Publicité

NBA – La bagarre, un art perdu en NBA : les années 1990

Les maillots déchirés, les droites furtives dans la tête et le chaos sur le parquet : la bagarre en NBA a toujours rythmé la vie de la ligue. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que ça a beaucoup, beaucoup changé. Retour sur les échauffourées qui ont marqué les années 1990 dans notre dossier des plus grosses bagarres en NBA. 

Suite au chaos des années 1980, la ligue a commencé à prendre en considération le fait que les bagarres pouvaient nuire à l’image de la ligue, à la fois au niveau de l’intégrité des joueurs, mais aussi de l’aspect marketing d’une NBA en plein essor international sous l’ère Jordan.

Pourtant, les habitudes ont la vie dure, et la plupart des joueurs ont grandi à l’ancienne dans les années 1970/1980. Si les fautes flagrantes à la Laimbeer disparaissent peu à peu, on continue à jouer de manière virile et à se bastonner si l’occasion se présente. On vous a mis de côté 3 exemples révélateurs qui montrent que les années 1990, c’était aussi un joyeux bordel.

1993 : Michael Jordan v. Reggie Miller

Au début des années 1990, Michael Jordan est déjà considéré comme le meilleur joueur du monde, mais le teigneux Reggie Miller n’a de cesse de vouloir lui faire de la concurrence à l’Est. Lors d’un match de saison régulière entre Bulls et Pacers, MJ est un peu court sur le chasedown block, et ne peut que voir du coin de l’oeil Reggie Miller poser la claquette qui va bien. Problème : la gâchette d’Indiana vient volontairement percuter Michael Jordan. Le taureau voit rouge. Il se précipite sur son adversaire, tente le coup de la fourchette, et, bien aidé par ses coéquipiers dont Horace Grant, finit par envoyer une droite dans la tête de Reggie.

https://www.youtube.com/watch?v=W_n3ZS29keI&feature=emb_title

Les arbitres ramènent le calme et vont voir la vidéo. Verdict ? Reggie Miller est éjecté du match, et son coach Bob Hill, qui a osé contester la décision, l’est également. Michael Jordan va tirer son lancer franc tranquillement et n’est pas inquiété. On appelle ça le privilège du GOAT. Après la partie, il est néanmoins rattrapé par la patrouille. MJ est suspendu un match et prend 10.000 dollars d’amende, tandis que Miller doit s’acquitter d’un chèque de 6.000 dollars (mais d’aucun match de suspension). Cette décision de la NBA est clairement un signe des temps qui changent : dans les années 1980, les droites avaient beau fuser, les suspensions a posteriori pour les joueurs étaient très rares.

[the_ad id= »196386″]

1994 : Bulls v. Knicks – Invité spécial : David Stern

C’est l’une des bagarres marquantes des années 1990, sinon la plus marquante, et à coup sûr un tournant dans la position de la NBA sur les fights. En 1994, Chicago et New York croisent le fer en playoffs. Ce n’est un secret pour personne, les deux franchises ne s’aiment pas beaucoup. En pleine partie, les choses dégénèrent totalement quand Jo Jo English et Derek Harper commencent à se savater au milieu du terrain. Les deux hommes se retrouvent au premier rang alors que quasiment tous les joueurs viennent prendre part à l’embrouille. Quelques mètres plus loin, le commissionnaire de la ligue David Stern ne peut que constater les dégâts…

https://www.youtube.com/watch?v=CiuVGqHQ-do&feature=emb_title

C’est l’incident de trop pour la NBA, qui décide de durcir le ton. Plus de 15 joueurs doivent payer une amende, les franchises aussi, et le total s’élève à 163.000 dollars, égalant le « record » établi lors d’une bagarre entre Charles Barkley et Bill Laimbeer. Derek Harper est aussi suspendu un match. Cette soirée marque clairement la fin de la tolérance old school pour les bagarres. Un vrai passage de témoin d’une époque à une autre.

1998 : Alonzo Mourning v. Larry Johnson

Match 4 du premier tour des playoffs 1998. Au Madison Square Garden, les Knicks recoivent le Heat, avec qui le désamour est flagrant depuis plusieurs années. En fin de match, Alonzo Mourning et Larry Johnson s’envoient des grandes droites et créent un chaos monstre, lors duquel Jeff Van Gundy se retrouve au sol, s’accrochant désespérément à la cheville de Zo.

https://www.youtube.com/watch?v=VKJ__5FZ26M

Si la bagarre est plutôt impressionnante, c’est la réaction de la ligue qui est à noter, et qui confirme la nouvelle tendance plus répressive. Rappelez-vous, lors de la finale 1986, aucune suspension n’avait été prononcée après la grosse baston entre Celtics et Rockets – la ligue trouvant même des excuses douteuses. Cette fois, les deux stars Johnson et Mourning se retrouvent privés du match décisif de la série, en plus d’une amende à 5 chiffres. A l’approche du tournant du millénaire, la NBA a choisi son camp : aucune tolérance pour les bagarres.

Bonus – Scottie Pippen et le coup de la chaise

Quitter le terrain la tête basse et sans protester, c’est vraiment trop démodé. Alors qu’il est une des grandes stars de la ligue en l’absence de Michael Jordan au milieu des années 1990, Scottie Pippen est éjecté par Joey Crawford. Après avoir dû être contenu par ses coéquipiers pour ne pas tabasser l’arbitre, le MVP du All-Star Game 1994 sort sur un coup d’éclat. Il se saisit d’une chaise vers le banc et la jette sur le terrain.

Après coup, Scottie avoue regretter… mais pas pour les raisons qu’on croit :

Oui, j’aurais préféré ne pas lancer cette chaise sur le terrain… j’aurais préféré lancer l’arbitre à la place

Sauvagerie absolue. Ca méritait bien un match de suspension et plus de 30.000 dollars d’amende, conformément à la nouvelle politique plus dure de la ligue.

Les autres grosses bagarres dans la ligue

Les années 1980
Les années 2000
Depuis 2010

Bref, la mutation des années 1980 aux années 1990 est donc assez nette, mais nous verrons demain que les années 2000 ont malgré tout réservé leur lot de surprises !

NBA 24/24

Feed NBA 24/24