NBA – Le Laker qui surclasse la ligue sur les 2 derniers playoffs

qu'attendre de la deadline des lakers ?
Sliver Screen & roll (DR)

L’effectif des Lakers est sans doute l’un des plus fournis parmi les rosters encore présents dans la bulle. Pour preuve, l’un des role player angelino domine ainsi largement le reste de la ligue dans une statistique de marque sur les deux dernières postseasons.

Publicité

Dès l’arrivée de LeBron James dans la franchise, durant l’été 2018, le projet des Lakers s’est centré autour d’un objectif bien précis : aller chercher un titre le plus tôt possible. Le King aborde petit à petit les dernières années de sa carrière, et n’a donc plus de temps à perdre pour garnir son palmarès déjà bien rempli.

Suite à une première année aux allures d’échec dans la Cité des Anges – il n’avait plus manqué les playoffs depuis 2005, LeBron et ses dirigeants se sont assurés d’étoffer l’effectif qui l’entourait. Exit le young core porté vers l’avenir qui faisait la fierté de la Laker Nation ; c’est avec des joueurs d’expérience que Rob Pelinka a répondu aux attentes de son leader.

Publicité

Outre la signature flashy d’Anthony Davis, ce sont ainsi des vieux grognards en quête de bagues comme Avery Bradley, Danny Green, Dwight Howard ou Jared Dudley qui ont embarqué sur le navire angelino. Les résultats n’ont pas tardé à se révéler positifs, avec un bilan probant acquis durant la saison régulière (52 victoires, 19 défaites).

Toutes ces recrues n’ont pas forcément vécu une 1ère année identique sous leurs nouvelles couleurs. Pendant que Bradley et Howard renaissaient de leurs cendres, Green décevait quelque peu. Au sortir d’un titre récolté avec les Raptors, le sniper s’est montré plus en délicatesse dans son exercice de prédilection (36.7% à 3 points).

Publicité

Cette maladresse de loin s’est d’ailleurs poursuivie dans la bulle d’Orlando, et lui a valu quelques critiques qu’il n’a pas forcément goûtées au début des playoffs. Malgré cela, l’arrière de 33 ans se montre toujours aussi impactant pour son équipe de par sa présence sur le parquet, comme l’illustre une stat de domination portant sur les deux dernières postseasons.



Publicité

Les équipes de Danny Green ont inscrit 217 points de plus que leurs adversaires lorsqu’il se trouvait sur le parquet sur les 2 derniers playoffs. Ce +/- de +217 est le plus élevé parmi tous les joueurs de toutes les équipes sur cette période.

Suite au Game 2 face aux Nuggets, remporté dans la nuit de dimanche à lundi par les Purple & Gold, ce total s’élève même désormais à +218. Un tel chiffre est évidemment plus facile à obtenir lorsqu’un joueur fait partie d’une ou d’équipes qui tournent bien, ce qui était le cas de Toronto l’an passé, et des Lakers cette saison.

Publicité

Néanmoins, avec un +/- de +118 sur ces phases finales, Green surpasse par exemple LeBron James (+107), et n’est devancé que par Anthony Davis (+131) dans le roster de L.A. De quoi prouver que, malgré ses difficultés au tir (36.5%, 36.4% à 3 points), le spacing et la science défensive qu’il apporte se révèlent ultra-bénéfiques pour sa franchise.

Habitué au succès suite à ses passages aux Spurs et aux Raptors, Danny Green sait comment se montrer utile à ses équipes, même en panne d’adresse. Un travail de l’ombre dont Frank Vogel doit se réjouir.

Danny Green Los Angeles Lakers NBA 24/24 Stats, records

Les dernières actualités