doutes avaient fait surface quant à sa capacité à continuer d’évoluer au niveau auquel il nous a habitué depuis son arrivée dans la ligue. Résultat : le King n’a manqué que deux rencontres depuis octobre, et semble dans la meilleure forme de sa carrière. Il porte les Lakers avec Anthony Davis, et semble plus que jamais déterminé à ramener les Pourpre et Or aux sommets de la NBA.

84 – Le pourcentage au tir de Dwight Howard dans la raquette

Oui, Dwight Howard présente bien un pourcentage de 60% au tir sur ses 5 tentatives à 3 points, soit le meilleur de sa carrière. Ce n’est simplement pas ce qui va permettre à L.A. de remporter des matchs et ce qu’attend forcément Frank Vogel de son pivot. Là où Superman impressionne cette saison, c’est par son adresse dans la raquette. Il tourne en effet à 84% dans cette zone, où il prend l’immense majorité de ses tirs (192 sur 229). Grâce à sa bonne utilisation et sélection de tirs, l’ancien du Magic constitue un apport conséquent en sortie de banc, au même titre que JaVale McGee. La rotation d’Anthony Davis ne fait donc en aucun cas partie des problèmes du coaching staff.

4 et 5 – Le nombre de matchs d’avance par rapport à leurs premiers poursuivants, les Nuggets, et de défaites en moins

En cas de défaite au Pepsi Center, dans la nuit de mercredi à jeudi, les Lakers auraient vu leur adversaire du soir revenir à seulement deux matchs au classement de la conférence Ouest. Aujourd’hui, les Nuggets pointent quatre rencontres derrière eux, avec 5 défaites de plus (12 contre 17). Deux victoires dans le Colorado et le tiebreaker en poche, les Angelinos peuvent donc voir venir du haut de leur première place. La défaite des Clippers face à Boston, la nuit dernière, a quant à elle éloigné un autre rival. Avec moins de 30 matchs restants dans la saison, Frank Vogel et ses hommes peuvent donc raisonnablement se placer comme les favoris pour finir en tête à l’Ouest.

17 – Le nombre de victoires consécutives à l’extérieur face à des adversaires de la conférence Ouest

Depuis plusieurs années, la conférence Ouest est unanimement reconnue comme la plus relevée en NBA. Cette saison ne fait pas exception, avec des franchises surprenantes qui viennent se joindre aux places fortes dans la lutte pour les playoffs. Dans ce contexte, il est forcément difficile de cumuler les victoires en territoire ennemi pour les équipes de l’Ouest. Pas pour le Lakers. Ces derniers sont ainsi sur une série de 17 succès consécutifs acquis loin de leur base à l’Ouest, ce qui témoigne de leur capacité à répondre aux défis imposés par de coriaces adversaires. Leur bilan sur les rencontres en back-to-back est également presque parfait, avec une seule défaite enregistrée face à Portland le 31 janvier dernier. Celle-ci intervenait cependant dans un contexte particulier, puisque ce match constituait leur premier disputé après la mort de Kobe Bryant.

Lire aussi | LeBron proche de rejoindre Steve Nash dans l’histoire

0 – Le nombre de rumeurs concernant une éventuelle mise en danger du poste de Frank Vogel

Si ce chiffre peut paraitre des plus logiques au vu du classement et du bilan des Lakers à l’heure actuelle, il se veut très significatif une fois replacé dans le contexte de l’arrivée de Frank Vogel. Après plusieurs jours d’incertitude, l’ancien coach d’Indiana avait été nommé aux côtés notamment de Jason Kidd. Des bruits faisaient alors état de la volonté de ce dernier de récupérer à terme la place d’entraîneur numéro 1. Un tel climat aurait pu négativement influencer la collaboration des deux hommes ; le résultat est tout autre. Le coaching staff travaille main dans la main, et Jason Kidd se fait des plus discrets dans les médias. Cette bonne entente rejaillit forcément sur les performances de l’équipe.

7.2 – Leur net rating à ce stade de la saison

Très employé pour symboliser le niveau de performance d’une équipe, le net rating mesure la différence de points marqués et encaissés par une équipe sur 100 possessions. Dans la NBA toute entière, les Lakers présentent ainsi la deuxième meilleure marque dans ce classement, simplement devancés par les Bucks. Ce chiffre constitue un bel indicateur qui confirme le classement global de la franchise dans la ligue, et qui témoigne de la marge qu’elle possède sur les autres équipes.

Publicité

22.5 – Le net rating du duo LeBron James-Alex Caruso

Dans la nuit de mercredi à jeudi, et après la belle copié délivrée par son joueur quelques minutes plus tôt, Frank Vogel désignait Alex Caruso comme son « arme secrète ». Le meneur des Lakers réalise un excellent exercice en sortie de banc, et figure régulièrement parmi les meilleurs de son équipe au +/-. Lorsqu’il évolue avec LeBron James, les Lakers semblent tout simplement inarrêtables. Leur net rating passe ainsi à 22.5, preuve de l’impact de ces deux joueurs sur les performances de l’équipe.

32 et 72.2 – Le pourcentage de tirs tentés à moins d’un mètre du cercle, et l’adresse sur ces tentatives

Dans une ligue où le tir à 3 points prend une importance de plus en plus considérable, les Lakers établissent leur domination dans la raquette. Bien sûr, ils peuvent compter sur le rendement de certains shooteurs de loin comme Danny Green, Avery Bradley et Kentavious Caldwell-Pope. Solides treizièmes au classement de l’adresse à 3 points (36.3%), Frank Vogel et ses hommes bénéficient cependant plus des qualités de pénétration et de finition près du cercle des LeBron, AD, Howard ou encore McGee. Une domination sous les panneaux qui leur permet d’être moins dépendants de leur adresse, et de prendre un avantage certain sur les autres équipes en vue des playoffs.

Voilà de quoi booster la confiance des fans des Lakers à l’approche de la fin de saison, et de sérieusement les considérer comme des favoris au titre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.