Publicité

NBA – Comment les Lakers peuvent ramener Lonzo Ball à la maison

Les jeunes stars des New Orleans Pelicans, Zion Williamson et Lonzo Ball, observent depuis le banc la superstar NBA des Los Angeles Lakers, LeBron James
Mark J. Terrill

Promis à la signature d’un juteux contrat cet été, Lonzo Ball ne devrait pas le faire aux Pelicans. Sur le départ, le jeune meneur se trouverait sur le radar… de son ancienne franchise, les Lakers. Ces derniers ne disposent cependant que d’une option valide pour le rapatrier à Los Angeles.

Publicité

Le visage du renouveau s’est rapidement décomposé aux Lakers. Suite à la retraite de Kobe Bryant, la franchise a placé ses espoirs dans sa jeune garde prometteuse, symbolisée dans un premier temps par Brandon Ingram. Puis, c’est un enfant de la ville de Los Angeles qui a débarqué dans le roster, accompagnée d’une hype sans pareille en 2017 : Lonzo Ball. Mais ces espoirs et cette attente entourant le jeune meneur originaire de Chino Hills, auront finalement eu raison de sa progression sur place.

Trop discret, pas assez adroit, inconstant sur le plan statistique… Les difficultés rencontrées par ‘Zo sous les couleurs Purple & Gold n’ont pas permis à la greffe de prendre. Envoyé aux Pelicans dans le cadre du transfert d’Anthony Davis, il y a trouvé un environnement plus propice à son développement. Aujourd’hui âgé de 23 ans, l’aîné de la fratrie s’apprête à intégrer le marché des agents libres pour la première fois de sa carrière. Cela ne veut pas dire pour autant que les prétendants à sa signature se feront rares.

Publicité

Auteur d’une dernière saison très honnête à la Nouvelle-Orléans (14.6 points, 4.8 rebonds, 5.7 passes), Ball affiche toujours un profil complet, alléchant pour bon nombre d’équipes. Parmi la liste de ses courtisans, figureraient ainsi… les Lakers. En quête d’un meneur après l’échec de l’expérience Dennis Schröder, les Angelinos verraient d’un bon œil son retour. Le fit, lui, ferait en tout cas l’unanimité au sein du front office et du groupe de joueurs.



Mais alors que l’agent de Lonzo, qui se trouve également être celui de LeBron James, vient d’envoyer un message à l’approche de la free agency sur le sujet, comment les champions en titre pourraient-ils réaliser leur coup ? Il s’avère que les possibilités qui s’offrent à eux ne se bousculent pas. Leur faible flexibilité financière, tout comme leur volonté de prolonger coûte que coûte Alex Caruso and Talen Horton-Tucker, ne leur laissent en réalité qu’un seul scénario plausible selon Silver Screen & Roll.

Publicité




En l’état actuel des choses, les Lakers devront quoi qu’il arrive payer 110.2M$ de salaire pour la saison 2021-22. Cela comprend les émoluments de Kentavious Caldwell-Pope, Anthony Davis, Marc Gasol, LeBron James, Kyle Kuzma et Luol Deng. Viennent ensuite les cap holds des free agents, qui ne disparaitront qu’une fois que ces derniers auront signer un nouveau contrat ou auront renoncé à leurs droit. Ceux de Dennis Schröder (24M$), Alex Caruso (5.2M$), du 22ème pick 2021 (4.9M$) et de Wes Matthews (4.3M$) se placent comme les plus importants.

Pour obtenir Ball de la manière la plus simpliste possible, les Lakers devraient donc dans un premier temps renoncer au cap hold de Schröder, et le laisser filer. De même pour Jared Dudley, Wes Matthews et Markieff Morris, qui pourraient quoi qu’il en soit être re-signés par la suite au minimum vétéran. Ensuite, ils seraient contraints de trouver des acheteurs pour KCP, Gasol et Kuzma, ce qui libérerait 18.8M$ de cap space. Une fois le 22ème pick signé, cette valeur devrait même s’élever à plus de 20M$, ce qui permettra, alors et enfin, de signer Lonzo.

Publicité

Autrement dit, même la méthode la moins contraignante pour ramener Lonzo Ball dans la Cité des Anges, se révèle diablement périlleuse. Les fans des Lakers peuvent donc juger cette douce hypothèse comme peu probable.

Feed NBA 24/24