NBA – Comment s’en sortent les rookies de la classe 2018 ?

Un premier bilan des rookies aux deux-tiers de la saison

Parce qu’il n’y a pas que Luka Doncic dans la vie, on vous propose un premier bilan pour les rookies de la classe 2018. Et comme à chaque année, les fortunes sont diverses, aussi bien individuellement que collectivement.


Cette année, quand on parle de rookies, le premier nom qui vient à l’esprit est incontestablement Luka Doncic. Rien de bien anormal tant le Slovène éclabousse la NBA de sa classe depuis octobre. Mais il n’est évidemment pas tout seul, et d’autres rookies réalisent de bonnes performances cette saison. À l’occasion de la coupure du All-Star Weekend et avant que la saison régulière ne reprenne ses droits cette nuit, on en profite pour faire un premier bilan pour cette classe de draft.

Premier tour de la Draft :

#1 : DeAndre Ayton (Suns)

Statistiques : 16.5 points (58.8% au tir), 10.5 rebonds, 2.0 passes, 0.8 interception et 0.9 contre en 30.9 minutes (53 matchs)

DeAndre Ayton réalise de bonnes performances avec Phoenix et forme un bon duo avec Devin Booker. Malheureusement, les Suns sont bons derniers à l’Ouest et restent sur 15 défaites de suite. Ayton pourrait aussi s’améliorer en défense, car il a toutes les qualités pour exceller de ce côté du terrain (les qualités physiques et la taille notamment).

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 15 points, 8 rebonds, 5 passes en 22 minutes

#2 : Marvin Bagley (Kings)

Statistiques : 13.3 points (51.5% au tir, 25.5% à 3-points), 6.9 rebonds, 1.0 passe, 0.5 interception et 1.0 contre en 24.2 minutes (43 matchs)

C’était l’interrogation de la draft : le jeu de Marvin Bagley va-t-il faire la transition avec la NBA ? Le jeune intérieur des Kings a jusque-là plutôt bien répondu aux attentes et Sacramento se mêle actuellement à la lutte pour les playoffs, pour espérer les retrouver pour la première fois depuis 2006. Bagley vient récemment de réaliser son record en carrière contre les Suns, avec 32 points. Son tir extérieur reste malgré tout assez perfectible.

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 14 points, 5 rebonds, 3 passes, 3 interceptions en 17 minutes

#3 : Luka Doncic (Mavs)

Luka Doncic

Statistiques : 20.7 points (43.0% au tir, 34.8% à 3-points), 7.2 rebonds, 5.6 passes, 1.0 interception, 0.3 contre en 32.2 minutes (55 matchs)

Luka Doncic s’est tout de suite imposé au sein des Mavs, même si l’équipe semble légèrement décrochée dans la course aux playoffs. Impressionnant de facilité, il a fait taire les critiques qui le suivaient avant le début de saison. Son duo avec Kristaps Porzingis pourrait faire des ravages à partir de la saison prochaine.

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 13 points, 5 rebonds, 9 passes, 2 interceptions en 24 minutes

#4 : Jaren Jackson Jr (Grizzlies)

Statistiques : 13.8 points (50.6% au tir, 35.9% à 3-points), 4.7 rebonds, 1.1 passe, 0.9 interception et 1.4 contre en 26.1 minutes (58 matchs)

Discret mais efficace, Jaren Jackson Jr a convaincu les Grizzlies de son potentiel, et la franchise a décidé de reconstruire autour de lui, et de se séparer de Marc Gasol. Très bon en défense, il peut aussi faire mal en attaque (36 points contre les Nets fin novembre) et son tir est très régulier. Il doit cependant apprendre à supporter la pression, en témoigne son mini-craquage sur la ligne des lancers mardi soir contre les Spurs alors qu’il aurait pu forcer une prolongation.

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 10 points, 6 rebonds, 1 interception en 16 minutes

#5 : Trae Young (Hawks)

Statistiques : 16.9 points (40.6% au tir, 31.2% à 3-points), 3.3 rebonds, 7.6 passes, 0.9 interception et 0.2 contre en 30.1 minutes (58 matchs)

Échangé contre Luka Doncic lors de la draft, Trae Young souffre de la comparaison avec le slovène. Son tir est encore très irrégulier mais le meneur peut réaliser de gros cartons quand les tirs rentrent (30 points à 11/15 le 26 janvier contre les Blazers). Young est aussi très bon dans la transmission de balle (leader des rookies en passes). Il forme un bon duo avec John Collins, et les Hawks semblent en bonne voie pour la saison prochaine.

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 25 points, 7 rebonds, 10 passes, 1 contre en 24 minutes

#6 : Mo Bamba (Magic)

Statistiques : 6.2 points (48.1% au tir, 30.0% à 3-points), 5.0 rebonds, 0.8 passe, 0.3 interception et 1.4 contre en 16.3 minutes (47 matchs)

Avec une envergure démentielle (2.39m !), Mo Bamba s’est forcément distingué par sa présence défensive au sein d’une équipe du Magic qui revient bien dans la lutte pour les playoffs. Derrière Aaron Gordon et Nikola Vucevic, il poursuit tranquillement sa progression, en particulier sur son jeu offensif encore assez faible. Bamba a malheureusement contracté une fracture de fatigue au tibia gauche en début de mois, et sa saison est probablement terminée.

#7 : Wendell Carter (Bulls)

Statistiques : 10.3 points (48.5% au tir, 18.8% à 3-points), 7.0 rebonds, 1.8 passe, 0.6 interception et 1.3 contre en 25.2 minutes (44 matchs)

Encore un joueur dont on parle peu mais qui est très bon dans son rôle. Wendell Carter ne fait pas beaucoup de bruit mais est un des rookies les plus complets. Au sein d’une équipe ds Bulls qui n’a plus rien à espérer cette saison, il s’est montré solide en attaque comme en défense, mais s’est blessé au pouce gauche mi-janvier et ne devrait plus rejouer de la saison. La raquette avec Lauri Markkanen s’annonce très intéressante.

#8 : Collin Sexton (Cavs)

Statistiques : 15.1 points (40.8% au tir, 39.2% à 3-points), 3.1 rebonds, 2.9 passes, 0.5 interception et 0.1 contre en 30.4 minutes (58 matchs)

Au sein d’une équipe des Cavs en pleine traversée du désert suite au départ de LeBron James cet été, Collin Sexton est bien l’une des rares sources de satisfaction. Même s’il manque encore un peu d’adresse, ses qualités au scoring sont indéniables. Il doit cependant encore progresser au niveau de l’organisation du jeu.

#9 : Kevin Knox (Knicks)

Statistiques : 12.5 points (36.4% au tir, 33.9% à 3-points), 4.3 rebonds, 0.9 passe, 0.5 interception et 0.3 contre en 28.2 minutes (51 matchs)

Au sein d’un équipe des Knicks qui n’espère plus rien mis à part le premier choix de la prochaine draft et Kevin Durant à l’intersaison, Kevin Knox se débrouille tant bien que mal. Son temps de jeu irrégulier (il peut jouer 40 minutes un soir et 20 le match d’après) ne l’aide pas à trouver de la régularité dans son tir. Sa défense n’est pas non plus encore au point, mais Knox a laissé entrevoir de belles qualités pour la saison prochaine.

Sélectionné au Rising Stars Challenge (remplace Lonzo Ball, blessé) : 11 points, 2 rebonds, 1 passe en 16 minutes

#10 : Mikal Bridges (Suns)

Statistiques : 8.2 points (43.4% au tir, 35.2% à 3-points), 3.1 rebonds, 1.8 passe, 1.5 interception et 0.5 contre en 27.8 minutes (59 matchs)

Mikal Bridges se voit gratifier d’un temps de jeu conséquent avec les Suns, dont l’objectif de la saison est de développer les jeunes pousses. Tout n’est pas encore parfait et Bridges manque encore de régularité en attaque, mais il laisse entrevoir un potentiel intéressant de 3&D.

