Publicité

NBA – Des sources révèlent pourquoi tout le monde fuit les Rockets

était d'urgence à houston
Karen Warren

L’herbe ne semble plus si verte du côté de Houston, si l’on s’appuie sur les différentes rumeurs de départ qui se multiplient dernièrement. The Athletic a mené son enquête, et a déniché plusieurs raisons qui justifient cet exode massif.

Publicité

Compte tenu de leur nouveau parcours mitigé en playoffs, l’intersaison des Rockets promettait d’être mouvementée. C’est notamment la gestion du backcourt de stars, composé par James Harden et Russell Westbrook, qui faisait l’objet de la plus grande attention des observateurs. Sa production médiocre ne laissait en effet pas présager d’un avenir commun.

La tendance s’est finalement confirmée ce mercredi soir, avec la Shams Bomb rapportant la volonté de départ de Russ West. Et celle-ci ne sera visiblement pas un cas isolé, puisque d’autres éléments importants de la rotation de Houston semblent prêts à tirer une croix sur leur avenir dans la franchise texane.

Publicité

On pense notamment à Austin Rivers, qui a laissé entendre qu’il pourrait être en partance dans les semaines à venir, mais encore à Eric Gordon, ou même P.J. Tucker. Mais comment expliquer ces fuites de talent en cascade ? La rédaction de The Athletic s’est penchée sur le sujet, et a avancé une première piste d’explication.

D’anciens joueurs de la franchise ont décrit la culture de Houston comme problématique, mettant en avant une situation qui favorise bien trop les stars. Un exemple cité est le cas de Trevor Ariza, qui a quitté l’équipe en 2018 à la recherche de plus d’argent, mais aussi de plus de respect. Les Rockets ont essayé de le faire revenir dans le rang, mais Ariza, d’après des sources, attendait des excuses qu’il n’a jamais reçues.

Publicité

Un cas de figure que l’on pourrait rapprocher de celui de Tucker, qui a laissé filtrer sans détour toute sa frustration quant à sa situation contractuelle. Les dirigeants auraient ainsi tendance à se focaliser avant tout sur le bien-être de leurs têtes d’affiche, délaissant dans le même temps celui de leurs role players.



Si cette hypothèse peut bien évidemment s’entendre, elle ne s’appliquerait pas à Russell Westbrook, qui, malgré son statut de superstar, a visiblement décidé d’aller voir ailleurs. Dès lors, Shams Charania, Kelly Iko et Sam Amick ont poussé leur investigation un peu plus loin, et ont rapporté d’autres problèmes qui hantent le vestiaire de H-Town.

Publicité




D’anciens coéquipiers ont également questionné le choix de laisser certains joueurs comme Clint Capela ou Chris Paul partir via des trades. Il y a aussi eu des plaintes à propos du style de jeu de l’équipe, aussi bien de la part d’anciens membres de l’effectif, que de joueurs toujours présents, selon des sources.

On peut davantage imaginer que le Brodie ait pu râler sur le projet axé autour du tir à 3 points des Rockets, dans lequel il n’aura finalement jamais véritablement su s’inscrire. Il est vrai que celui-ci a démontré ses limites sur le long terme, ces dernières ayant atteint leur paroxysme à l’occasion d’un match bien particulier.

Publicité

Le Game 7 des finales de conférence Ouest 2018, lors duquel l’équipe avait manqué 27 tirs à 3 points de suite, n’avait pas effectué d’ajustements et n’avait pas adopté d’autre stratégie offensive, a été l’exemple cité dans la plupart de ces plaintes, d’après des sources.

L’ambiance règne dans la franchise de Houston, qui voit petit à petit ses joueurs faire planer le suspense autour de leur présence dans le roster la saison prochaine. Un gros ménage d’automne s’annonce.

Feed NBA 24/24