Publicité

NBA – La bagarre, un art perdu en NBA : les années 2010

Les maillots déchirés, les droites furtives dans la tête et le chaos sur le parquet : la bagarre en NBA a toujours rythmée la vie de la ligue. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que ça a beaucoup, beaucoup changé. Retour sur les échauffourées qui ont marqué les années 2010 dans notre dossier des plus grosses bagarres en NBA. 

La photo de couverture de cet article est peut-être un peu provocatrice, mais force est de constater que les bagarres en NBA sont très rares de nos jours. Les fights ont laissé place à des checks à rallonge, à des hugs avant et après le match, et à une compétitivité qui s’en trouve impactée.

A l’heure où Stephen Curry se couche par terre en plein All-Star Game pour laisser Giannis Antetokounmpo dunker, et que la fine équipe du « Banana Boat » passe ses étés ensemble, comment imaginer les superstars se battre ? Quelques accrochages ont lieu de temps à autres, mais les vrais bastons où les coups fusaient ont totalement disparu.

Désormais, ce sont de simples petites échauffourées, lors desquelles les deux protagonistes font un tête-à-tête ou s’envoient des insultes avec 10 joueurs qui les retiennent de chaque côté. Trois exemples illustrent ce ramollissement par rapport aux fights, à commencer par le fameux coup de coude d’un grand habitué des embrouilles..

2012 : Metta World Peace v. James Harden

Alors que James Harden est déjà barbu mais pas encore Rocket; et que Metta World Peace est toujours aussi idiot mais n’est plus Ron Artest, le Thunder se déplace chez les Lakers. Sur une action anodine, Metta World Peace envoie un grand coup de coude dans la tête de Harden, le faisant violemment tomber au sol. La réaction des joueurs est intéressante. Observez comme Russell Westbrook, qui voit clairement l’action, et Kevin Durant, tout proche de la scène, ne réagissent pas instinctivement et semblent presque « forcer » leur mécontentement. En d’autres temps, les deux joueurs se seraient rués sur l’adversaire en une fraction de seconde pour lui donner une leçon. Rien de tout cela maintenant : les stars veulent éviter les problèmes, quitte à laisser passer ce genre de choses sur un des leurs. Metta World Peace sera lui suspendu 7 matchs.

[the_ad id= »196386″]

2015 : Kevin Garnett v. Dwight Howard

Chien fou dans l’âme, Kevin Garnett est old school. Le Big Ticket aime le trashtalk et ne rechigne pas à la bagarre. Après un accrochage avec Dwight Howard, il lui assène un léger coup de tête et devient incontrôlable. Les deux hommes sont pourtant rapidement séparés par leurs coéquipiers et les officiels.

Là encore, on voit que la nouvelle mentalité consiste à empêcher les fights plutôt qu’à y participer. Cette habitude est désormais bien ancrée dans la ligue, et il serait très surprenant de voir une bagarre à l’ancienne éclater dans les mois ou années à venir…

2018 : Chris Paul v. Rajon Rondo (et Brandon Ingram)

20 octobre 2018 au Staples Center. 4 minutes à jouer dans un match tendu (109-108). Les Lakers de LeBron James affrontent les Rockets de James Harden. Lors d’un drive vers le panier, Harden obtient la faute sur Brandon Ingram, qui frustré, bouscule le MVP en titre. Un peu plus loin, Rajon Rondo et Chris Paul s’échangent quelques mots.

Puis tout dégénère : Rondo crache au visage de CP3, qui lui répond en lui écrasant les doigts dans les yeux. Le meneur des Lakers réplique à son tour, mais avec un crochet au visage. S’ensuit alors une grosse bagarre puisque Chris Paul répond avec deux coups de poing bien placés. Pendant que les arbitres tentent de séparer les opposants, Brandon Ingram revient par derrière et frappe au hasard dans le tas. Bilan : 4 matchs de suspension pour Ingram, 3 pour Rondo, 2 pour Chris Paul et plus de 1,1 millions de dollars d’amende entre les trois joueurs.

2019 : Karl-Anthony Towns v. Joel Embiid

Nous sommes le 30 octobre 2019. Les Timberwolves se déplacent au Wells Fargo Center de Philadelphie pour affronter les 76ers. Alors que les locaux dominent dans les grandes largeurs leurs adversaires du soir (ils mènent 75 à 55 à 6 minutes de la fin du troisième quart-temps), une bagarre éclate soudainement entre les deux pivots stars, Joel Embiid et Karl-Anthony Towns.

https://www.youtube.com/watch?v=Q0mficlKCY4&t=3s

Coups de poings, étranglements, tout y passe. Les bancs des deux équipes se vident pour venir séparer les deux mastodontes. Ben Simmons se fera remarquer par sa technique très controversée visant à « calmer » KAT. Au final, la ligue infligera deux matchs de suspension pour chacun des protagonistes de cette échauffourée, qui ne sont pas prêts de passer leurs vacances ensemble.

Les autres grosses bagarres dans la ligue

Les années 1980
Les années 1990
Les années 2000

Bonus : après 4 décennies, quel bilan ?

Après avoir balayé 4 décennies de bagarre en NBA, le constat est simple. Nous sommes partis d’une ère où se battre était légitimé, presque encouragé, et somme toute perçu comme normal, même pour les grandes stars. Larry Bird avait pour coutume de dire :

Quand quelqu’un te cherche, tu dois répondre et te battre, sinon tu n’auras pas de respect

Si les années 90 ont perpétué la tradition en l’atténuant un peu, la bagarre choquante de 2004 a signé la fin des bastons en NBA. Depuis 11 ans, aucune vraie grosse bagarre n’a été à déplorer, et comment blâmer la ligue ? Oui, l’ère actuelle est bien plus soft, et les anciens le regrettent bien assez souvent.

Oui, il n’y a plus forcément de vraies rivalités intenses, violentes. Oui, les bagarres donnaient parfois un supplément d’âme, une authenticité et une excitation qui n’existent plus. Certes. Mais la NBA ne s’est jamais aussi bien portée financièrement, avec ses superstars lisses et sans encombres, qui préfèrent être potes et jouer ensemble que s’affronter et se bastonner. On est pour ou on est contre, on peut avoir de la nostalgie, mais d’un point de vue strictement business la décision est compréhensible.

Tant pis pour le folklore.

NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA