On ne s’ennuie décidément jamais avec ces Hornets là ! Quelques jours après un match haletant contre les Sixers lors duquel Kemba Walker avait marqué 60 points, ils sont venus à bout de Boston (117-112) dans un match étouffant. Leurs deux héros du soir ? Walker, évidemment, et un certain Tony Parker. Les deux hommes ont marqué à eux seuls tous les points de Charlotte lors des 9 dernières minutes du match.

60 points avant-hier. 43 points cette nuit, dont 21 dans le 4ème quart-temps. Ca fait bien une moyenne de 51.5 points sur ses deux dernières sorties pour Kemba Walker, qui marche sur l’eau en ce moment. Face à des Celtics surmotivés après la soufflante de leur coach et de Kyrie Irving (27 points, 11 passes, 5 rebonds), les Hornets ont une nouvelle fois suivi le sillon de leur leader, qui termine donc avec 43 pions à 14/25 au tir.

Mais aussi incroyable soit-il, Walker n’y serait pas arrivé seul. Ca tombe bien, il a pu compter sur un vétéran dans sa 17ème saison NBA, un futur Hall of Famer, et accessoirement le plus grand basketteur français de l’histoire : Tony Parker. Très discret lors des 3 premiers quarts-temps, TP (7 points et 4 passes) a fait la totalité de ses stats dans les 15 dernières minutes du match.

Il seconde d’abord Kemba Walker en lui servant des caviars. Surtout, à 2 minutes du terme et avec un score très serré (110-108), il prend le relai que Kemba attendait tant. Usé, Walker perd en lucidité et manque 2 tirs coup sur coup. Le commentateur des Hornets ne s’y trompe pas :

« Quelqu’un d’autre que Walker va devoir faire quelque chose, Kemba est cuit »

TP hérite du ballon, pose le jeu, fixe… et marque.

Sur la possession suivante, TP revient à la charge. Jumper ligne de fond, nouveau swish. Le Français lâche un « I got you man ! » à Walker, qui vient l’enlacer. Le duo infernal a fait plier Boston.

Jayson Tatum répondra bien de loin pour ramener Boston à 3 points (114-111), mais Kemba Walker envoie une bombe pour sceller le match (117-111). Charlotte s’impose et se remet à l’endroit après la pénible défaite face à Philly.

Les Hornets peuvent remercier leurs 2 meneurs. Le duo Walker/Parker fait du sale à l’Est, et c’est un bonheur à voir.

À lire également : Michael Jordan veut garder Kemba Walker

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef Parlons Basket & Parlons NBA. Chez RMC de temps à autres. Le sang-froid de Larry Bird, le mental d'Olivier Giroud.