Publicité

NBA – Le joueur le plus sous-côté dans le titre des Lakers en 2010

NBA - Les 3 joueurs les plus sous-côtés dans le back-to-back des Lakers en 2009/2010
Christian Petersen

Derniers sacres des Lakers en date, les titres de 2009 et 2010 portent principalement la signature de Kobe Bryant, et dans une moindre mesure celle de Pau Gasol. Mais Derek Fisher, le meneur titulaire du poster de l’époque, nomme aussi le role player le plus important dans ce back-to-back.

Publicité

Aussi nombreux puissent-être les trophées Larry O’Brien dans le palmarès des Lakers, les deux titres acquis en 2009 et 2010 conservent une saveur bien particulière chez les fans. Ils restent certes les derniers en date conquis par l’équipe, mais l’histoire qui entourait ces deux épopées reste gravée dans les mémoires.

Un homme symbolise ainsi ces deux ultimes coups d’éclat, qui ont un peu plus complété sa légende dans la ligue : Kobe Bryant. Ayant acquis ses trois première bagues en duo de luxe avec Shaquille O’Neal, le Mamba se devait de prouver qu’il était capable d’aller au bout des playoffs sans lui. Et comme il ne savait pas faire les choses à moitié, il y est parvenu… à deux reprises consécutives.

Publicité

Certes principal instigateur de ces sacres, il a néanmoins pu compter sur l’aide non moins précieuse de Pau Gasol, transféré à Los Angeles pour épauler Kobe dans de telles échéances. L’intérieur espagnol s’était ainsi montré capital dans le Game 7 des Finales 2010, avec une prestation exceptionnelle au Staples Center (19 points, 18 rebonds).

Mais vous le savez mieux que quiconque, deux joueurs ne peuvent pas suffire à une équipe pour aller chercher ne serait-ce qu’une bague de champions. Derek Fisher, le meneur mythique des Lakers dans les années 2000, est bien placé pour le savoir. Membre de l’effectif lors du back-to-back, ce dernier a nommé pour ClutchPoints trois joueurs sous-côtés lors de ces deux saisons.

Lire aussi | Pourquoi Shaquille O’Neal était un gros fainéant, selon Kobe Bryant

Publicité

Si l’on parle de l’équipe de 2008-09, je dirais Lamar Odom et Trevor Ariza. Et pour l’équipe de 2009-10, je dirais Ron Artest. Tout le monde se souvient de ce qu’il a fait lors des Finales face à Boston, lorsqu’il a inscrit ce tir à 3-points important pour nous donner un coup de boost dans le dernier match.

Bien que la composition de l’effectif n’ait pas été grandement modifiée durant l’intersaison entre les deux sacres, Derek Fisher confesse que l’apport de Ron Artest (signé à l’été 2009) a été un ajout non-négligeable. Ses efforts pour s’intégrer rapidement à une équipe championne ont d’autant plus été salués par l’ancien meneur.

Publicité




Cela nous a demandé du temps pour que l’on adhère à la personnalité de Ron et à la manière dont il percevait le jeu. On le respectait tous énormément, mais il s’agissait de trouver comment intégrer cette nouvelle dose d’énergie. Il était très différent de Kobe, moi et les vétérans que l’on avait déjà. Il voulait s’intégrer, et je pense donc qu’il n’a pas reçu assez de crédit pour y être parvenu dans un groupe déjà très costaud, construit avant qu’il n’arrive.

Le processus leur ayant permis de terminer champion n’a donc pas été simple, mais les Lakers peuvent aujourd’hui savourer ces deux bagues obtenues à la fin des années 2010. Les joueurs de l’ombre, eux, peuvent également se satisfaire d’avoir gardé une place dans le cœur de Derek Fisher.

Publicité

Derek Fisher le rappelle on ne peut mieux : la force des Lakers du back-to-back en 2010 ne résidait pas simplement dans le duo Bryant-Gasol, mais aussi dans un groupe de vétérans et de joueurs de devoir soudés.

Feed NBA 24/24