Il y a une semaine, LaMelo Ball provoquait une bagarre après avoir frappé un adversaire. Pour les retardataires, vous pouvez revoir ça en cliquant-ici. Quelques jours ont passé, et les différents partis ont réagi… et LaVar Ball aussi.

LaMelo Ball n’était pas fier de lui après avoir provoqué une bagarre face à l’équipe lituanienne de l’Alytus Dzujika lors de la tournée internationale de JBA, ligue de son papa. Son attitude a évidemment donné une mauvaise image de l’organisation et de sa famille, et le joueur de 17 ans en est bien conscient :

« Je m’en veux par rapport à ce qu’il s’est passé sur le court. J’ai réagi dans le feu de l’action, et j’ai laissé tomber mon équipe. Je ne suis pas parfait et j’assume la responsabilité de mes actions. Je m’excuse envers tous ceux que j’ai offensés. C’est une bonne leçon sur comment rester concentré quand les adversaires essaient de te sortir de ton match »

LaVar Ball a également réagi, et lui aussi a joué la carte de l’apaisement et de la modestie après les évènements :

« Nous devons comprendre que dans ce JBA World Tour nous sommes des invités, et nous devons respecter nos hôtes. Je ne vais pas analyser cette situation. Les joueurs doivent rester calmes, contrôler leurs émotions et se battre en jouant un basketball compétitif sur le parquet, c’est tout. Je veux remercier l’Alytus pour cette belle partie et leur excellent accueil »

Même son de cloche du côté du coach de l’équipe lituanienne Tomas Pacesas, qui a expliqué que ses joueurs avaient eux aussi manqué de respect :

« C’était un match intense, et les jeunes joueurs n’ont pas eu pas le self-control requis. Il n’y a pas d’excuse pour ce comportement, évidemment, mais nous aussi, en tant qu’hôtes, avons manqué de culture. Les invités doivent être accueillis avec le respect qui convient. Je suis surtout content que mes joueurs aient eu l’opportunité de se mesurer à ces talents américains. Je pense que le public a apprécié la partie et l’atmosphère. Nous ne devrions plus parler de ce regrettable moment »

Tout est bien qui finit bien, donc. Une bonne leçon pour LaMelo, qui doit désormais mûrir et prendre du plomb dans la tête pour passer au niveau supérieur.

À découvrir également : La bagarre, un art perdu en NBA

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef Parlons Basket & Parlons NBA. Chez RMC de temps à autres. Le sang-froid de Larry Bird, le mental d'Olivier Giroud.