#11 : Shai Gilgeous-Alexander (Clippers)

Statistiques : 10.1 points (46.8% au tir, 33.0% à 3-points), 2.7 rebonds, 3.0 passes, 1.1 interception et 0.6 contre en 25.8 minutes (59 matchs)

Auteur d’un bon début de saison, Shai Gilgeous-Alexander s’est imposé comme titulaire au sein des Clippers en seulement 10 matchs. Un peu plus en difficulté par la suite, il a alterné le bon et le moins bon. Il a d’ailleurs reconnu avoir heurté le fameux « rookie wall ». Il a retrouvé de jolies couleurs durant les deux semaines avant le All-Star Games, inscrivant au moins 10 points dans 8 de ses 10 derniers matchs.

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 15 points, 5 rebonds, 6 passes, 3 interceptions en 20 minutes

#12 : Miles Bridges (Hornets)

Statistiques : 6.5 points (44.7% au tir, 30.9% à 3-points), 3.5 rebonds et 1.0 passe, 0.6 interception et 0.5 contre en 18.9 minutes (55 matchs)

Une saison un peu en dents de scie pour Miles Bridges, qui suit plus ou moins la saison des Hornets en général. De bonnes performances suivies de matchs très moyens. En sortie de banc au relais de Nicolas Batum, Bridges apporte un bon soutien défensif pour l’équipe, et montre de manière générale assez solide. Ses qualités athlétiques lui ont valu de participer au Dunk Contest lors du All-Star Weekend.

#13 : Jerome Robinson (Clippers)

Statistiques : 3.3 points (39.7% au tir, 35.0% à 3-points), 1.1 rebonds, 0.3 passe, 0.3 interception et 0.1 contre en 9.5 minutes (23 matchs)

Contrairement à Gilgeous-Alexander, Jerome Robinson n’a pas vraiment pu montrer ses qualités au sein des Clippers. Avec assez peu de rencontres disputées, il manque encore de régularité au tir ainsi qu’en défense. Il a malgré tout pris part aux 15 derniers matchs de la franchise, avec une pointe à 27 minutes (mais 2/13 au tir) contre Indiana le 7 février.

#14 : Michael Porter Jr (Nuggets)

Statistiques : N’a pas joué

Blessé au dos très tôt lors de sa saison universitaire, Michael Porter Jr n’a plus remis les pieds sur un terrain depuis. Les Nuggets n’ont d’ailleurs pas prévu de retour pour l’ailier cette saison. Et au vu des résultats de Denver, 2ème à l’Ouest, la franchise n’a aucun intérêt à précipiter son retour.

#15 : Troy Brown (Wizards)

Statistiques : 2.4 points (40.% au tir, 26.7 % à 3-points), 1.3 rebond, 0.9 passe, 0.3 interception et 0.0 contre en 7.2 minutes (29 matchs)

Pas beaucoup de temps de jeu pour Troy Brown cette saison, mais il arrive plutôt bien à rentabiliser son temps de jeu (6 points, 2 rebonds en 11 minutes le 29 janvier contre les Cavs). Il manque cependant encore cruellement d’adresse, particulièrement à longue distance pour devenir une menace.

#16 : Zhaire Smith (76ers)

Statistiques : N’a pas joué

Tout comme Porter, Zhaire Smith n’a pas encore joué cette saison à cause d’une blessure au pied. Aux dernières nouvelles, les 76ers espèreraient un retour de l’ailier avant la fin de la saison.

#17 : Donte DiVincenzo (Bucks)

Statistiques : 4.8 points (39.3% au tir, 24.6% à 3-points), 2.4 rebonds, 1.2 passe, 0.5 interception et 0.3 contre en 15.6 minutes (23 matchs)

Le meilleur joueur du dernier Final 4 de la NCAA a beaucoup de difficultés à faire la transition avec la NBA, surtout au niveau de son tir à 3-points. Il est loin d’être la menace extérieure qu’il était à Villanova. DiVincenzo n’a plus joué pour les Bucks depuis le 1er janvier. Il est actuellement blessé au talon, mais sans gravité.

#18 : Lonnie Walker (Spurs)

Statistiques : 2.3 points (19.0% au tir, 33.3% à 3-points), 1.7 rebonds, 0.3 passe, 0.5 rebonds et 0.2 contre en 9.5 minutes (6 matchs)

Blessé lors de la pré-saison, Lonnie Walker n’a fait ses débuts avec les Spurs que le 3 janvier contre les Raptors, et n’a joué que 6 matchs. Très athlétique et assez prometteur en défense, il manque cependant de rythme pour être régulier. Il a fait un bon match contre les Pelicans (7 points, 5 rebonds, 1 passe, 1 interception en 15 minutes), avant de passer à totalement à côté contre les Warriors une semaine plus tard (4 points à 0/10 au tir).

#19 : Kevin Huerter (Hawks)

Statistiques : 9.3 points (42.0% au tir, 38.9% à 3-points), 3.2 rebonds, 2.8 passes, 0.9 interception, 0.4 contre en 27.3 minutes (53 matchs)

Au sein d’une équipe des Hawks qui ne gagne pas beaucoup mais qui engrange de l’expérience, Kevin Huerter réalise une saison tout à fait honorable dans l’ombre du rookie star Trae Young. Même s’il manque encore de régularité, son tir extérieur est assez fiable, mais il est capable de gros tous d’air. Il a gagné sa place de titulaire au bout d’une vingtaine de matchs et ne la lâche plus. Il reste encore un peu tendre en défense.

#20 : Josh Okogie (Wolves)

Statistiques : 7.6 points (36.4% au tir, 26.0% à 3-points), 3.0 rebonds, 1.6 passe, 1.0 interception, 0.4 contre en 22.7 minutes (49 matchs)

Celui-là on ne l’avait pas vu venir. Josh Okogie a connu un début de saison en yo-yo avant de s’imposer définitivement comme titulaire vers la mi-saison. Gros défenseur, il n’est pas encore une menace suffisante de l’autre côté du terrain, la faute à un tir loin d’être efficace, même à mi-distance. Néanmoins, Okogie impressionne beaucoup et réalise quelques coups d’éclat, en témoigne son contre sur James Harden.

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 13 points, 4 rebonds, 4 passes en 19 minutes

À lire également : Quelles franchises ont le calendrier le plus simple ? Et le plus compliqué ?

#21 : Grayson Allen (Jazz)

Statistiques : 4.1 points (31.2% au tir, 27.5% à 3-points), 0.4 rebond, 0.6 passe, 0.1 interception, 0.1 contre en 9.9 minutes (28 matchs)

Il devait être la bonne surprise de la saison pour Utah à la manière d’un Donovan Mitchell l’année dernière, mais tout ne s’est pas passé comme prévu pour Grayson Allen. Incapable de trouver le bon rythme au tir, l’ancien scoreur de Duke déçoit pas mal du côté de Salt Lake City, et n’arrive pas à compenser dans les autres compartiments du jeu.

#22 : Chandler Hutchison (Bulls)

Statistiques : 5.2 points (45.9% au tir, 28% à 3-points), 4.2 rebonds, 0.8 passe, 0.5 interception, 0.1 contre en 20.3 minutes (44 matchs)

Chandler Hutchinson s’est imposé comme titulaire au sein des Bulls début janvier, et ses performances ont commencé à bien s’améliorer. Malheureusement, il a été coupé dans son élan par une blessure à un orteil fin janvier. Bon rebondeur, il doit trouver un peu plus de régularité au tir quand il reviendra sur pied, et particulièrement derrière l’arc.

#23 : Aaron Holiday (Pacers)

Statistiques : 5.5 points (38.2% au tir, 29.5% à 3-points), 1.5 rebond, 1.5 passe, 0.4 interception, 0.3 contre en 11.8 minutes (37 matchs)

Benjamin de la fratrie Holiday (Justin et Jrue), Aaron apprend tranquillement les bases du métier derrière les solides vétérans Darren Collison et Cory Joseph. Il a montré de grosses qualités sur certains matchs, mais manque encore de régularité en attaque, notamment au tir. Il sait néanmoins faire fructifier son temps de jeu, même si ses deux derniers match décevants lui ont valu de rester sur le banc lors des deux dernières rencontres des Pacers.

#24 : Anfernee Simmons (Blazers)

Statistiques : 1.3 point (28.0% au tir, 0.0% à 3-points), 0.6 rebonds, 0.6 passe, 0.0 interception, 0.0 contre en 5.0 minutes (12 matchs)

Passé directement du lycée à la NBA, Anfernee Simmons était un pari fait par les Blazers. Pour le moment, le jeune arrière est surtout en G-League, et n’impressionne pas vraiment quand il est sur le terrain en NBA. Il n’a pas encore marqué de 3-points cette saison (0/9), mais reste encore brut de décoffrage et pourrait se révéler dans les années à venir.

#25 : Moritz Wagner (Lakers)

Statistiques : 3.3 points (42.6% au tir, 40.0% à 3-points), 1.5 rebond, 0.4 passe, 0.2 interception, 0.1 contre en 6.6 minutes (22 matchs)

Difficile de se faire une place au sein de l’effectif des Lakers pour Moritz Wagner. Le jeune allemand a néanmoins montré lors de ses quelques apparitions qu’il avait un tir extérieur très fiable, et qui ne demande qu’à se développer encore plus. Il a l’air de gagner la confiance de son staff, en ayant joué 9 des 12 derniers matchs.

#26 : Landry Shamet (76ers puis Clippers)

Statistiques : 8.6 points (44.5% au tir, 41.5% à 3-points), 1.5 rebonds, 1.2 passe, 0.5 interception, 0.1 contre en 20.9 minutes (57 matchs)

Landry Shamet pourrait être un gagnant-surprise du transfert de Tobias Harris. Barré par Jimmy Butler et JJ Redick chez les 76ers, mais auteur tout de même de bonnes performances quand il en avait l’occasion, il a gagné plus plus de responsabilité aux Clippers et ses statistiques sont en hausse. Très bon tireur à 3-points, il doit encore s’améliorer en défense, où il est plus en difficulté.

#27 : Robert Williams (Celtics)

Statistiques : 2.7 points (73.7% au tir), 2.4 rebonds, 0.3 passe, 0.2 interception, 1.4 contre en 8.7 minutes (23 matchs)

Robert Williams ne joue pas beaucoup cette saison mais sait se mettre en évidence quand il joue plus de 10 minutes. Bon défenseur intérieur et gros contreur, il possède également de bonnes capacités de finition près du cercle (22 dunks sur ses 28 paniers marqués). Ses problèmes de comportement aperçus à la fac semblent de l’histoire ancienne, et Williams pourrait s’imposer comme un joueur à la Rudy Gobert au cours des prochaines saisons.

#28 : Jacob Evans (Warriors)

Statistiques : 0.6 point (24.0% au tir, 16.7% à 3-points), 0.4 rebond, 0.6 passe, 0.0 interception, 0.0 contre en 4.3 minutes (23 matchs)

Pas grand chose à retenir de cette saison pour Jacob Evans. En même temps, c’est un peu normal quand on est rookie au sein d’une équipe qui compte 5 All-Stars dans son 5 majeur et qui est double championne en titre. Evans fait pour le moment ses classes en G-League.

#29 : Dzanan Musa (Nets)

Statistiques : 2.0 points (40.0% au tir, 0.0% à 3-points), 0.5 rebond, 0.1 passe, 0.3 interception, 0.0 contre en 4.3 minutes (8 matchs)

L’apprentissage est assez compliqué pour Dzanan Musa, et une blessure à l’épaule gauche l’a stoppé dans son élan en décembre. Il réalise cependant de bonnes performances en G-League et avec les blessures s’accumulant à Brooklyn, le Bosnien pourrait se voir octroyer du temps de jeu en fin de saison.

