NBA – La moyenne en carrière des superstars et légendes… sans les lancers francs

0

Domaine à part entière du jeu, les lancers francs permettent demandent à la fois un temps d’entrainement conséquent pour être maitrisés, mais se révèlent également très utiles pour gonfler ses stats. Certaines stars, James Harden en particulier, sont parfois critiquées pour cela. Mais que donneraient les moyennes de certains des plus grands joueurs de l’histoire sans les lancers ?

Publicité

Pour entrer dans la catégorie des meilleurs attaquants de l’histoire de la NBA, vous devez maitriser de façon quasi-indispensable l’art du lancer franc. En tant que première arme offensive de votre équipe, il peut paraitre simple pour vos adversaires de limiter votre force de frappe en vous envoyant sur la ligne si vous n’y êtes pas à l’aise.

Il existe bien évidemment des exceptions à cette règle, la plus célèbre n’étant autre que Shaquille O’Neal. Néanmoins, la plupart des meilleurs scoreurs all-time étaient plus proches des 80%, voire des 90% de réussite aux lancers que de la barre des 50%, comme c’était le cas pour le Big Aristotle.

Certains reposent même grandement leur production offensive sur cet exercice si spécifique. Ces dernières saisons, c’est James Harden qui s’est placé comme l’expert en la matière dans la ligue. Cela fait désormais 6 saisons consécutives que le Barbu affiche plus de 10 tentatives par match, et qu’il en inscrit au moins 8.

Avant lui, des attaquants hors-pair comme Michael Jordan ou Kobe Bryant affichaient des moyennes similaires durant leur prime. La performance n’a donc rien d’inédit, et vaut pourtant à Harden son lot de critiques. Dans ce contexte, un internaute s’est intéressé aux moyennes de scoring en carrière des stars actuelles et légendes de la ligue… sans compter les points inscrits sur lancers francs.

Lire aussi | L’étonnant top 10 des meilleurs scoreurs cette saison… si les 3 points ne comptaient pas

Comme il le mentionne dans son tweet, cette liste n’a rien d’un classement all-time, et contient juste les statistiques de joueurs de son choix sélectionnés aléatoirement. Malgré cela, certaines conclusions peuvent être tirées de ces chiffres.

Publicité

Pas besoin d’aller bien loin pour la première d’entre elles, puisqu’il suffit de regarder la performance de Jordan, et l’écart qui le sépare de son premier poursuivant. Titulaire de la meilleur moyenne de points en carrière dans l’histoire, l’icône des Bulls devance logiquement la concurrence actuelle. Néanmoins, Wilt Chamberlain, qui ne figure pas dans la liste, fait mieux avec 24.3 points de moyenne sans les lancers.

Deuxième enseignement à tirer : Jerry West était un sacré scoreur. Le Logo évoluait en effet dans une ligue où la ligne à 3 points n’existait pas, et devance pourtant bon nombre de spécialistes offensifs contemporains. Le même constat peut être appliqué pour d’autres stars de son époque, comme Elgin Baylor (20.6 points), Bob Pettit (18.6 points) ou Oscar Robertson (18.3 points).

Enfin, on peut mentionner le joli total qu’affiche Stephen Curry, malgré ses maigres 3.7 lancers francs inscrits par match en carrière. Une donnée à relativiser compte tenu de l’importance du tir à 3 points dans son jeu, qui gonfle forcément ses chiffres par rapport à un Jerry West.

Si toutes ses statistiques sont intéressantes à observer, elles ne doivent pas pour autant donner l’illusion que les points inscrits sur lancers francs sont à minimiser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.