Limogé en cours de saison, le front office des Grizzlies a vraisemblablement dû faire un choix concernant David Fizdale.

Actuellement pressenti du côté des Knicks, David Fizdale ne devrait pas rester au chômage la saison prochaine. L’ancien coach de Memphis possède toujours une bonne cote dans la ligue et il reste apprécié malgré son limogeage en cours de saison. Il faut dire que les raisons de son départ des Grizzlies ne sont pas forcément sportives.

Peu importe quel coach vous êtes dans la ligue, il est toujours fortement déconseillé de se mettre à dos la star de l’équipe. Demandez donc à David Blatt. Lorsque les relations se dégradent entre un coach et son joueur, ce n’est jamais souvent bon signe pour l’entraîneur en question.

Limogé en cours de saison et malgré la mauvaise forme de Memphis à ce moment, cette décision avait alors surpris bien du monde. Quelques jours après et très rapidement, des rumeurs sont venues expliquer que la relation entre David Fizdale et Marc Gasol était tendue. L’ancien coach désormais des Grizzlies avait alors une certaine notion du leadership, et le pivot ne correspondait pas vraiment à la sienne.

D’après une source proche du coach c’est simple, le front office des Grizzlies a dû prendre une décision : le joueur ou le coach. Et comme souvent, c’est le coach qui perd à ce jeu. Si Fizdale était resté, il y avait fort à parier que Gasol aurait dû plier bagage rapidement, mais Memphis n’était visiblement pas prêt à perdre son pivot.

Ces détails ressortent alors que les Knicks veulent justement en savoir plus. Le président de la franchise, Steve Mills, veut un coach qui comprenne ses joueurs, qui possède une bonne communication dans le vestiaire. Nul doute que Fizdale sera donc interrogé sur sa relation avec le pivot espagnol pour en savoir plus.

En attendant, la short-list des Knicks continue d’être peaufinée. David Blatt – tiens donc – sera également reçu la semaine prochaine du côté de New York. Il y a en tout cas beaucoup de candidats, rien n’est donc joué.

Source : NY Post

A lire également : LeBron refuse de blâmer ses coéquipiers