#30 : Omari Spellman (Hawks)

Statistiques : 5.9 points (39.4% au tir, 35.3% à 3-points), 4.1 rebonds, 0.9 passe, 0.6 interception, 0.6 contre en 17.2 minutes (41 matchs)

Derrière Trae Young et Kevin Huerter, voici Omari Spellaman du côté d’Atlanta. L’ailier-fort s’est déjà doté d’un tir extérieur plutôt fiable et qui va certainement gagner en régularité. Sa défense reste cependant une interrogation, pour un joueur assez petit et plutôt lourd pour son poste (2.06m, 115kg). Le joueur a d’ailleurs promis de s’améliorer dans ce secteur en début d’année. Les Hawks se sont constitués une armada de jeunes joueurs très prometteurs pour les prochaines saisons.

Second tour de la Draft :

#31 : Elie Okobo (Suns)

Statistiques : 5.8 points (38.0% au tir, 27.6% à 3-points), 2.0 rebonds, 2.6 passes, 0.6 interception, 0.1 contre en 18.9 minutes (41 matchs)

Seul Français drafté l’année dernière, Elie Okobo a atterri chez des Suns en plaine reconstruction. Avec un temps de jeu en dents de scie lors de la première partie de la saison, entrecoupé de nombreux DNP et de quelques passages en G-League, Okobo a réussi à s’imposer définitivement dans la rotation de Phoenix, se retrouvant même titulaire à l’occasion (11 fois sur la saison mais 7 fois sur les 9 derniers matchs). Son tir extérieur est encore trop irrégulier pour qu’il constitue une réelle menace, mais il compense dans les autres aspects du jeu (11 passes contre les Hawks le 2 février). Il a en tout cas toutes les qualités nécessaires pour s’imposer dans la ligue, mais devra aussi progresser en défense.

#33 : Jalen Brunson (Mavs)

Statistiques : 6.8 points (43.2% au tir, 34.4% à 3-points), 2.0 rebonds, 2.4 passes, 0.5 interception, 0.0 contre en 18.1 minutes (49 matchs)

Jalen Brunson est une bonne pioche pour les Mavs. Crédité d’un temps de jeu assez régulier depuis le début de la saison, la grave blessure de JJ Barea et le départ de Dennis Smith Jr lui ont permis de s’affirmer encore plus (titulaire lors de 6 des 7 derniers matchs). Il reste encore assez irrégulier au tir et en défense.

#36 : Mitchell Robinson (Knicks)

Statistiques : 6.1 points (69.6% au tir), 4.7 rebonds, 0.5 passe, 0.7 interception, 2.1 contres en 17.9 minutes (42 matchs)

Le meilleur prospect chez les Knicks pourrait bien être Mitchell Robinson. Pivot très athlétique, il a montré tout son talent en début de saison avant qu’une blessure à la cheville contractée à la mi-décembre ne le mette un mois sur la touche. Il est bien revenu depuis et réalise de bonnes prestations (14 points, 13 rebonds, 4 contres le 13 février contre les 76ers). Ayant une très grosse présence défensive, il sait aussi se montrer efficace près du cercle. Un des « steals » de la draft à n’en pas douter.

#40 : Rodions Kurucs (Nets)

Statistiques : 8.8 points (45.8% au tir, 30.0% à 3-points), 3.6 rebonds, 0.7 passe, 0.6 interception, 0.6 contre en 20.9 minutes (41 matchs)

3ème Letton de la NBA (Porzingis et Bertans), Rodions Kurucs a peu joué en début d’année, avant de s’imposer comme titulaire à la mi-décembre au sein des Nets. Bon rebondeur et joueur athlétique, il réalise des matchs assez complets, mais il manque encore d’un tir extérieur régulier pour être une menace offensive constante.

Sélectionné au Rising Stars Challenge : 10 points, 4 rebonds, 5 passes en 16 minutes

#42 : Bruce Brown (Pistons)

Statistiques : 4.7 points (38.5% au tir, 28.6% à 3-points), 2.7 rebonds, 1.3 passe, 0.4 interception, 0.5 contre en 19.8 minutes (49 matchs)

Pas encore très régulier en attaque, Bruce Brown apporte un bonne contribution défensive au sein des Pistons. Il est d’ailleurs devenu titulaire fin décembre et a enchaîné quelques bonnes performances, mais il connait un léger trou d’air depuis début février.

#45 : Hamidou Diallo (Thunder)

Statistiques : 4.2 points (46.6% au tir, 17.4% à 3-points), 2.1 rebonds, 0.4 passe, 0.4 interception, 0.2 contre en 11.4 minutes (45 matchs)

S’il a disposé de pas mal de temps de jeu en début de saison, Hamidou Diallo joue moins depuis environ un mois, et commence à accumuler quelques DNP. Pas vraiment au point au niveau du tir, il est plus connu pour ses grosses qualités athlétiques. Il vient d’ailleurs de remporter le Dunk Contest, même si celui-ci ne restera pas dans les annales.

#46 : De’Anthony Melton (Suns)

Statistiques : 5.5 points (36.8% au tir, 31.2% à 3-points), 2.6 rebonds, 3.3 passes, 1.5 interception, 0.5 contre en 20.5 minutes (33 matchs joués)

Après n’avoir pas beaucoup joué en début d’année, De’Anthony Melton a percé à Phoenix à partir de début décembre et est devenu titulaire dans la foulée. Bon défenseur, il peut aussi bien organiser le jeu, mais son tir extérieur n’est pas encore des plus réguliers. Il a malheureusement été coupé dans son élan fin janvier par une blessure à la cheville, et devrait faire son retour prochainement.

Mais aussi :

Non Drafté : Allonzo Trier (Knicks)

Statistiques : 9.9 points (44.6% au tir, 38.9% à 3-points), 3.0 rebonds, 1.9 passe, 0.4 interception, 0.3 contre en 22.0 minutes (51 matchs)

Non drafté en 2018, Allonzo Trier a signé un « two-way contract » avec les Knicks en début de saison, avant que celui-ci ne soit transformé en « vrai » contrat en décembre. Très bon attaquant, tireur fiable, et auteur d’une pointe à 31 points face à Houston le 23 janvier, Trier profite aussi de la lente agonie des Knicks vers les profondeurs du classement pour s’illustrer.

Non drafté : Kenrich Williams (Pelicans)

Statistiques : 5.2 points (43.9% au tir, 34.6% à 3-points), 4.3 rebonds, 1.3 passe, 0.2 interception, 0.3 contre en 17.3 minutes (23 matchs)

Non drafté en 2018, Kenrich Williams a signé un contrat dès cet été avec les Pelicans. Jouant peu en début de saison, il s’est imposé dans la rotation à partir de fin janvier, étant même titulaire lors des 6 derniers matchs de New Orleans. C’est un très bon rebondeur et un tireur extérieur honnête. Il profite aussi de la saga Anthony Davis pour gagner des minutes.

Non drafté : Yuta Watanabe (Grizzlies)

Statistiques : 2.9 points (35.7% au tir, 22.2% à 3-points), 1.9 rebond, 0.4 passe, 0.2 interception, 0.1 contre en 9.8 minutes (10 matchs)

Non drafté en 2018, et ayant signé un « two-way contract » avec les Grizzlies, Yuta Watanabe est le deuxième japonais à jouer en NBA. Le plus souvent en G-League, il a tout de même fait un match à 10 points et 5 rebonds le 7 février contre le Thunder. Il pourrait être rejoint par un autre japonais l’année prochaine, Rui Hachimura, actuellement à Gonzaga.

Mais aussi : Depuis 2000, le meilleur big 3 de chaque franchise avec les joueurs draftés

NBA 24/24

Publicité

Dernières actualités