NBA – Parfum de crise aux Pelicans, ça devrait bouger

Brandon Ingram et Zion Williamson
Derrick Hingle

Éliminés prématurément de la course aux playoffs, les Pelicans ont vécu une fin de saison très décevante dans la bulle. Les derniers matchs inquiètent notamment sur le futur de la franchise, de son coach Alvin Gentry, et de sa star Zion Williamson.

Publicité

Les Pelicans sont arrivés dans la bulle avec beaucoup d’espoir et d’attentes. Ils repartent avec beaucoup de déceptions et de questions. L’expérience « Walt Disney World » ne restera pas dans les annales pour New Orleans : la hype était encore présente à l’annonce de la reprise, mais elle a vite disparu…

Bilan après 6 matchs : 2 victoires pour 4 défaites. Et ces 4 défaites n’ont rien d’encourageant. La première face au Jazz n’aurait pas dû se produire. Les Pels ont maîtrisé leur sujet du 2ème jusqu’au milieu du 4ème quart-temps avant de laisser Utah revenir. Pour les 3 autres, des blowouts durant lesquels NOLA n’a montré aucune envie et a enregistré à chaque fois un déficit de 19 points de retard pendant la rencontre (jusqu’à 42 contre les Clippers !).

Publicité

La dernière contre San Antonio était celle de trop. Zion Williamson n’a pas du tout apprécié et il l’a fait savoir. Pour Alvin Gentry, le coach des Pels, ce qui s’est passé est invraisemblable :

Il n’y a pas d’explication. Nous en avons parlé, c’était (comme) un Game 7 pour nous. Nous devions l’aborder comme si c’était un Game 7. Nous avons pris du retard très tôt. Défensivement, nous n’y étions pas au début. Je n’ai pas d’explication à cela. J’aimerais en avoir une.

Publicité

Si changements il y a à l’avenir, c’est bien le tacticien qui pourrait (devrait ?) en faire les frais le premier. Alvin Gentry, arrivé en Louisiane en 2015, était sur la sellette et l’expérience ratée de la bulle n’a pas arrangé sa position. 2 noms sont déjà sur les rangs pour le remplacer.

Le coach a pourtant réussi à développer des jeunes et insuffler un nouveau souffle à la franchise. Lonzo Ball, malgré son naufrage dans la bulle, n’est plus le même qu’aux Lakers et Brandon Ingram est devenu All-Star et un potentiel MIP.

Lire aussi | Le départ violent réservé aux équipes éliminées de la bulle

David Griffin, le vice-président des opérations basket, aura fort à faire dans les semaines à venir. Il a deux poids très lourds qui vont peser sur ses épaules : l’avenir de la franchise et celui de sa star Zion Williamson. Pour son année rookie, le joueur laisse planer l’incertitude sur la gestion de son temps de jeu et sur sa santé.

Publicité

Malgré ses capacités hors du commun, qu’il a montrées sur les parquets, il n’a que très peu joué par rapport à la hype qui le suit depuis son arrivée (seulement 24 matchs disputés jusqu’au 10 août). Après plusieurs mois d’interruption, on s’attendait à voir le Golgoth débarquer en forme étincelante. Raté, avec quelques hauts, quelques bas, et encore et toujours beaucoup de questions sur sa forme physique.

Contrairement à ce qui était attendu, la reprise de la NBA n’aura donc pas fait du bien aux Pelicans, apathiques et hors du coup. Bien au contraire, elle aura alimenté le doute et les interrogations. Will Guillory de The Athletic, a d’ailleurs une métaphore toute trouvée pour résumer l’expérience des Pelicans :

Publicité

Si la bulle avait été présentée comme dans l’émission de télé-réalité « Survivor » (l’équivalent de « Koh-Lanta » aux US, ndlr), New Orleans aurait tenté de se faire éliminer de l’île dès le premier épisode.

La hype New Orleans et Zion Williamson est toujours là, mais cette première saison se finit en queue de poisson. La prochaine sera à suivre avec beaucoup d’attention pour voir l’évolution de ce projet pourtant si prometteur… probablement avec un nouveau coach aux manettes et de nouveaux joueurs dans le roster.

NBA 24/24 New Orleans Pelicans Zion Williamson

Publicité

Dernières actualités