NBA – À quoi ressemblait le premier match des stars ? (Part. 1)

0

Le tout premier match en NBA n’est pas toujours annonciateur de ce que sera une carrière. Pour cela, il suffit de constater les fortunes diverses qu’ont connues les stars actuelles lors de leur entrée en matière dans la ligue.

James Harden

28 octobre 2009
5 points à 2/2 et 2 rebonds en 13 minutes contre les Kings

Troisième choix de draft, les débuts de James Harden avec le Thunder étaient très attendus. Pourtant, il fut peu utilisé, Scott Brooks procédant à une rotation assez timide (seulement 4 remplaçants utilisés). En 13 minutes, il convertit ses deux seuls tirs et OKC s’impose sans aucun souci (+13). Discret mais efficace.

Stephen Curry

28 octobre 2009
14 points à 7/12, 7 passes, 2 rebonds et 4 interceptions en 35 minutes contre les Rockets

Issu de la même draft qu’Harden, Steph Curry débute le même jour, il y a 10 ans déjà. Il est titulaire et se voit même attribué le deuxième plus gros temps de jeu de l’équipe. Dans une courte défaite face à Houston, il inscrit 14 points et pique 4 ballons. Il ne tente qu’un seul tir à 3 points, qu’il rate. Une autre époque.

Giannis Antetokounmpo

30 octobre 2013
1 point à 1/2 aux LF en 4 minutes contre les Knicks

Débarqué de deuxième division grecque, celui qui deviendra le Greek Freak n’est pas vraiment considéré à son arrivée. Bien frêle et pas encore NBA ready, il débarque dans un monde inconnu à seulement 18 ans. Il remplace O.J Mayo en fin de premier quart-temps puis retourne s’asseoir sur le banc au début du suivant. Quatre petites minutes, le temps d’aller chercher deux lancers-francs et de commettre une faute offensive. Rien d’autre à se mettre sous la dent.

LeBron James

29 octobre 2003
25 points à 12/20, 9 passes, 6 rebonds et 4 interceptions en 43 minutes contre les Kings

Certains n’ont pas attendu avant de se comporter en patron. Au milieu d’une hype immense, The Chosen One ne tremble pas et évolue sans aucun complexe. Les Cavs se prennent un écart par les Kings (106-92) mais c’est confirmé, ils tiennent bel et bien le nouveau phénomène de la ligue.

Anthony Davis

31 octobre 2012
21 points à 6/12, 7 rebonds, 1 contre et 1 interception en 29 minutes contre les Spurs

Premier choix de la dernière draft, tous les yeux sont tournés sur AD en ce 31 octobre 2012. D’autant plus qu’il fait face aux Spurs de Tim Duncan dont il est désigné comme le digne héritier. Pour son entrée en matière, il ne faillit pas à sa mission, mais c’est bien Duncan qui aura le dernier mot avec 24 points, 11 rebonds et la victoire.

Kevin Durant

31 octobre 2007
18 points à 7/22, 5 rebonds, 1 passe, 3 interceptions et 1 contre en 31 minutes contre les Nuggets

Pour ce baptême, les Seattle Supersonics se déplacent au Pepsi Center pour affronter Denver. Pas un cadeau pour Durant qui doit alors assumer un match up face à Carmelo Anthony, l’un des plus gros talents offensifs de la ligue. En toute logique, il subit et Melo termine le match avec 32 points et la victoire. Mais KD montre déjà de quoi il est fait et n’hésite pas à prendre près d’un quart des tirs de son équipe. Totale confiance.

Lire aussi | La folle série d’Allen Iverson lors de sa saison rookie

Nikola Jokic

28 octobre 2015
2 points à 1/1 en 4 minutes contre les Rockets

Pour lancer leur saison 2015-16, les Nuggets écrasent les Rockets (+20). Un blowout auquel le Serbe participe en entrant brièvement en première mi-temps puis dans le garbage time. Le temps de signer un panier et une perte de balle.

Damian Lillard

31 octobre 2012
23 points à 7/17, 11 passes, 3 rebonds et 1 interception en 35 minutes contre les Lakers

C’est ce qu’on peut appeler une sacrée entrée en scène. À la maison et avec sa confiance habituelle, Dame Lillard fait face aux Lakers nouvelle formule renforcés par les arrivées de Dwight Howard et Steve Nash. Une supposée superteam que le rookie des Blazers ne va pas épargner. Il remporte son premier match et finit meilleur passeur et deuxième meilleur marqueur de son équipe dérrière… Nicolas Batum et ses 26 points. Seule ombre au tableau : ses 6 pertes de balles.

Kawhi Leonard

26 décembre 2011
6 points à 2/9, 6 rebonds, 1 passe et 2 interceptions en 13 minutes contre les Grizzlies

Drafté par les Pacers puis échangé, Kawhi arrive dans le Texas avec la confiance de Popovich. Dès le premier match de la saison (en décembre pour cause de lockout), il passe 13 minutes sur le parquet. Plutôt maladroit, il rate 7 de ses 9 shoots et n’inscrit qu’un lancer sur 4. Mais entre défense et polyvalence, le potentiel est déjà clairement discernable.

Kyrie Irving

26 décembre 2011
6 points à 2/12, 7 passes, 3 rebonds et 1 interception en 26 minutes contre les Raptors

Débuts compliqués pour Uncle Drew avec Cleveland. Particulièrement maladroit, il fut dominé par Jose Calderon dans son duel direct. Un épisode qui l’a d’ailleurs particulièrement marqué. Il se rattrapera bien en inscrivant 14 points en 19 minutes contre Detroit lors du match suivant.

Russell Westbrook

29 octobre 2008
13 points à 4/9, 4 passes, 4 rebonds et 1 contre en 22 minutes contre les Bucks

D’entrée, c’était déjà très complet en termes de statistiques pour Russell Westbrook. En sortie de banc, il apporte sa fougue mais ne peut empêcher une nette défaite. Le Thunder est alors une jeune équipe en construction qui ne gagnera que trois de ses 30 premiers matchs de la saison !

Joel Embiid

26 octobre 2016
20 points à 6/16, 7 rebonds et 2 contres en 22 minutes contre le Thunder

Après deux saisons vierges, c’est peu dire que les grands débuts du Camerounais étaient attendus. Et personne ne fut déçu. Face au Thunder, l’image du joueur fragile laisse place à un monstre physique et de technique qui fait lever la foule dès son premier move. En seulement 22 minutes, il fait saigner la raquette adverse. The Process est en marche.

Paul George

27 octobre 2010
4 points à 1/5, 3 rebonds, 2 passes, 2 interceptions et 1 contre en 22 minutes contre les Spurs

Trois pertes de balle et 0/3 à 3 points, tout ne fut pas parfait pour PG. Mais déjà à l’époque, il coche toutes les colonnes de stats et s’avère être un joueur des plus complets. Il termine le match avec le meilleur plus/minus des Pacers. Alors que son équipe s’incline de 13 unités face aux Spurs, il signe un -1 et prouve déjà sa qualité à se rendre indispensable.

Vous l’avez compris, certains joueurs ont connu une première soirée dans la ligue disons… compliquée. Parfois à l’image d’une carrière, parfois non.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.