NBA – Adam Silver fataliste sur le tampering, il explique sa mesure polémique

Adam Silver Anthony Davis

Après une free agency très mouvementée et assez limite sur les pratiques employées par les franchises, Adam Silver entend bien sévir prochainement. Mais le commissionner de la NBA sait pertinemment que ce sera compliqué pour lui de contrer le tampering.

Publicité

Cet été 2019 était très particulier pour les franchises NBA. De nombreuses superstars se sont retrouvées libres le 30 juin et ont pu s’engager là où elles le souhaitaient. Seulement, certains insiders bien placés tels qu’Adrian Wojnarowski ou encore Shams Charania ont révélé quelques signatures avant le début officiel de la free agency.

Pour rappel, les joueurs et les franchises n’ont pas le droit d’avoir des discussions avant l’ouverture officielle du marché. Mais évidemment, comme vous vous en doutez, cette règle n’a aucun impact auprès des acteurs de la ligue qui peuvent se contacter comme ils veulent pour pouvoir discuter en toute discrétion, et cela de plus en plus. Une tendance qui devient hors de contrôle, et qui interpelle forcément.

Publicité

Adam Silver n’est pas dupe et sait toutes les petites manigances qui ont lieu au sein de la ligue. Pour cela, il a récemment annoncé vouloir mettre quelques restrictions en place pour éviter au maximum que les joueurs dépassent les limites.

Dans une interview accordée au site The Athletic, Silver a voulu assurer le service après-vente, tout en se montrant lucide. Il explique qu’il sait très bien qu’il n’existe pas de moyen miraculeux d’éviter à 100% les conversations entre joueurs et franchises, et qu’il a encore beaucoup de travail devant lui pour réussir sa mission.

Il n’y a pas de remède miracle. Il n’y a pas une seule chose qui pourrait nous faire dire : « Ça va régler le problème. » C’est quelque chose qui va changer avec le temps. Cela va changer si les équipes voient que ce n’est pas seulement le bureau de la ligue qui s’y met, mais aussi les gens au sommet des franchises, les patrons, lorsqu’ils mettent leur nom sur un contrat.

Il faut qu’ils montrent qu’ils veulent vraiment croire que ce qu’ils signent est exact et qu’il n’y a rien de déplacé qui a été fait afin de signer le joueur. J’y crois donc, et je pense – encore une fois – que nous avons maintenant obtenu l’approbation, qu’il y a maintenant beaucoup de travail à faire en ce qui concerne la mise en oeuvre de ces procédures. Depuis le début du week-end dernier, on y travaille dur.

Publicité




Lire aussi | Une franchise à Las Vegas ? Adam Silver donne la tendance

Une règle qui pourrait être mise en place a notamment beaucoup fait parler, puisque Silver avait expliqué que la NBA n’hésiterait pas à s’autoriser de fouiller directement dans les téléphones ou ordinateurs pour trouver une quelconque trace de discussion. Il est aussi longuement revenu sur cette décision.

Je suis sûr que vous avez entendu, mais il y a eu beaucoup de conversations (dans les réunions) sur « Qu’est-ce qu’un audit aléatoire ? » Et pour être juste envers les équipes, nous ne sommes pas entrés dans les détails et je pense que c’était compréhensible qu’ils se disent : « Vous parlez d’audits aléatoires. Qu’est-ce que ça veut dire ? Vous me prenez mon téléphone ? Vous me prenez mon ordinateur ? Cherchez-vous des choses au-delà de ce qui est nécessaire pour déceler le genre de conduite dont vous parlez ? »

Encore une fois, nous ne leur avons pas demandé de voter à ce sujet. En fin de compte, c’est le travail du bureau de la ligue d’appliquer ces règles. Mais ce que nous leur avons dit, c’est : « Nous reviendrons vers vous. » Ce n’est pas un piège. On ne veut pas donner un coup de pied à quelqu’un, on veut de la conformité.

Publicité

Adam Silver est clair : la ligue n’hésitera pas à employer les grands moyens pour éviter la triche. Mais ce sera néanmoins très compliqué pour la NBA de réussir à contrer le tampering à 100%, à l’heure où les réseaux sociaux sont accessibles à tous et les moyens de communication plus poussés que jamais.

On imagine forcément que Kevin Durant et Kyrie Irving se sont concertés avant d’aller à Brooklyn ensemble, ce qui a été appuyé par plusieurs journalistes. Même chose pour Anthony Davis qui était en discussion avec les Lakers depuis plusieurs mois. Ce ne sera donc pas une tâche aisée pour Silver de réussir à stopper les superstars dans leurs manigances.

Publicité

La règle mise en place par la NBA peut être intéressante mais sera-t-elle efficace pour autant ? Pas sûr, et Adam Silver est assez lucide sur la situation.

NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA