Publicité

NBA – « C’était plus facile de défendre sur Kobe Bryant que sur Allen Iverson »

Kobe Bryant et Allen Iverson
(DR)

Dans les années 2000′, il était impossible de parler de NBA sans évoquer Kobe Bryant et Allen Iverson, deux des plus grands talents de cette génération formidable. Et si tout le monde se souviendra de Kobe Bryant comme étant le meilleur joueur parmi les deux, pour un ancien All-Star il ne faut pas être dupe, Iverson était bien plus inarrêtable.

Publicité

La NBA des années 2000′ est encore dans toutes les mémoires, et pourtant, elle commence à être lointaine. Aucune réelle star de l’époque n’évolue encore, si ce n’est les increvables LeBron James et Carmelo Anthony, et surtout le jeu et l’environnement a incroyablement évolué.

Aujourd’hui la ligue n’est plus dominée par les arrières scoreurs, comme pouvaient l’être les Kobe Bryant, Tracy McGrady, Allen Iverson, Vince Carter, etc… Si James Harden s’inscrit dans cette droite lignée, il faut bien reconnaitre qu’il évolue dans une ligue d’ailiers. LeBron James donc, Kevin Durant, Kawhi Leonard…

Publicité

Gilbert Arenas, qui a évolué dans ces deux NBA, est revenu sur la difficulté qu’il éprouvait à défendre contre les arrières de l’époque. Il a du affronter le Black Mamba et The Answer dans leur prime, et visiblement, l’un d’eux était bien plus coriace à contenir que l’autre.


Publicité

Allen Iverson jouait à fond. Il transpirait du début à la fin. Il jouait tout le temps à 250 km/h. À un moment il va faire une interception, puis après il va sauter dans le public pour sauver un ballon, puis il va revenir sur le terrain pour mettre un layup. Quand tout le monde trottine pour récupérer un ballon, lui sprinte.



C’était comme un taureau. Essayé de l’arrêter était presque impossible. Mais le plus dur était de rivaliser avec son énergie et son activité. Il faut lui faire un pressing tout terrain, le fatiguer quand il défend… C’était plus facile de défendre sur Kobe Bryant que sur Allen Iverson.

Publicité




Kobe allait toujours dans ses zones. Il essayait de marquer 60 points tous les soirs mais c’était différent. Iverson était juste une prise de tête constante. Le Mamba avait tout le temps le ballon dans les mains, mais tu ne le ressentais pas. Il jouait dans une bonne attaque. Il faisait des passes, coupait, se démarquait…

Non seulement l’explication de Gilbert Arenas est claire et concise, mais elle semble surtout criante de vérité. Kobe Bryant se régalait dans le système en triangle, et il n’aimait rien de plus qu’un bon jeu au poste, où il pouvait prendre le temps de se jouer de son défenseur. Allen Iverson, lui, était un maitre de l’isolation, du crossover, et il utilisait sa vitesse mieux que personne.

Publicité

Et effectivement, défendre sur Iverson dans son prime ressemblait à une véritable punition.


Pour le commun des mortels, défendre sur l’un comme sur l’autre s’apparente à un cauchemar. La seule différence, c’est qu’Allen Iverson ne laissait visiblement aucun répit à ses adversaires.

En direct : toute l'actu NBA