Larges vainqueurs de Brooklyn cette nuit pour ramener la série à un partout (145-123), les Sixers ont inscrit leur nom dans les livres d’histoires.


C’est tout le paradoxe de cette équipe des Sixers, talentueuse mais imprévisible, capable de se faire salir à la maison puis d’égaler un énorme record all-time deux jours après. Échaudés par leur première sortie totalement ratée, les hommes de Brett Brown ont joué à très haut niveau cette nuit face aux Nets, remportant largement le match (145-123). Le score était pourtant serré à la mi-temps, quelques secondes après que Joel Embiid ait administré un énorme coup de coude à Jarrett Allen qui aurait pu (aurait dû ?) lui valoir une exclusion.

Mais au retour des vestiaires, les 76ers ont appuyé sur l’accélérateur, infligeant un terrible 51-23 à leurs adversaires dans le seul 3ème quart-temps. Découvrez ci-dessous les impressionnantes stats de ces 12 minutes :

https://twitter.com/espn/status/1117974001601646593

A lire également : L’énorme dilemme des Lakers

Aucune équipe dans l’histoire des playoffs n’a inscrit plus de points en un seul quart-temps que les Sixers cette nuit, et seule une a fait aussi bien : les Lakers, le 31 mars 1962, il y a plus de 57 ans. Les Rockets ont bien atteint la barre des 50 contre Minnesota l’an passé, mais personne d’autre. Un prestigieux record égalé, donc, acquis à l’ultime seconde du quart-temps par Philly sur un shoot de Mike Scott au buzzer :

https://twitter.com/NBAonTNT/status/1117973247943798784

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les Sixers ont aussi signé le record de franchise du nombre de points inscrits sur un match en playoffs avec leurs 145 unités du soir, le tout avec une répartition équitable (23 points pour Embiid, 19 pour Harris, 18 pour Simmons (qui a réglé ses comptes avec le public), 17 pour Redick, 16 pour Boban). Une soirée qui contraste fortement avec la débâcle du premier match, et qui rappelle à tout le monde qu’il ne faut jamais s’enflammer sur la base d’un seul match en post-season.

Philly peut être soulagée, mais pas pour longtemps : un Game 3 chaud bouillant attend Embiid et ses coéquipiers dans un Barclays Center électrique.

Actualités Basket USA Facebook

Mais aussi : Paul Pierce incendie Kyle Lowry