Après de longues semaines de spéculation, Kawhi Leonard a pris la direction du Canada en échange, entre autres, de DeMar DeRozan. Un trade qui questionne sur l’avenir des deux franchises l’année prochaine. 

Voilà, c’est bouclé. Après un mois à bouder dans son coin, Kawhi Leonard a été puni par les Spurs et envoyé directement chez les Raptors. San Antonio, dans une position délicate, s’en sort plutôt bien en récupérant DeMar DeRozan, All-Star en puissance, ainsi qu’un bon jeune potentiel en la personne de Jakob Pöltl. Avec Danny Green et l’ailier texan, Toronto se constitue également un bon roster pour la saison prochaine. Mais tout dépendra de nombreux facteurs ce qui ne permettent pas d’anticiper réellement comment se déroulera la prochaine saison des deux franchises. On fait le point sur les différentes hypothèses.

 

#1. 

Kawhi Leonard se bouge le c*l 

Ce serait, pour tout le monde, la meilleure issue possible. Et pourtant, ce n’est pas la direction que semble prendre la situation, selon les dernières informations. Kawhi Leonard, vexé d’être envoyé dans le froid canadien, n’aurait pas franchement envie de s’investir dans la franchise de l’Ontario. Mais force est de constater qu’il n’a pas le choix. Après une saison quasi-blanche (seulement 9 matchs disputés), le All-Star a besoin de redorer son image, non seulement sportive, mais également extra-sportive.

Car s’il veut signer un contrat max lors de la free agency 2019,, Kawhi a besoin de montrer qu’on peut lui faire confiance. Son caprice aux Spurs ainsi que son cruel manque de temps de jeu ne donnent pas forcément envie aux franchises de le prendre sous leur aile. La solution ? Se motiver, et surtout répondre sur le terrain. Avec un comportement irréprochable pendant douze petits mois, The Klaw verrait sa côte augmenter et pourrait s’ouvrir un maximum de perspectives pour l’année prochaine.

Dans une autre mesure, un Kawhi en pleine possession de ses moyens pourrait permettre à Toronto de réaliser une année brillante. Car si certains fans regrettent le manque d’ambition au long terme, en imaginant que Kawhi s’en aille à l’issue de la saison, ils oublient que les Raptors restent des candidats très sérieux au trône de l’Est. Avec un excellent défenseur, qui plus est, scoreur à l’aile, ils ajoutent également Danny Green au poste d’arrière. Un cinq majeur potentiellement très efficace, tout ceci sous la tutelle de Nick Nurse. De bons espoirs naissent au Canada.

 

#2. 

Kawhi Leonard fait vraiment un sit-out 

C’est l’une des rumeurs qui traversent le clan de Leonard depuis quelques heures : vexé, Kawhi serait prêt à ne pas jouer de la saison. Cette option serait catastrophique, non seulement pour les Raptors, mais également pour lui. Car comme expliqué précédemment, s’il souhaite retrouver une franchise l’année prochaine, il doit faire preuve d’un professionnalisme et d’une rigueur impitoyables. S’il venait à passer deux années consécutives sans jouer, rares seraient les franchises qui auraient la présence d’esprit d’aller s’intéresser à lui. Et encore moins pour lui faire signer un contrat max. 

Pour Toronto, qui pour l’instant tient un roster crédible, cela serait évidemment une grosse perte. En ayant tradé son joueur clé pour un autre qui refuse de jouer, le sit-out de Kawhi Leonard aurait des conséquences graves sur le vestiaire des Raptors. Et ce, à plusieurs échelles. D’abord sur son image, car les dirigeants auraient lâché DeMar DeRozan, irréprochable, pour récupérer un joueur capricieux et incapable de tenir son rang. Ensuite, car les joueurs de l’équipe éprouveraient forcément de la rancoeur à l’encontre de Kawhi, et la saison pourrait être franchement longue. Pas la solution la plus probable, mais sait-on jamais après le cirque de cette année.

Après une année loin des parquets, Kawhi Leonard n’a pas le luxe de s’autoriser un sit-out qui compromettrait sérieusement ses chances de poursuivre au plus haut niveau de la ligue. (Air Jordan)

#3. 

Kawhi Leonard part l’année prochaine  

Projetons-nous désormais sur le long terme. Ne disposant que d’une année de contrat, Kawhi Leonard devrait quitter l’Ontario dès l’année prochaine. C’est l’un des arguments récurrents chez ceux pour qui les Raptors ont « perdu » l’échange. Et pourtant, ils pourraient être gagnants même s’ils venaient à perdre leur meilleur joueur. Tout dépendra évidemment de la saison, des résultats sportifs, mais il est important de constater que dans le trade, les Raptors ont réussi à maintenir leur socle de jeunes pépites. S’ils ont du lâcher Jakob Poëtl à un poste où ils disposent, entres autres, de Lucas Nogueira en back-up, ils ont conservé OG Anunoby, Delon Wright, Pascal Siakam ou encore Fred VanVleet. Tous ces joueurs, s’étant révélés la saison précédente, jouissent d’une grande marge de progression.

