NBA – « Les Warriors ne doivent surtout pas faire ça »

La superstar NBA des Golden State Warriors, Stephen Curry, aurait failli « tuer » un adversaire selon un ancien rival
NBA (DR)

Champion en titre, Golden State compte bien défendre son statut de meilleur équipe de la ligue en 2022-23. Cependant, afin de ne pas se mettre des bâtons dans les roues, les Californiens devraient impérativement éviter un move précis, concernant l’une de leurs pépites.

Publicité

Comme si souvent, l’effectif du champion a vécu quelques chamboulements suite à l’obtention du trophée Larry O’Brien, du côté des Warriors. Globalement cependant, le noyau dur de l’équipe est resté le même, de quoi attaquer la saison prochaine avec le back-to-back en ligne de mire. Preuve de leur immense talent en matière de recrutement, les Dubs ont en plus enregistré une nouvelle grosse signature, récemment.

Toutefois, il reste encore quelques dossiers à régler dans la Baie, et pas n’importe lesquels. On compte notamment celui de Jordan Poole, qui est éligible à une extension de contrat. L’arrière l’a clairement exprimé suite à la fin de la campagne, il veut le pactole, lui qui pourrait toucher environ 100 millions de dollars sur quatre ans. Une très jolie somme donc ! Sauf que d’après un spécialiste du cap qui s’est entretenu avec Bleacher Report, Golden State ferait bien de patienter un peu avant de céder à ses exigences :

Publicité

Le max pour Jordan Poole, très mauvaise idée ?

Quel est l’avantage de le signer sur le long terme dès maintenant ? Il n’est pas au même niveau que des gars comme Luka Doncic ou Donovan Mitchell, qui ont prouvé qu’ils pouvaient porter une équipe sur leurs épaules. Il en est proche, mais il n’en est pas encore à ce stade. S’il enchaîne avec une autre grande saison, vous le payez. Mais avant cette année, il était au mieux un joueur de rotation.



On a effectivement tendance à l’oublier à présent, mais avant 2021-22, Poole n’était pas exactement un joueur qui attisait les convoitises. Lors de sa saison sophomore, il ne tournait encore qu’à 12 points de moyenne à 35% de réussite derrière l’arc. Pas ridicule, mais clairement pas de quoi en faire une future star non plus. Il faudrait donc d’abord s’assurer que son explosion n’était pas simplement temporaire, sous peine de le surpayer sans le savoir.

Publicité

En plus de ça, il faut rappeler que les finances des Californiens sont serrées, ce qui explique d’ailleurs pourquoi ils avaient ouvert la porte à son éventuel départ. L’objectif reste tout de même de pouvoir le conserver, quitte à faire traîner les négociations. Une méthode finalement assez courante au sein de la ligue, comme l’a expliqué B/R. Le média US a ainsi prix exemple sur des camarades de draft du joueur, et pas des moindres puisqu’il s’agit de pépites ayant touché le pactole cet été :

Les négociations autour de Poole prendront probablement un certain temps avant d’être finalisées. Généralement, la majorité des prolongations de contrat des anciens choix de premier tour entrant dans la quatrième année de leur carrière sont généralement finalisées la dernière semaine avant la saison suivante. Au sein de la cuvée 2019, l’ancien premier choix Zion Williamson, l’ancien deuxième choix Ja Morant, et le meneur de jeu Darius Garland, également All-Star, ont tous signé leur contrat maximum au début de la free agency.

Publicité

Jordan Poole doit encore prouver que son éruption n’était pas éphémère, afin que les Warriors soient sûr qu’il mérité le pactole. Le problème, c’est que tout va très vite en NBA, et si les Dubs ne le font pas, d’autres sauteront sur l’occasion pour leur chiper l’arrière…

Contrats Déclarations Golden State Warriors NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA