NBA – Les stars qui n’ont jamais gagné de titre à cause de Michael Jordan (part 1)

Durant l’hégémonie de Michael Jordan, il fallait se lever tôt pour espérer une bague de champion. Car si Hakeem Olajuwon et les Rockets ont profité de sa première retraite pour obtenir deux titres, de nombreuses stars ont vu leur rêve anéanti par la légende des Bulls. Florilège de ces anciennes gloires qui ont malheureusement croisé sa route dans les années 1990 (partie 1).

Publicité

Kevin Johnson et Dan Majerle

(crédit : DR)

Les lieutenants de Charles Barkley (qui sera cité à part dans cette liste) aux Suns au début des années 1990 arrivaient presque en tant que favoris lors des Finales 1993. Malgré la présence de l’intérieur MVP à leurs côtés, Jordan et les Bulls se sont tout simplement révélés trop forts.

Publicité

Dikembe Mutombo, Steve Smith et Christian Laettner

Le "finger wag" de Dikemebe Mutombo est un geste marquant de l'histoire de la NBA qui a influencé un grand nombre de joueurs
(crédit : DR)

L’alignement de ces noms prestigieux démontre tout le talent que possédait Atlanta dans son effectif en 1997. Mutombo, défenseur de l’Année en titre, et les siens n’ont cependant rien pu faire lors des demi-finales de conférence Est, remportées 4-1 par Chicago.

Publicité

Shawn Kemp et Detlef Schrempf

(crédit : DR)

Gary Payton aurait pu faire partie du casting des malheureux Sonics, mais a par la suite acquis son unique bague de champion avec le Heat 2006. Ses deux alliés à Seattle, eux, n’ont pas connu la même fortune après avoir été défaits par la bande de MJ lors des Finales ’96.

Publicité

Penny Hardaway

(crédit : DR)

Considéré comme le « futur Jordan » à ses débuts, Penny Hardaway a subi les foudres de son mentor en 1996. Victorieux la saison précédente de sa confrontation avec les Bulls, le Magic s’est vu violemment sweepé par un Jordan en mission, qui conclut la série avec une sortie à 45 points.

Publicité

Reggie Miller, Mark Jackson, Chris Mullin et Rik Smits

Reggie Miller, éternel trash-talkeur
(crédit : DR)

Parmi toutes les armadas qui se sont dressées face à la troupe de Phil Jackson, celle des Pacers ’98 était sans doute la plus proche de l’exploit. Tenace, complète, talentueuse, elle n’est malgré tout pas parvenue à venir à bout d’un Jordan définitivement inébranlable, même pour sa dernière danse.

Lire aussi : Comment Michael Jordan a brisé le coeur de 60% de la Dream Team 1992

Duos, trios ou quatuors : Michael Jordan n’avait de cesse d’empêcher ses rivaux d’accéder au titre.

Publicité

Dernières actualités