ABA League – Marko Simonovic : La nouvelle pépite du Mega Bemax !

Dans la lignée d’un Nikola Jokic ou d’un Ivica Zubac, l’intérieur du Monténégro est la révélation de la saison.

Publicité

Contrôlé par Misko Raznatovic, fondateur de l’agence sportive BeoBasket, le Mega Bemax est le laboratoire à prospects en Serbie. Depuis plusieurs années maintenant, le club n’hésite pas à aligner de jeunes joueurs pour leur permettre de se développer avant une possible sélection lors de la Draft NBA.

Évoluant en ABA League, le Mega Bemax a déjà vu passer dans ses rangs de nombreux joueurs référencés aujourd’hui, que ce soit en NBA ou en Euroleague. Parmi eux, des garçons comme Nikola Jokic (Denver), Ivica Zubac (L.A Clippers), Goga Bitadze (Indiana) – élu meilleur jeune de l’Euroleague la saison dernière avec le Buducnost Podgorica – ou encore Vasilije Micic, joueur majeur de l’Anadolu Efes Istanbul.

Publicité

Offrant de la visibilité et de l’expérience, certains français ont fait le voyage jusqu’en Serbie pour montrer leur talent, relançant au passage l’éternel débat sur l’utilisation des jeunes joueurs en Jeep Élite. Alpha Kaba (aujourd’hui à Boulazac) mais aussi Adam Mokoka (Chicago) et Timothée Luwawu-Cabarrot (Brooklyn) ont porté les couleurs très flashy du club de Belgrade.

Avec 21.5 ans de moyenne d’âge, le Mega Bemax affiche encore l’effectif le plus jeune de la ligue Adriatique devant le FMP Belgrade (22.3). Forcément, en misant sur l’avenir, le club doit s’adapter en fonction des générations. Le talent est différent au fil des années et cette saison, les garçons dirigés par Dejan Milojevic sont derniers du classement avec un bilan de 3 victoires pour 13 défaites. Cela contraste avec la saison 2015-2016, terminée dans le Top 4 avec un groupe qui révélera de nombreux talents : Zubac, Zagorac, Jaramaz, Jankovic (Partizan) ainsi que Kaba et Luwawu-Cabarrot.

Publicité

Lire aussi | Votez pour l’équipe de la décennie en Euroleague !

Dans une année compliquée, un rayon de soleil existe tout de même. A 20 ans et du haut de ses 2m10, Marko Simonovic brille au sein du Mega Bemax. Poste 5, le natif de Kolasin au Monténégro affole les compteurs alors qu’il entre dans sa… cinquième année professionnelle ! Oui car Simonovic a débuté en 2015, du côté de Moncalieri en Italie avant de passer par Sienne. Depuis 2018 il appartient à l’Olimpija Ljubljana (devenu le Cedevita Olimpija) et est prêté au Mega Bemax cette saison.

Avec 16.1 points, 7.8 rebonds, 1.2 passe, 1.2 interception, 1.2 contre et 18.1 d’évaluation, il est le deuxième à l’éval d’ABA League, sixième meilleur marqueur, premier aux rebonds et quatrième aux contres. Face au FMP Belgrade, il a réalisé un season-high à 35 d’évaluation avec 26 points, 12 rebonds, 1 interception, 3 contres. Face au Cedevita Olimpija, il monte à 32 d’éval avec un gros double-double (18 points, 16 rebonds, 2 passes, 4 interceptions, 2 contres) dans un match en double prolongation.

Publicité

Sur les cinq dernières journées de compétition, Simonovic tourne à 20.4 points, 10.6 rebonds, 1.6 interception, 1 contre et 24.2 d’évaluation en moyenne. Doué offensivement, il est efficace près du cercle (56.3% de réussite) et respecte la tradition des joueurs des pays de l’est. Dans un échantillon de 2.8 tirs à 3 points tentés par match, il affiche 25.6% de réussite de quoi étirer un peu plus les défenses. Selon les scouts, il est annoncé comme un bon joueur de pick and roll. Doté d’un bon footwork et d’un jeu au poste bas correct, il peut aussi s’écarter du cercle grâce à une mobilité intéressante pour sa taille.

Si le talent est là, le diamant reste à polir. En effet, la défense n’est pas son domaine de prédilection. Il doit faire plus d’efforts sur cette partie du terrain, notamment dans son placement sur la défense des picks. Avec son physique léger, il subit face à des intérieurs plus costauds qui vont en profiter pour le dominer sous le cercle. En difficulté il trouve du mal à finir dans le trafic lorsqu’un athlète est en face. Pas toujours juste dans ses prises de décisions, il doit enfin développer son QI basket.

Publicité

Au final, Marko Simonovic a du talent plein les mains. Certains voient en lui un potentiel NBA mais du travail reste à fournir pour devenir un joueur plus strucutré. A 20 ans et à un poste où les joueurs arrivent à maturité plus tard, le monténégrin peut continuer de se développer tranquillement. Au Mega Bemax, on connait la chanson.

Publicité

Dernières actualités