Ainsi, l’année prochaine, le départ de Kawhi Leonard pourrait entraîner un bouleversement finalement pas si grave dans le roster canadien. Si toute cette flopée de jeunes poursuit sa progression, ils pourraient vite prendre de l’importance dans l’effectif et ainsi construire un équilibre crédible. Le joueur, qui occupe également une grosse part dans la masse salariale du club, libèrera de l’espace et pourra ainsi permettre à Toronto de prolonger ses joueurs au long terme. En ajoutant, pourquoi pas, quelques lieutenants pour corroborer son effectif. Quoiqu’il en soit, Toronto avait atteint son plafond avec cet effectif et se devait de débuter une nouvelle ère, avec ou sans DeRozan.

En ce qui concerne Kawhi Leonard dans cette conjecture, plusieurs solutions sont envisageables. Selon ses propres dires, l’hypothèse la plus plausible reste celle des Lakers. Néanmoins, comme le relevait le Toronto Star, l’ailier serait prêt à former une superteam dés l’année prochaine et contacterait déjà des stars pour la construire. Lesquelles ? Aucune information pour l’instant. Selon les premières sources, Los Angeles serait la destination préférentielle, mais Brooklyn, qui dispose d’une marge de manoeuvre intéressante figurerait aussi parmi les pistes crédibles.

 

#4. 

Kawhi Leonard ne partira pas 

Kawhi Leonard pourrait-il suivre un destin à la Paul George ? Il y un an, le joueur d’Indiana était dans une situation relativement similaire. Pas franchement emballé à l’idée de rempiler pour une nouvelle saison aux Pacers, il forçait pour rejoindre les Lakers, auxquels il s’annonçait déjà à la free agency 2018. Cependant, après une année plutôt correcte à Oklahoma, il a décidé de parapher un nouveau contrat pour s’inscrire au long terme au Thunder.

Après avoir décidé seul dans son coin que son avenir se jouerait, également, à Los Angeles, Kawhi a lui aussi eu droit à un trade auquel il ne s’attendait pas forcément. Pourtant, le MVP des finales 2014 pourrait voir son avis modifié s’il venait à se plaire, finalement, au Canada. Plusieurs facteurs pourront influencer sa décision. Tout d’abord, l’accueil de l’effectif, du public et du coach. Si l’intégration de Kawhi sous ses nouvelles couleurs se faisait avec une certaine facilité, s’il venait à passer une excellente année de l’autre côté de la frontière, il pourrait revoir son positionnement sur l’affaire.

L’aspect le plus important sera cependant les résultats sportifs. Si Toronto enchaîne les victoires, s’il s’investit à son maximum, Leonard pourrait se convaincre que, sportivement, le Canada n’est pas une si mauvaise option. L’avantage, c’est que les Raptors jouent à l’Est et ont donc plus de chances de briller en playoffs et d’aller loin. Pour Toronto, convaincre Kawhi de rester passera forcément par une finale de conférence MINIMUM. Habitué à jouer dans la cour des très grands, Kawhi n’envisagera pas rempiler une seconde si les Raptors venaient à être sortis rapidement au printemps. La finale NBA, par contre, serait un argument de choix. 

Compétiteur malgré tout, Kawhi Leonard pourrait revoir son positionnement si Toronto s’imposait comme un leader incontestable de sa conférence. (Nike Inc.)

#5. 

DeMar DeRozan pilier du nouveau San Antonio

De l’autre côté de la frontière, désormais, l’été de San Antonio a été mouvementé, comme prévu. La franchise a perdu de nombreux joueurs, parmi lesquels Tony Parker, Kyle Anderson et désormais Kawhi Leonard. Si une transition est nécessaire dans le Texas, il ne s’agit néanmoins pas d’une reconstruction. La nuance est importante. En effet, les Spurs souhaitaient être compétitifs dés l’année prochaine, et ne souhaitaient donc pas trader Kawhi Leonard contre des jeunes à fort potentiel sans se qualifier en playoffs l’année prochaine. En récupérant DeRozan qui dispose toujours de trois années de contrat ainsi que Jakob Poeltl et également un tour de draft protégé, ils s’assurent un cinq majeur intéressant d’entrée et conserve également leur ambition. 

Fort scoreur, DeMar DeRozan pourrait être un élément clé du roster des Spurs. Mais on connaît ses limites, notamment en défense. Sous un Gregg Popovich qui va devoir lui inculquer de nombreuses solutions défensives, l’ancien des Raptors pourrait transvaser vers une autre dimension. Et il serait sûrement temps. Son profil pourrait être, finalement, comparable à celui de LaMarcus Aldridge qui a du décupler d’efforts pour briller en défense autant qu’il le faisait en attaque. Ce nouveau duo a un fort potentiel. Et si San Antonio semble s’être affaibli, il est important de noter que, à l’Ouest, les Lakers de LeBron n’ont toujours pas fait leurs preuves, que Houston s’offre une free-agency étrange et que les Warriors… Non, pas contre, là, pas d’argument.

Quoiqu’il en soit, le trade va impacter durablement la dynamique des 2 équipes, et potentiellement de la ligue. L’évolution des Raptors et des Spurs sera une des storylines intéressantes à suivre dès la reprise de la saison à l’automne, à n’en pas douter.