Publicité

NBA – « Tu finissais si fatigué que c’était le blackout »

Kobe Bryant et Caron Butler sous le maillot des Los Angeles Lakers
SLAM (DR)

L’entrainement occupe une part importante de la vie en NBA, et encore plus chez les grands joueurs. Par exemple, une légende avait mis en place l’entrainement « black-out » à l’intersaison, et ses anciens coéquipiers en font encore des cauchemars ! L’excellence à un prix : l’effort.

Publicité

Comment reconnaitre facilement les grands champions des joueurs « lambda » ? Simplement au nombre d’heures passées à l’entrainement et à l’intensité mise dans chaque séance, aussi bien pendant la saison qu’après. Michael Jordan était par exemple aussi intransigeant avec ses coéquipiers à l’entrainement qu’il l’était avec ses adversaires en match ! Steve Kerr le sait mieux personne, il a déjà pris un coup de poing de la part de His Airness !

Mais le légendaire n°23 n’est pas le seul dans ce cas, Kobe Bryant aussi aimait martyriser ses coéquipiers à l’entrainement, et plus particulièrement sur la fin de sa carrière. On se souvient par exemple de ce jour où il a traité Nick Young, Carlos Boozer, ou encore Jordan Clarkson de joueurs « doux comme du papier toilette »…

Publicité

Caron Butler, passé par Los Angeles en 2004 suite à l’échange de Shaquille O’Neal au Heat, se souvient de ses premiers entrainements avec le Mamba. Il avait beau être un vrai professionnel, il n’était pas forcément prêt à entendre ce que Kobe lui avait concocté ! Avec les Lakers, il a découvert l’entrainement « black-out » ! Il raconte dans le podcast de Duncan Robinson.



Le jour où Kobe Bryant a signé sa prolongation de contrat à l’été 2004, il nous a tous dit : « vous êtes prêts à faire un black-out ? »… Je lui ai demandé ce qu’il entendait par « black-out », et il a simplement répondu : « on va tous faire un black-out, soyez là demain matin à 7 heures pour l’entrainement. » On a du mettre 100 tirs après le dribble, 50 tirs à chaque spot à 3 points… Tu finissais si fatigué que c’était le black-out

Publicité

Après ce premier entrainement de 7h du matin, on allait se chercher quelque chose à manger, puis on prenait 3 ou 4 heures de temps personnel. On revenait ensuite à la salle, et c’était un nouveau black-out. On a littéralement tenu ce rythme de la première semaine de juillet jusqu’au training camp en septembre/octobre.

Kobe Bryant n’était pas tyrannique dans sa manière de diriger ses coéquipiers, mais presque. En pleine intersaison, il exigeait que certains viennent à 7 heures du matin pour une première séance, avant de remettre ça l’après-midi, toujours avec une intensité folle ! Remporter des bagues avec le Mamba se méritait dès le mois de juillet !

Publicité

Caron Butler n’oubliera sans doute jamais cette intersaison passée avec Kobe Bryant ! Même en plein coeur de l’été, il était attendu à 7 heures à la salle par le grand patron des Lakers de l’époque !

All-Time Déclarations Kobe Bryant NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA