NBA – Les All-Stars les plus WTF de chaque décennie

0

Ligne de choix dans le résumé d’un joueur NBA, une sélection au All-Star Game peut parfois être octroyée à des stars… qui n’en sont pas. Focus sur ces noms quasi-inconnus qui n’ont goûté qu’à une seule reprise au match des étoiles pour une bonne raison.

Publicité

Pré-1970’s

Richie Regan, Rochester Royals, 1957

Au milieu des Bob Cousy, Dolph Schayes et Bob Pettit, on retrouvait en 1957 Richie Regan. Le meneur sophomore a ainsi pu évoluer aux côtés de ces 3 légendes malgré une production de 9.8 points (32.9% au tir), 2.9 rebonds et 3.1 passes de moyenne sur la saison.

Chuck Noble, Detroit Pistons, 1960

Au milieu de sa carrière longue de 7 saisons, Chuck Noble a rejoint Elgin Baylor, Bill Russell ou encore Wilt Chamberlain au All-Star Game 1960 grâce à des stats de 11.3 points (35.7% au tir), 3.5 rebonds et 4.6 passes. Il a finalement terminé la rencontre sans le moindre point marqué (0/5).

1970’s

Curtis Rowe, Detroit Pistons, 1976

Role player solide des Pistons depuis le début des années ’70, Curtis Rowe se voit récompensé en 1976 pour sa saison à 16.0 points, 8.7 rebonds et 2.3 passes de moyenne. En rotation de Kareem Abdul-Jabbar, il inscrit 1 point et capte 2 rebonds en 8 minutes de jeu.

Lionel Hollins, Portland Trail Blazers, 1978

Son nom est plutôt associé à sa récente carrière de coach, et pour cause. Lionel Hollins n’a jamais côtoyé le gratin de la ligue en tant que joueur, et apparaissait comme le 3e option de son équipe en 1978. Ses 15.9 points, 3.4 rebonds et 4.7 passes de moyenne lui ont pourtant permis d’être choisi en tant que All-Star.

1980’s

James Donaldson, Dallas Mavericks, 1988

Le All-Star Game 1988 regroupait un nombre incalculable de légendes. Il a également vu James Donaldson et ses 7.0 points, 9.3 rebonds, 0.8 passe et 1.3 contre de moyenne y faire une apparition. Quand vous réalisez que le pivot a été préféré à John Stockton, meilleur passeur de la ligue cette saison-là, en tant que remplaçant…

Mark Eaton, Utah Jazz, 1989

Contreur à la renommée folle, Mark Eaton était avant tout un défenseur. Sa sélection pour le All-Star Game n’est même pas intervenue lors de sa meilleure saison, puisqu’il ne cumulait que 6.2 points, 10.3 rebonds et 3.8 contres par match en 1989. Sa moyenne au scoring reste la plus faible de l’histoire pour un All-Star.

Publicité

1990’s

A.C. Green, Los Angeles Lakers, 1990

Recordman du nombre d’apparitions consécutives en NBA, A.C. Green apparaissait comme un excellent role player chez les Lakers en 1990. Élu en tant que starter pour sa saison à 12.9 points, 8.7 rebonds et 0.6 contre, il a notamment pris la place de Clyde Drexler, Chris Mullin ou David Robinson.

B.J. Armstrong, Chicago Bulls, 1994

Quelques mois après le 1er départ en retraite de Michael Jordan, 3 joueurs des Bulls sont sélectionnés pour le All-Star Game pour leur saison collective bien meilleure qu’attendu. Parmi eux, B.J. Armstrong, et ses stats relativement faibles de 14.8 points, 2.1 rebonds et 3.9 passes.

2000’s

Theo Ratliff, Philadelphia 76ers, 2001

Lui aussi contreur de métier, The Ratliff a vu sa production offensive faire un bond en 2001, et lui valoir une place dans la East Team. Ses 12.4 points, 8.3 rebonds et 3.7 contres se révéleront finalement inutiles, puisqu’une blessure l’empêchera de prendre part à la rencontre.

Jameer Nelson, Orlando Magic, 2009

Jameer Nelson n’a jamais fait partie des meilleurs meneurs de la ligue, et a malgré tout obtenu son ticket pour le All-Star Game 2009. C’est plus le bilan du Magic (59-23) que ses 16.7 points, 3.5 rebonds et 5.4 passes qui lui ont permis de recevoir cette sélection, qu’il n’a d’ailleurs pas pu honorer à cause d’une blessure.

2010

Chris Kaman, Los Angeles Clippers, 2010

Dans une équipe des Clippers à 29 victoires sur la saison, Chris Kaman est parvenu à se démarquer en 2009-10. Du haut de ses 18.5 points, 9.3 rebonds et 1.2 contre, il a été choisi pour remplacer un Brandon Roy blessé pour le match des étoiles. Monta Ellis et ses 25.5 points, 4.0 rebonds, 5.3 passes et 2.2 interceptions de moyenne sur l’année fulminent encore.

Kyle Korver, Atlanta Hawks, 2015

Les Hawks ont surpris tout le monde en 2014-15, tant et si bien qu’ils pouvaient compter 4 représentants au All-Star Game. Parmi eux, c’est certainement la saison de Kyle Korver (12.1 points, 4.1 rebonds et 2.6 passes) qui méritait le moins d’être récompensée.

Lire aussi : Ces All-Stars dont personne ne voulait au lycée !

Manque de concurrence, bilan collectif favorable ou opportunité de dernière minute : les raisons pour expliquer ces sélections au All-Star Game sont nombreuses, mais ne les expliquent toujours pas totalement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.