Publicité

NBA – La vraie raison pour laquelle JaVale McGee a été envoyé aux Cavs

Javale McGee visite surprise anti-drogue
Los Angeles Times (DR)

Quelques heures après avoir accepté sa player option, JaVale McGee a appris son départ pour Cleveland. Un transfert soudain, qui se justifie malgré tout pour les deux équipes impliquées.

Publicité

On ne sait pas si Rob Pelinka s’en sortait bien en maths durant son cursus scolaire, mais il résout pour l’instant à merveille l’équation complexe de l’intersaison des Lakers. Avec une exigence de résultats toujours bien présente, des cadres du vestiaire sur le départ, et une flexibilité économique qui se réduisait, l’exécutif avait fort à faire.

Pour l’heure, c’est pourtant un véritable sans faute qu’il signe, certains allant même jusqu’à qualifier sa gestion de la free agency comme la meilleure de la ligue. Nombreux ont ainsi été les membres de l’effectif champion en titre à quitter Los Angeles, sans pour autant que cela ne réduise particulièrement sur les chances de titre des Angelinos.

Publicité

Plusieurs ont décidé de s’éloigner de la Cité des Anges de leur propre chef, à l’image de Rajon Rondo, Avery Bradley ou encore Dwight Howard. JaVale McGee, lui, aurait peut-être souhaité poursuivre sa route dans la franchise, mais s’est vu tradé à Cleveland après avoir accepté sa player option. Un échange que Chris Manning justifie dans le podcast Locked On Cavs.

Les Cavs ont récupéré JaVale McGee des Lakers en échange d’un pick du second tour et en envoyant Alfonzo McKinnie et Jordan Bell. En réalité, l’élément majeur de ce deal pour les Cavs n’est pas McGee. Je pense qu’il peut être une menace décente sur alley-oop en sortie de banc. Mais récupérer son salaire pour que les Lakers puissent signer Marc Gasol leur a surtout permis d’obtenir un futur pick du second tour.

Publicité

Déterminés à recruter Gasol, les Purple & Gold avaient néanmoins besoin de libérer de l’espace dans leur cap pour y parvenir, comme le révèlent les détails du bail paraphé par le pivot espagnol. Avec un salaire garanti de 4.2 millions sur l’année à venir, McGee faisait donc office de pièce idoine à sacrifier.



Les dirigeants de L.A. se sont donc mis en quête d’une équipe capable d’encaisser son contrat, tout en envoyant en retour des assets de moindre valeur financière. Des discussions ont notamment été menées avec les Knicks, avant que les Cavaliers ne se montrent coopératifs. Pour Manning, c’est avant tout le choix de Draft qui a convaincus ces derniers de valider le deal.

Publicité

C’est une bonne chose selon moi parce que ce pick pourrait intervenir durant la période où LeBron pourrait être sur la fin. Peut-être qu’il est immortel et qu’il sera toujours excellent – qui sait – mais c’est certainement le timing où il pourrait décliner et où vous pourriez récupérer un pick du second tour haut placé.

Vous pourriez tenter un coup en sélectionnant un gars que vous appréciez, et en le gardant ou en l’utilisant dans un trade. Vous récupérez ce pick, vous récupérez un pivot vétéran dont le contrat ne compromet pas les finances des Cavs pour le futur, et vous restez sous la luxury tax. C’est comme si vous aviez récupéré un pick gratuit !

Publicité

Malgré la perte conjuguée de deux membres intéressants de la rotation avec McKinnie et Bell, les Cavs ont en effet fait le plein d’expérience, tout en assurant leur avenir avec un pick. Une stratégie digne du processus de rebuilding dans laquelle la franchise est engagée, et qui portera certainement ses fruits à terme.

Le deal conclu entre Lakers et Cavaliers autour de JaVale McGee parait donc gagnant-gagnant. C’est finalement le pivot de 32 ans qui subit le plus le contrecoup de cet échange.

En direct : toute l'actu NBA