NBA – 5 stars snobées de la Dream Team 1992 (en plus d’Isiah Thomas)

(DR)

Si Isiah Thomas reste aujourd’hui comme labsent majeurde la Dream Team 1992, d’autres grandes stars ont pu déplorer un traitement similaire. Voici donc 5 joueurs qui auraient largement pu prétendre à une place dans l’effectif de légende de Team USA cet été-là.

Publicité

L’heure n’est pas à remettre en cause la présence de l’immense majorité de la Dream Team. Néanmoins, la sélection de Christian Laettner, qui n’avait alors pas encore posé un seul pied sur un parquet NBA, peut légitimement pousser certaines anciennes gloires à nourrir des regrets. Isiah Thomas, dont nous avions expliqué certaines raisons de sa non-sélection dans cet article, compose cette caste d’excellence aux côtés des 5 joueurs suivants.

Dennis Rodman

Dennis Rodman réalise un match incroyable et se met à pleurer sur le terrain
(crédit : DR)

À l’été 1992, Dennis Rodman sort tout juste d’un exercice 1991-92 avec 18.7 rebonds de moyenne, soit la meilleure marque de la ligue. Il reste qui plus est sur deux titres obtenus avec les Bad Boys en 1989 et 1990, tout en ayant été élu Défenseur de l’Année en 1990 et 1991. Un CV qui pouvait largement légitimer une place dans le roster mythique.

Publicité

Shaquille O’Neal

(crédit : DR)

Quitte à offrir une expérience inoubliable à un jeune big man prometteur de NCAA, Chuck Daly aurait décemment pu privilégier Shaquille O’Neal à Christian Laettner. Car s’il n’avait alors achevé que sa troisième année à LSU, contrairement à Laettner qui terminait son cursus à Duke, il présentait déjà un potentiel hors norme. Celui-ci lui a ainsi valu la première place de la Draft ce même été.

Publicité

Larry Johnson

(crédit : DR)

Autre jeune talent de cette époque, Larry Johnson venait d’être fraichement élu Rookie de l’Année pour sa prometteuse première saison aux Hornets (19.2 points, 11.0 rebonds, 3.6 passes). L’intérieur avait pleinement assumé son statut de numéro 1 de la Draft 1991, et aurait très bien pu être le jeune heureux élu de la bande.

Publicité

Reggie Miller

(crédit : Al Behrman)

Si l’on devait trouver l’un des rares aspects du jeu où la Dream Team pouvait déplorer un manque, ce serait certainement le tir à 3 points. Pour régler ce problème, il suffisait d’ajouter Reggie Miller à la sélection. L’arrière des Pacers n’aurait certainement pas fait tâche aux côtés d’un autre artilleur de renom comme pouvait l’être Chris Mullin.

Publicité

Tim Hardaway

(crédit : DR)

Avec Magic Johnson et John Stockton dans ses rangs, Team USA possédait de solides arguments au poste de meneur. Imaginez simplement le tableau, avec la star du Jazz, quintuple meilleur passeur de la ligue en titre, en sortie de banc. Mais si Chuck Daly avait voulu faire des folies en emmenant un autre « petit » dans ses valises, Tim Hardaway et ses 23.4 points, 10.0 passes et 2.0 interceptions sur la saison écoulée apparaissait comme le candidat idoine.

Lire aussi : Les stars qui n’ont jamais joué pour Team USA

Cinq noms de choix, et autant de candidats lésés à une place dans la célèbre Dream Team de 1992 aux côtés d’Isiah Thomas. Bon, on ne va pas se mentir pour autant, aucun d’entre eux n’a réellement manqué à Jordan et ses coéquipiers dans leur conquête du titre olympique.

Les dernières actualités