A deux journées de la fin de la saison régulière, l’américain est clairement l’un des favoris pour succéder au phénomène Doncic.

La saison dernière, Luka Doncic a marqué l’Euroleague de son emprunte. A seulement 19 ans, il a ramené le titre à Madrid avant de s’envoler pour la NBA, s’offrant au passage quatre trophées individuels (meilleur espoir, élu dans le 5 majeur de la compétition, MVP du Final Four et MVP de la compétition). En 2019, il faudra probablement se diriger vers l’Italie, à Milan plus précisément, pour lui trouver son successeur, où le public du Mediolanum Forum se régale des exploits de son meneur US.

Cette saison, c’est bien un américain qui domine les débats en coupe d’Europe. A 28 ans, Mike James (1m83) brille sur les parquets. A l’instar du joueur de Dallas en 2018, le combo guard originaire de Portland est le leader de la compétition à l’évaluation (22) avec des statistiques à 20.5 points (47.4% à 2 points, 33.8% à 3 points), 3.9 rebonds, 6.7 passes, 1.3 interception en 27 matchs. Milan, quinzième sur seize la saison dernière a fait un bond au classement et pointe à la septième place avec un bilan de 14 victoires pour 13 défaites.

A lire également : Nick Johnson pigiste médical à Nanterre !

A égalité avec trois autres équipes (Vitoria, Panathinaïkos, Olympiacos) pour garder une place en Playoffs, le club peut compter sur sa star. Depuis le début de saison, Mike James affole les compteurs : six matchs avec au minimum 30 d’évaluation dont le dernier en date, cette semaine, contre le Real Madrid. Malgré la défaite (92-89), l’ex joueur de Phoenix a inscrit 35 points (record personnel) pour 8 rebonds et 3 passes. Un joli 37 d’évaluation représentant là aussi un record en carrière. Bouillant, il n’est jamais descendu sous les 10 points marqués et seulement une fois il est resté bloqué sous la barre des 10 d’éval (contre l’Anadolu Efes Istanbul au mois de novembre).

Pour celui qui connait son dixième club en carrière, Milan peut le faire rentrer dans une nouvelle dimension. Double champion de Grèce avec le Panathinaïkos, il s’attaque (sa spécialité) au continent européen. MVP du mois de février, MVP du Round 26, il termine la saison régulière en boulet de canon. Si l’Olimpia rejoint les Playoffs, Mike James devrait clairement apparaitre en tête dans les discussions pour le titre de MVP.

La concurrence reste d’ailleurs assez loin si l’on se réfère à l’évaluation. Le deuxième, Nikola Milutinov (19.31) tourne à 11.3 points, 7.8 rebonds, 1.4 passe mais a été irrégulier pendant la saison. Son 41 d’éval (18 points, 18 rebonds) contre le Panathinaïkos contraste avec des performances plus compliquées (2 contre le Maccabi, 1 contre Moscou…). Jan Vesely reste un métronome et finalement, apparait peut-être comme le plus sérieux concurrent de James. Avec 13 points, 5.4 rebonds, 2.4 passes, 1.5 interception et 19.3 d’évaluation en seulement 26 minutes (contre 34 de moyenne pour l’américain), l’intérieur tchèque est un exemple d’efficacité (65.9% à 2 points). Titulaire à seulement 9 reprises, il est un élément moteur dans le collectif d’Obradovic. Malheureusement, ses stats moins ronflantes pourraient venir le pénaliser malgré une première place au classement.

Saison incroyable pour l’artiste milanais. Si l’on pourrait parfois le trouver à la limite du soliste, il est pourtant le deuxième meilleur passeur de l’Euroleague (6.7). Encore un peu de patience avant de connaitre le MVP de la saison, mais, dans le basket moderne, MVP est souvent lié au nom James.

Mais aussi : Le Real veut un recrutement XXL !

A propos de l'auteur

Rédacteur pour Parlons Basket. À laissé tomber la balle d'entre ses mains pour y mettre un clavier. Fan du Spurs basketball et du jeu européen (Euroleague, Eurocup, ABA League...). À des troubles du comportement à chaque passe de Teodosic.